Dans la tempête.

A gauche? A droite? Que choisir? Moment crucial ou l’avenir se joue, me voilà bien désorientée. Je tente de prioriser, de surmonter mes craintes. J’apprends surtout à penser de maniere stratégique , a assurer mes arrières, à me menager des portes de sorties, juste au cas oú. 

Lundi j’ai eu 31 ans. J’avais pas envie. Et finalement je n’oublierai jamais ce moment. J’ai eu la chance d’être présente pour accompagner mon arrière grand-mère sur son lit de mort. J’ai recueillie ses derniers mots comme des trésors,  je lui en ai soufflé des reconfortants. Elle m’a entendu, m’a remercié,  a dit de si belles paroles. Nous étions là avec ma mère , et nous lui transmettions tout notre amour. Nous lui avons fait écouter sa musique préférée,  je n’ecouterai plus Franck Sinatra qu’en pensant à elle et à ce moment. Elle nous a offert autant que nous lui avons apporté je pense. C’était magique, calme et beau. Elle avait 92 ans.Elle s’appelait Suzanne. Aujourd’hui elle sera incinérée et finalement je peux être présente. Et cet après midi rassembler ses esprits pour poursuivre le passage des oraux. 

Après tout ÇA je vais dormir une semaine au moins. 

Publicités

Il se faisait appeler « jojo »

Ça faisait une semaine que jojo avait signé une décharge pour sortir de l’hôpital et revenir au centre d’hébergement….une semaine et déjà l’alcool était de retour dans sa vie comme si elle ne l’avait jamais quittée. Il avait moins de trente ans et buvait depuis ses 8 ans. Il est mort mardi soir. D’une chute d’un petit balcon non loin du centre. Accidentelle ou pas l’enquête le dira…mais comme le monde est petit je connais la personne qui a appelé les pompiers et qui a essayé de le ranimer en vain. Ce qu’elle m’en a dit c’est son visage ravagé, boursouflé. ..il m’a d’ailleurs demandé si un gars du foyer ne s’était pas fait lynché?  Ce que je sais c’est que je suis triste au delà des mots que je couche ici…triste qu’une personne ait vécu ainsi. Triste qu’il ne puisse pas se trouver la petite copine dont il rêvait …ne plus l’entendre avec son accent paysan me dire  » j’peux vous dire une p’tite bêtise? J’cherche une p’tite copine! Justement, j’pensais à vous,hein! »…

Salut jojo….j’espère que tu auras une prochaine vie meilleure….je t’oublierai pas.Ces quelques mois à tes côtés, durs, violents et touchants, m’ont marqué pour longtemps. Et l’image de tout ce sang ….. restera gravée.  Malheureusement. 

j-37: Boues rouges, info et pétitions

27 nov. 2016 — Le collectif LES SENTINELLES qui s’était illustré en janvier 2016 en lançant l’évènement « Cocktail rouge pour le préfet » avait créé à cette occasion le visuel du poulpe rouge à tête de mort, symbole de l’étendue et de l’issue fatale des dégâts que causent ces rejets toxiques.

Ils viennent de récidiver avec Greenpeace Marseille lors d’une performance pacifique et silencieuse ce vendredi 24 novembre 2016 devant le FRAC à Marseille qui inaugurait l’exposition « D’une Méditerranée, l’autre ».

Les Sentinelles mènent parallèlement d’autres combats sur les enjeux du littoral et sont à l’origine de plusieurs pétitions, dont une au sujet des terrains pollués aux portes du parc national des Calanques. La dernière en cours concerne un projet de privatisation du domaine public Villa Valmer classé « zone proche du rivage » selon la loi littoral http://bit.ly/2ezmG9B

LES SENTINELLES préparent de nouvelles actions « surprises » à Marseille à partir du vendredi 27 janvier, au sujet des rejets d’Altéo … l’image du poulpe à tête de mort n’a pas fini de hanter nos décideurs !

par Olivier DUBUQUOY sur Change.org

Je le trouve assez bien trouvé leur logo poulpesque à tête de mort..

Dernière nuit avant l’opération, moi je ne suis plus opérationnelle pour rien!

Veuillez m’en excuser!

j-53: champignons, et Léonard Cohen

Tu parles d’un titre…mais le vlà parti le poète à la voix de velours que mon père m’a fait découvrir en jouant ses morceaux à la guitare quand j’étais gamine…nous chantions ensemble « Suzanne »…et ce morceau évoque pour moi la chaleur du foyer et les après midis de week-end passés simplement, entre membre du clan.

Son dernier album me faisait bien envie d’ailleurs…derrière en fond sonore, la soirée France Inter qui lui est consacrée, jusqu’à une heure du matin.

Et les champignons qui mijotent tout doucement en attendant d’être savourés demain. Un 11 novembre suspendu hors du temps, dans la forêt de mon enfance, qui est toujours comme un retour au foyer. Le seul et unique?

wp-1478896251140.jpg

Et pour finir un chouette court métrage très inspirant sur lequel je suis tombé par hasard…avec des ailes, des os, une hirondelle

j-59

j-59 avant auto destruction, auto consumation,la combustion instantanée programmée…En tas cas c’est comme ça que j’avais imaginé les choses pour ce projet…tout effacer et repartir d’une page blanche, d’un autre projet, si l’envie est encore là…peut être pas tout de suite, peut être après avoir terminé ma dernière année d’ES. Une fois le mémoire loin derrière, les oraux torchés et les dés jetés…et même peut être une fois mon nouveau job trouvé! ça paraît loin tout cela mais ça va arriver vitesse grand V.

Et alors que me voilà à mon 308ème jour d’engagement auprès de Tellus Mater, alors que j’ai pour le moment honoré ma promesse plutôt haut la main ( écrire chaque jour, autour d’Elle, de moi, de tout, pis de rien surtout!) je sens que je m’essouffle!

J’intériorise pas mal ma pratique depuis plusieurs années, écrire ici m’a permis de retrouver un peu l’envie de ritualiser, de m’impliquer, de manipuler les énergies, de m’y frotter…et là, après tout ce temps, des hauts et des bas, j’ai à nouveau l’envie de me recroqueviller sur moi même et de rester au chaud au fond de ma coquille… Cette journée en a d’ailleurs été une belle illustration, roulée en boule dans ma couverture fétiche( pleins de carrés multicolores en laine, tricotés et assemblés avec amour par ma Mère) allongée sur le tapis, devant le poêle, à piquer un somme de manière inattendu et la difficulté d’émerger ensuite.

J’accepte ce mouvement de repli, dû à l’ambiance au stage, à la pression de la formation, au rythme, au manque de thunes ( droits pôle Emploi en bout de course, RFF bonjour) aux tuiles, à la saison, aux lunes rouges qui arrivent…un carrefour, une fourche sur le chemin ou aucune route ne donne envie, ou seul un demi tour paraît viable, tout en sachant qu’il n’y a pas d’autre choix que d’avancer!

une_citation-11

301/365: préparer le passage

la nuit de la Samhain approche, le voile entre les mondes s’affine, l’arrivée de la partie la plus sombre de l’année se fait en douceur…un moment pour se poser, pour se reposer, pour réfléchir, pour penser à ceux qui ne sont plus, à ceux que nous sommes et avons été…demain nous creuserons notre citrouille, tradition oblige, et l’allumerons avec la jubilation enfantine de voir enfin apparaître le sourire édenté de Jack’o’lantern.

J’aime cette période de l’année!!!

284/365: sortie du mercredi

Avant le coucher du soleil, sur des chemins connus et reconnus, empruntés maintes fois…marche de sioux, pistage et cris d’animaux…un fossile posé là, l’oeil de Dea, des passages secrets (du lapin d’Alice ou d’autres animaux à poils roux), et un enfant de la Terre gisant là sur le sentier, pas encore tout raide, presque tiède,que j’ai déposé doucement entre deux pierres d’un vieu mur ancestrale, dans une petite cavité où il se trouve à présent lové.