.: Feu :.

J’avais oublié l’humilité devant le feu.

Combien il a besoin d’air, d’être nourri savamment.

Combien il demande une attention particulière.

Le Feu est créateur mais peut être dévastateur. Il transmute mais peut détruire, il transforme mais peut très bien dévorer. Le feu est versatile et demande à être honoré.

J’aurai mis un mois pour allumer celui la!

.: smudges de Brighid :.

J’avais envie, besoin, de refaire des smudges. Un ami voulait ratiboiser ses belles sauges, ses romarins, son hélicryse , qui prennent une de ces places aujourd’hui ! Ils sont épanouis , énormes!

J’en ai profité pour récupérer des branches avec joie! Purement pragmatique et opportuniste !

J’ai réalisé mes smudges avec du fil de coton rose, mélangé romarin et sauge et l’helicryse elle est restée seule car je ne l’ai jamais utilisée encore ainsi, j’ai envie de l’apprivoiser.

Tout est en train de sécher. J’adore ce moment ou l’odeur des plantes se mélange et embaume la pièce!

Je vais les asperger avec l’eau de Brighid, et tambouiller un peu autour, cristal de roche, rayons du soleil , suivant l’inspiration.

J’ai mis les petites miettes de plantes dans mon pot de tabac dédié au tobacco ties. Car la prochaine hutte de sudation sera une offrande à Brighid. Donc ça faisait sens pour moi de mettre ces petits restes de plantes avec le tabac.

Certains iront dans mon colis des Trésors de Dea de Beltaine… ^^ que je commence à préparer doucement.

.: Inipi du 16 janvier :.

Dans un objectif de prise en main, dans l’envie d’être dans l’action pure, sans attente ou presque si ce n’est d’aller vers la guérison, je me suis inscrite à une cérémonie Inipi.

J’étais déjà allée célébrer dans la hutte de sudation avec ce chaman. J’aime son approche non dogmatique, pragmatique, ancrée dans notre monde, notre époque.

Il y avait beaucoup de neige ce jour là, le 16 janvier dernier.

Il y a le moment de l’accueil, celui de la préparation de la hutte, apporter le bois pour le feu, sélectionner les pierres, couvrir la structure de couvertures. La construction de la hutte se fait ensemble. Déjà le sacré s’installe doucement. Certain-e-s chantent , d’autres se recueillent, certain-e-s semblent perdus et d’autres dans leur élément.

Une fois les Tobacco ties réalisés : petits sachets de tabac montés en guirlande avec 21 sachets ou plus,7 prières et intentions pour la Terre et ceux qui la peuplent, 7 pour ceux qui nous entourent, familles proches ami-e-s, 7 pour soit, son foyer… on se rapproche petit à petit de soit.

On se dénude, on se couvre un peu, on se met à l’aise, retirant le superflu et ne gardant que le stricte minimum car nous retournons dans le ventre de la Terre pour renaître comme au premier jour,ou presque.

A ce moment là , nous nous ressemblons de plus en plus dans notre fragilité devant le froid, sans nos oripeaux , masques et ornements du quotidien.

Nous nous dirigeons vers le lieu de la cérémonie et un à un nous rentrons en nous pour pénétrons dans la hutte a même la Terre gelée. nous nous saluons « nous sommes tous et toutes reliés »

Nous voici dans le ventre de la Terre. Les fesses gelées, à attendre. Les premières pierres font leur entrée. Nous les saluons.

La porte se ferme, le noir est complet. Le rouge des pierres chaudes qui grésillent est très discret. L’eau qu’on jette dessus, la vapeur chaude qui atteint notre visage. Et les chants, les tambours. Le voyage commence.

O mitakuye oyasin

Pachamama !

La hutte est un chaudron où tous les éléments se mêlent.

.: Prières et voeux d’anniversaire :.

Sous la glycine, au bord de la rivière

Se cache une alcôve de verdure. Ici furent dispersées les cendres de plusieurs de mes aïeuls. c’est ce lieu que j’ai choisi pour accrocher mes rubans de prières.

Je fût accompagné par quelqu’un qui parlait beaucoup…cela ne m’a pas aidé à me recueillir et à poser mes intentions sereinement. Mais j’ai beaucoup aimé le faire ici, ce jour là.

Un pour les êtres qui me sont chers, certains ont des voeux, des rêves à porter. D’autres Pour prendre soin , pour protéger, pour guider dans l’après, …la rivière glougloutante m’a permis de demander à Brighid de veiller sur ces prières, ces vœux , ces souhaits.

C’était une inauguration… d’autres personnes pourront le faire ici, aujourd’hui nous sommes deux à avoir ressenti l’envie… et je sais que j’y ferai de nombreux passages… je n’hésite plus à formuler et à demander à l’univers, Dea, tout ce qui m’entoure , guidance et abondance…

Ce soir , mon autel

Comme je le disais à Aegiale et ici et là, je ne bouge pas les éléments de mon autel très souvent.

J’en ajoute plus qu’autre chose. Dernièrement c’est la poupée de Brighid, les chevaux blanc, le travail avec l’eau qui sont venus s’ajouter au reste.

On y voit les statuettes de Tellus Mater que j’ai réalisé il y a une décennie, et celle que j’avais trouvé sur un stand de reconstitutions anciennes. Le chaudron, le bol tibétain, Tara, Kali et Aditi dans le coin réservé aux divinités plus orientales.

L’étoile a 8 branche qui bientôt recueillera des rêves je l’espère.

J’ai un autre autel sur lequel je dépose des intentions particulières.

Ceux qui me connaissent et on déjà vu les autels doivent voir que les choses sont assez constantes tout de même. Nouveauté quand même, la nappe d’autel est lumineuse ou sombre suivant la partie de l’année. Et se change en voile quand elle ne sert plus pour l’autel durant l’autre partie de l’année. J’ai donc un voile sombre pour la partie lumineuse et un voile lumineux pour la partie sombre….je viens de m’en rendre compte.

A creuser…. ça doit avoir un sens caché cette histoire….

.: Mala Deaniste :.

Nouveau départ, nouveau mala. J’ai mis du temps à le réaliser. J’ai coupé les branches de noisetiers à l’automne sur le même arbre qui m’avait permis de réaliser les perles de mon collier de prêtresse. J’ai ensuite fouillé dans mes affaires pour trouver les perles en pierres qui correspondraient à chaque archétype. Je ne voulais pas faire d’achat et j’avais bien tout ce qu’il fallait. J’y suis allée à l’instinct et sans trop intellectualiser.

Une fois toutes les perles sélectionnées et les branches coupées, il m’a fallut débiter mes futures perles en bois. Installée sous la lune à la lueur d’un brasero je m’y suis attelée avec mon sécateur. J’aime les choses brutes donc j’ai tout fait à l’œil.

Ensuite il m’a fallut attendre que mon mari puisse me garder les marmots pour que je puisse percer chaque perle au dremmel. J’ai fait ça dehors sur ma terrasse un jour de grand vent. En tant que gémeaux, fille de l’air, ça m’allait bien.

Et puis encore un peu plus tard, un soir , j’ai pu assembler le tout.

Je suis assez contente, sauf du fil que j’ai dû adapter car aucune des pierres n’ayant le même perçage je galérais sec! Du coup c’est un fil métallique gainé au lieu de mon beau fil naturel…. en tout cas ça ne se défera pas de si tôt! Je pense!

Il y a une perle en bois différentes des autres, faites par ma maman, pour l’héritage, la lignée. En breloques final une clef pour les mystères ( et les neufs clefs) un grelot pour éloigner les énergies négatives.

Je pense rajouter des breloques avec le temps. J’ai un petit crâne qui je pense les rejoindra. Les perles en bois seront peut être gravées au fur et à mesure du temps.

Trois perles en graine de lotus à défaut d’avoir une perle en forme de…

Il est grand! Je peux faire deux tour et le mettre en collier pendant.

A la fin du rituel de consécration

Pour le rituel je n’ai pas pu le faire lors d’une phase de la lune adéquate, suivant les recommandations. Mais comme c’est l’intention qui compte et que dans nos sociétés modernes qui sont ce qu’elles sont, on fait comme on peu, j’ai réaliser le rituel un jour où tout était calme autour de moi… et c’était un moment béni!

.: harmonisation élément Terre:.

J’adore les rituels de l’Obod. Je viens de clore mon harmonisation a l’élément Terre, et je suis heureuse de pouvoir vivre de tels moments de temps à autre. Je me ressource et j’aime assez cette phrase de Nuinn citée dans un gwers : « le rituel est la poésie dans le monde des gestes ».

Pour mon second degré j’ai envie de me frotter au réel, de poser des actes, de matérialiser concrètement mon cheminement. Le parcours à l’Obod s’entremêle avec celui à l’ordre de Dea créant une tapisserie qui me plaît de plus en plus. Je ne voudrai parfois n’avoir que cela à faire. Étudier et ritualiser, proposer de nouveaux contenus ( refonte de mon DI Terre Mère pour lequel j’ai de nouvelles idées….un projet lié à Brighid qui j’espère va se développer…! L’herbier Deaniste…)

Je suis pleine de gratitude ce soir pour tous ses projets qui me nourrissent et me permettent d’avancer dans la vie avec un autre regard.

Bonus: la rencontre de cet après midi…

.:Élixir:.

De l’eau, un beau quartz rose, une pointe de quartz ( fantôme)

Un peu de soleil matinal, un peu de soleil couchant, un peu de garde sous l’œil attentif de Brighid.

Le cristal de roche pour faire remonter ce qui est enfoui trop profondément, pour stimuler le développement qui correspond à l’être intérieur, revivifier les facultés qu’on croyait perdues, connaissance de soi et dépassement des prétendues limites spirituelles, harmonisation des deux hémisphères.

Le quartz rose pour la douceur et la détermination, apporter douceur et tendresse, ouverture aux autres et désir d’un environnement bienfaisant. Pour accroître l’amour de soi, l’empathie, la capacité d’aimer. Libérer des soucis, et être plus attentive aux besoins élémentaires. L’ici et le maintenant.

C’est Evor qui a rappelé à moi cette pratique. J’ai réalisé un spray à la calcite pour les problèmes de peau de ma toute petite. Et s’en suit quelques expérimentations personnelles pour apaiser mon feu dévorant. Revenir à plus de douceur.

Pleine lune ce week-end …petit élixir en profitera…

Sources: Michael Gienger « Manuel de lithotherapie »

.: Dans la grotte :.

Le chemin de la grotte

Depuis mon dernier passage des personnes sont venus peindre dans la grotte…des mains à la manière de nos ancêtres, des choses plus modernes. J’ai trouvé ça un peu dommage …mais j’ai essayé de ne pas être trop dans le jugement.

Rapidement j’ai fait abstraction et me suis laissée bercée par Elle. J’ai eu envie de chanter et de l’entendre me répondre.

Je me suis assise face à une autre formation rocheuse , le dos lové dans une cavité et j’ai eu l’impression d’avoir en face une tête de cobra. ou un clitoris. ou les deux.

Le cobra clitoris

Mon fils m’accompagnait et partager ce moment était apaisant. Vous avons bu de l’eau de la roche dans nos tisanes verveine orties. Puis nous en avons mis sur nos visage. Cette eau de sagesse coule en nous. Puisse t’elle nous guider pour l’amener dans nos vies bien mouvementées.

L’eau de sagesse