Semaine deux…une tête d’amulette

Je poursuis le défi créativité lancé par Aegiale avec une amulette. Pour moi elle est cerridwen, la vieille, la sage, qui patiemment touille le contenu de son chaudron. Je connais une Fille de Cerridwen et je lui destine cette amulette….j’espère qu’elle l’accompagnera longtemps. 

j-18: maman…on médite?

Pas prévu ça ce soir…je suis malade, une semaine de cours dans les pattes…oraux blancs ce matin et tous les dossiers à rendre aujourd’hui.Mais c’est les vacances! Alors déjà on a commencé par prendre du temps ensemble!

Au moment du coucher, vlà mon petit loup qui attrape le pingouin de la crèche et qui dit

«  je le prend, il m’apaise, quand je le tient contre moi je me sens tout calme… »

fais mon chtit! fais comme tu le sent.

Puis nous voilà dans sa chambre, il est calme, pas comme d’habitude… Il s’assoit en tailleur avec le pingouin devant lui.

« Viens, assieds toi, fais comme moi maman… »

Je mime sa position du lotus, parfaite, même un genre de mudra vient s’installer là, entre ses doigts…

je m’exécute, et le vlà t’y pas qui se lève et qui chante « Om mani Padme Hum » tout en tournant lentement autour de moi.

Je me laisse faire, j’ouvre un œil de temps à autre pour le plaisir de voir ses petits pieds en chaussettes bleues qui passent à intervalles réguliers devant moi.

 » maintenant à mon tour! »

Bon d’accord, je fais comme toi petit homme, je tourne, je chante, je lui parle d’énergie..tu sens l’énergie quand je passe autour de toi?

Le cercle se forme, je le visualise, je visualise pleins de choses en ce moment juste parfait que mon fils et Dea m’offrent ce soir.

Tout cela c’est fini par un massage de petons, et de jambes.

 » on refera ça maman! quand je serai grand j’emporterai le pingouin, parce que il m’aide à méditer, et je travaillerai beaucoup en méditation… »

J’espère mon fils! j’espère!

j-39: Pour Iria♥

Difficile pour moi d’arriver à tout suivre, à tout faire…à entretenir les liens comme je le voudrais…Moi qui me revendique: tisseuse! J’en suis loin actuellement tellement je me bagarre pour maintenir le fil de mon quotidien…

Mais ce soir, une pensée particulière pour ma Soeur, Iria, ma petite étoile de la nuit, Fille de Cerridwen, touilleuse de chaudron…Puisse ses prières être entendues, ses souhaits se réaliser, ses efforts être récompensés…wp-1480106236245.jpg

:..: ELA DEA OREA :..: TERRAE MATRI SACRUM :..:

 

294/365: Passage de flambeau

« Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil, ce moment où on se souvient d’avoir rêvé ? C’est là que je t’aimerai toujours, c’est là que je t’attendrai. »
Hook ou la revanche du Capitaine Crochet, la fée Clochette.
o-hook-facebook
Cette après-midi, j’ai enfin pu montrer le film « Hook ou la revanche du Capitaine Crochet » à Mishka…j’ai pleuré à tout bout de champ, parce que ça me faisait un bien fou de le revoir, d’entendre à nouveau ces phrases cultes que je n’ai pas oublié! que je connais encore par cœur! les intonations, les expressions! Je ne sais même plus combien de fois je l’ai vu, mais j’ai eu un plaisir encore renouvelé à le visionner avec mon fils! Rien que tous les deux, alors même qu’il faisait beau dehors…on a fait de la glandouille de canap’ et on a pas perdu notre temps! Que de beaux messages dans ce film! Que de niveaux de lectures! Un film sur le cycle de la vie, sur l’enfance, sur les rêves, sur l’imagination, sur le monde des adultes parfois complètement amnésique de ce qu’a pu être la vie un jour! Un monde d’imaginaire, où tout est possible!!!
Comme un passage de flambeau, comme une passerelle de mon enfant intérieur à celui de mon fils, je transmet ce petit quelque chose qui fabriquera, je l’espère, dans le cœur de mon enfant de nombreux souvenirs heureux, émus et pleins de magie.
« Vivre. Vivre serait une aventure incroyable ».
Peter Pan dans « Hook ou la revanche du Capitaine Crochet »
hook-1991-19-g

281/365

Dire stop, on s’arrête!

prendre une minute…

Juste une…

En silence…

Ensemble…

Ne rien faire, ne rien dire, respirer, s’accorder les uns sur les autres, être là, simplement…

Si simplement…

Tant pis si le choux a cramé un peu, tant pis si la liste de ce qui devait être fait n’est pas rayée dans son entièreté, tant pis! oublier un peu tout ça, les obligations, le rythme, le stress, s’accorder une parenthèse, si brève mais essentielle…et dire que pour faire cela, cette chose si simple, il faut se le dire, s’exhorter les uns les autres à stopper la mécanique folle toujours lancée en avant! Toujours déjà si loin devant.

C’est dingue quand même quand on y pense!

van-gogh-branche-d-amandier-lo-mat-100x50

Van Gogh  » Branches d’amandier »

 

214/365: mystères à la fin des terres

L’abbaye de Daoulas, le lieu qu’il ne fallait pas rater durant ces vacances! Une exposition réalisée en partenariat avec le MuCem sur la sorcellerie,les diseuses de bonne aventure,les rebouteux, les talismans, les bouteurs de feu et autres mystères…passionnant…j’y ai glané quelques idées, quelques trucs à tester!lol…


J’adore cette formule simple et efficace,elle n’attaque que la jalousie elle même et non celui qui l’éprouve…le symbole représentant les cornes,censé combattre le mal par le mal, est un classique du folklore que j’aime assez également !

En parallèle à cette expo fantastique un jardin occupé de sculpture de rouille et surtout des photos de Cristina Garcia Rodero,  sans explication,mais je pense que chacune d’elle représente des rites vaudous..dès que possible je ferais des recherches à son sujet.

et ce jardin est plein d’autres surprises…un ancien dieu, un oiseau pas farouche venant presque nous grimper sur les pieds…des tunnels d’osiers tressés ,plusieurs fontaines mystérieuses.

Pour finir, un superbe jardin médicinal dans lequel rue et Herbe de bison m’ont particulièrement fait de l’oeil….

Une journée nimbée de magie,inspirante et vivifiante….qui m’a donné envie de bricoler très bientôt. 

177/365: déterrer et réinterpréter

la toile du wyrd

J’ai retrouvé ce gribouillage réalisé pour la Toile du Wyrd à l’époque….et à la lumière du cheminement que j’effectue à ce jour aux côtés des runes, je trouve intéressant de le regarder et d’essayer de comprendre mes choix passés.

Actuellement Jera me tourneboule et me chamboule, je suis sens dessus dessous, ceci venant parfaitement s’accorder aux évènements récents. Je suis une pierre qui roule et qui n’amasse pas mousse, je suis l’avalanche qui se déclenche sans prévenir et qui risque d’emporter tout sur son passage…je suis mouvement, je suis enroulement…j’essaie de penser à bien enrouler ma tête, de rentrer mon menton vers ma poitrine et de faire le dos rond…j’accompagne le mouvement malgré le trouble et l’énervement.

Toute chose est en mouvement, tout se transforme….

Eihwaz….je t’attends avec impatience!!!

 

176/365 : une bonne paire de claques…

j’adore ce morceau…jouissif….un goût d’enfance, je me revois à chanter cette chanson, dans la voiture familiale…. ça me faisait un bien fou!

en tout cas, en parlant de bonne paire de claques dans la gueule, c’est un peu mon lot depuis le week end dernier et j’ai du mal à apaiser mon quotidien. Le besoin de ritualiser se fait sentir. Chez moi c’est très rare, mais ça correspond toujours à des passages, à des moments clefs où j’ai besoin de me tendre toute entière vers un seul but. Ritualiser est une manière de me recentrer, de m’arrêter le temps d’un rituel (et avant de sa préparation), à me concentrer sur l’atteinte d’un objectif. c’est tout à fait salvateur pour quelqu’un comme moi qui papillonne sans arrêt.

J’ai débuté un nouveau stage, un stage dans l’exclusion et en cours on m’avait évoqué ces structures dégueulasses où on accueille des personnes de la rue, en grande souffrance psychique, complètements démunies, dans des conditions où on accepterait pas de vivre…eh bien, m’y vlà!

Première semaine à nettoyer les logements des résidents à leur place ( pour la plupart) et à marcher sur des blattes! Une désinsectisation a eu lieu jeudi, c’est la troisième, et cela ne sera pas suffisant!

Et ce matin, pendant que je nettoyais encore, que je pliais les draps propres avec la maitresse de maison, le directeur général était dans les locaux pour son pot de départ. Les stagiaires conviées? le personnel d’entretien? Les maitresses de maison? NON! alors imaginez un peu…les résidents? les premiers concernés? que dalle! même pas au courant! et Môssieur n’a pas daigné venir les saluer!!!

par contre on leur en donne du vouvoiement, du monsieur machin, du madame truc…mais chacun à sa place s’il vous plaît! on mélange pas les torchons et les serviettes!

Et on ne déplacera pas cette dame qui vit dans un logement avec une colonie de cafards, cette dame très fragile qui va se faire opérer du cœur bientôt, qui n’en peut plus, et qui vit dans ce taudis avec son ado…. non!!!on a bien un logement ou deux de vide! mais ce n’est PAS la procédure!!!

je vais t’en coller des procédures! moi!

je me suis pris baffes sur baffes…je comprends pas ce monde dans lequel je suis tombée…

Alors je pense à ces paroles qu’on ma dites un jour :  » quand le monde te paraît absurde, moche, compliqué, concentre toi sur le mouvement des arbres, sur le chant d’un oiseau, sur les formes des nuages dans le ciel, sur un beau couché de soleil, sur la mélodie de la pluie qui tape contre le toit, sur l’odeur de terre mouillé en été….c’est ça la vie! le reste n’est que pure création de l’homme »

ce soir, ici, le tonnerre gronde…la Terre est à mon image, prête à craquer et ressentant le besoin de déverser des flots libérateurs sur la Terre…. je me sens en osmose avec ce qui m’entoure, et pour un soir je vais essayer d’oublier un peu ce monde dégueulasse parfois.

169/365: work in progress

Je prépare mon passage…le passage dans la trentaine. Demain c’est le grand jour. Du coup je joue ma kitchen witch et je prépare en musique, en dansant, quelques tartes au fromage blanc et épices, des salades de fruits jolies jolies… Je règle les derniers détails de ma playlist ( 19 heures de musique, je suis frustrée de savoir qu’on écoutera pas tout et j’ai envie d’en mettre encore et encore!) et de l’organisation. Cette après midi on monte le chapiteau marocain et les guirlandes ginguettes multicolores. L’endroit est paradisiaque, en pleine campagne, en haut de la colline, un espace clôt avec salle des fêtes qui ressemble à une petite maisonnette, plein de terrain pour camper. Autour : près et forêt, vue à couper le souffle! manque plus que le soleil, mais il est là de temps à autre, on s’en contentera.

Je rêve d’allumer un grand feu, et c’est possible, il y a une dalle!

Je me prépare à ces instants comme avant un rituel, envie de me purifier, de me vider et de m’emplir à nouveau…. J’espère aussi transmettre un peu de moi, offrir beaucoup à tout ceux qui seront là…que chacun puisse être celui qu’il est, dans un instant hors du temps! on ne sera pas en cours, au boulot, en stage, en famille ou entre ami, mais dans un espèce de meltingpot  duquel pourront naître beaucoup de surprises.

j’espère que rien ne manquera.

Mon amie sorcière me rejoins demain en début d’aprem pour arranger une atmosphère propice et accueillante! je lui fais confiance pour m’épauler et y mettre encore plus de magie. On a pas tous les jours 30 ans, et l’occasion de se réunir ainsi! Je pense rapporter quelques jolies photos de l’ambiance à partager ici.

Et la danse, et le partage…

Je me sens sorcière en préparant ce moment… tellement!

4026612050_73fe10801a

Emilie Balivet

Rituel: Célébrer la Vie

En ce retour de la lumière j’ai envie de célébrer la vie, ici l’hiver n’est pas encore tombé, on ne sait pas trop où nous en sommes, comme un automne éternel, ou un printemps avant son temps….mais peu importe que tout n’ai pas été encore recouvert de son manteau blanc, peu importe, en tout temps la Vie peut être célébrer, la nature avec ce qui la compose à chaque instant du cycle…j’ai retrouvé ce rituel, écrit après un voyage dans le monde du milieu, il me plaît avec sa simplicité et la joie de vivre qu’il dégage.

La première fois que je l’ai effectué, nous venions de tondre l’herbe…le jus vert avait teinté mes pieds, l’odeur était si forte, délicieuse….aujourd’hui j’aurais foulé les feuilles mortes, le sol spongieux entre les orteils aurait fait de doux bruits…

En tout temps honorer le grand cycle, l’accepter, l’accompagner.

*Célébrer la Vie*

  • Un pentacle, une pierre, ou de la terre pour la Terre, le gardien du Nord.
  • De l’encens, une plume, ou le souffle reiki pour l’Air et le gardien de L’Est
  • De l’eau mélangée avec du sel de mer pour l’Eau, et le gardien de l’ouest
  • Une chandelle pour le feu et le Gardien du sud…
  • Athamé ou baguette pour le tracé du cercle
  • Une représentation(ou plusieurs) de la Grande Déesse
  • Une chandelle
  • Un encens inspirant
  • Hochet ou tambour
  • Une musique inspirante, vivante, ou de bruits de nature
  • Offrande de fleurs pour les gardiens et la Déesse

Célébrer ce rite en extérieur ou la fenêtre grande ouverte sur le monde.

Au préalable installer l’autel au centre du futur tracé du cercle….

Allumer chandelle et encens

Tracer le cercle, appeler les gardiens des quatre points cardinaux en passant devant leur position,

« Gardien de l’est esprit de l’air, je te salue et t’invite en ce cercle, puisse tu me faire l’honneur de ta présence… »

« Gardien du Sud esprit du feu, je te salue et t’invite en ce cercle, puisse tu me faire l’honneur de ta présence… »

 « Gardien de l’Ouest esprit de l’eau, je te salue et t’invite en ce cercle, puisse tu me faire l’honneur de ta présence… »

« Gardien du Nord esprit de la terre, je te salue et t’invite en ce cercle, puisse tu me faire l’honneur de ta présence… »

 Faire le tour du cercle avec la plume, la chandelle, l’eau et le pentacle.

Faire à présent appel à la Grande Terre Mère, afin qu’elle vous rejoigne dans le cercle pour cette célébration de la Vie

 « Grande Terre Mère

Rejoins-moi en ce cercle

Dans cet espace sacré

 

Guide ma voix et mes pas

Entoure-moi de tes bras

Danse avec moi sur les rythmes de la Vie

 

Ouvre ma bouche

Mes yeux

Et mes oreilles

 

Toi qui porte et offre le souffle de la vie

Toi qui le reprends quand il est temps »

Asseyez-vous et méditez un instant, écoutez la musique et laissez vous bercer, émouvoir par elle.

Sentez la présence de la Déesse tout autour de vous, laissez la vous envelopper.

Entendez par delà la musique, par delà la fenêtre les sons de la vie, suivez en un et savourez le.

Quand la musique s’y prêtera, quand le moment sera venu pour vous, levez vous et commencez à bouger, à danser la joie et l’amour de la vie, dansez la fertilité, le souffle du vent, l’eau des rivières, la mort et la renaissance, laissez la Grande Terre Mère guider vos pas.

Sentez une grande énergie monter en vous et laissez la irradier dans le cercle, remplissez l’espace de votre cercle de votre être et de votre énergie.

A présent laissez sortir un son du plus profond de votre être, laissez le monter doucement et exploser hors de vous avec bien être, reproduisez le et modulez le jusqu’à ce que tout votre être vibre par ce son.

Continuez de danser jusqu’à que vous sentiez que cela est assez.

Asseyez vous à nouveau devant l’autel et recentrez vous, laissez circuler l’énergie en vous, du ciel à la Terre, entre qui vous faites le lien.

Priez à présent la Grande Terre Mère avec les mots qui vous viennent

Remerciez à présent la Déesse de sa présence à vos côtés

Remerciez également les quatre Gardiens.

Faire don de vos offrandes sur votre autel ou dehors au pied d’un arbre, ainsi qu’au quatre directions.

Fermer le cercle en faisant le tour de celui dans le sens « antisolaire » et en disant :

« « Ce rituel est terminé, ce cercle à présent fermé, tout est maintenant comme avant »

Autant de fois que vous le jugerez nécessaire.

Sortez à présent si vous n’êtes pas déjà en extérieur, pied nu si possible, foulez doucement l’herbe de vos pied et ressentez en la fraîcheur….observez le monde qui vous entoure et goutez chaque instant.

cropped-img_20431.jpg