j-56: oser traverser

Magdalame / L’ombre éclairée

Ose traverser !

Tu viens à moi comme un souffle, comme une odeur immémorable, Magdalam, l’âme rouge de ce qui se donne au cœur d’un désert de poussière. Tu resplendis au centre de ma misère, lorsque toutes les parties de moi ont été mises à sac. Lorsque je ne sais plus où me tourner pour espérer, lorsqu’il n’y a plus rien à faire, à dire, à penser, tu apparais dans ton écrin rouge pourpre presque violacé, une étoile de feu rouge qui pulse et qui bat pour réinventer une autre vie sans fard, sans but, sans objectif.
Magdalam, éternel féminin qui se donne, qui s’offre, qui perpétue la vie à partir d’une onde, d’une pulsation, d’un soupir neuf. Magdalam, la fin d’un voyage, le début d’un autre, un goût de terre acre, un profonde chaleur de braise diffuse.
Je ne sais plus, je ne sais pas, j’ai fait semblant de savoir la vie. Là c’est la question qui me creuse, me tord, me dissèque, me met à l’envers, bouscule, bascule, mouvement et immobilité, juste ce feu que j’héberge quand je te vois, te touche. Qui est-tu et qui suis-je, que sommes-nous, fous, sages, hommes, femmes, esprits ? Je n’ai plus de repères, je tombe sous toi, tu m’écrases, je ne suis rien, tu me modèles hors modèle. Pauvre de moi, dit l’ego apeuré, que vais-je devenir ? Là où tu vas, le devenir n’est pas, là d’où tu viens s’invente la vie dans l’incandescence du magma des entrailles de la terre, au plus près d’Hall d’Amenti, tu deviens amant de terre.

Elle, la bien-aimée, ma dame, me mène à toi tout doucement, comme on ré-apprivoise. Tu es lourd, tellement rouge que tu brilles, noir. Tu as la peau cuivrée des origines, une densité comme une pierre inévitable, une présence ingouvernable. Tu n’appelles pas, tu ne déflagres pas, tu te sais le passage obligé, la porte étroite, tu sais qu’il n’y a pas d’autre voie que celle que tu inities. Toi, l’initiée silencieuse, celle qui a tout reçu, tout accueilli sans jamais se laisser distraire, celle qui a su qu’un jour il faudrait transmettre à nouveau. Après le dévoiement du verbe haut, après les trahisons, les impasses, il faudrait que jaillisse l’enseignement souterrain cheminant en ton cœur qui a su boire toute parole sans jamais rien en dire. J’aime que tu sois sur ma route comme une sœur de Magdala, te toucher c’est réveiller la voix du sang de vie, chemin rouge de la passion d’aimer sans compromission ; un doux absolu. Te toucher, c’est retrouver en mon corps le poids de la présence juste, redevenir porteuse de mes peines et de mes joies avec royauté et noblesse, avec dignité. Tu es ce qui me ramène au digne d’amour. Digne d’amour je suis.

Vous avez tiré: Air

Par l’amour reçu, par l’amour donné, je suis éternelle et me tiens au sommet de la croix. Corps radiant dans les huit directions, j’émane et diffuse un parfum sensoriel sensuel de particules mémorielles. Durant ma vie, j’ai traversé les terres sèches des cœurs renonçants, les mers acides des jalousies envieuses, j’ai tout pris comme j’ai pu, comme on fait un fagot de branches mortes pour l’allumer à l’âtre avec des gestes quelquefois hésitants, maladroits et frileux. Mais j’ai ramassé le plus gros, ce qui sert, et maintenant ce fagot est gerbe, gerbe de blé, mûr, prêt à être planté en tes terres. C’est mon présent qui devient le tien par transmission naturelle, prends-en soin comme l’avare de ses pièces d’or, c’est la moisson de demain. Tu as ce pouvoir de transmutation de tes expériences de vie qui quelquefois sont difficiles, âpres, aigres, fielleuses, inacceptables. Et pourtant ton vrai pouvoir est là, tout ce qui t’arrive est là pour changer ton bois mort en blé mûr. Appelle-moi et je serai là, je t’intimerai à te guider au plus juste de cette opération de pure magie. Transcendance, transe en danse, pour faire croître et pousser, pour réconforter et apaiser, va danse et transforme.

Le temps est venu de me faire confiance, tes ennemis t’ont cloué sur la croix, tu as hurlé l’abandon qui te tue, tu es mort mille fois, tu t’es jugé coupable et t’es laissé transpercer comme une victime, le temps est venu de descendre de ta croix, de laisser mon amour amener ton âme dans ton corps pour que l’amour soit sauvé. Laisse-moi te laver de mes larmes de t’avoir senti tant souffrir tout seul, laisse-moi déposer le parfum d’aimer sur chacune de tes plaies, laisse-moi être près de toi, tout près, que ma lumière fasse de ton cœur un soleil amoureux des étoiles. Que mon rire fasse ta vie à ton image, il n’y a rien que nous ne puissions accomplir ensemble. Seul, tu restes cloué comme un pauvre homme que le père a trahi, seule, je reste une coupe vide d’ivresse. Ensemble, nous sommes tout, je te vois, tu m’éclaires.magdalame-air

http://www.krn.fr/?skull=magdalame&elem=air

L’air, mon élément…ce tirage de l’oracle des crânes encore plus parlant que la dernière fois…Je me suis retrouvé tout du long, et un véritable dialogue s’est instauré. J’ai entendu ces « paroles » jusqu’aux tréfonds de mon être. Et là, ça me donne la force de continuer et de puiser dans les ressources qui me sont offertes. De faire confiance aussi, et de descendre de la croix…sur laquelle je me suis moi même installée!Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?

292/365: wikifab

Un nouveau site de partage vient de voir le jour…un site dédié au « fais le toi même » (DIY), au recyclage, aux trucs et astuces… Comment faire une draisienne avec deux tabouret IKEA, bar à vin en tuyau de cuivre…faire avec de la récup’ des trucs sympas et utiles, ou se lancer dans des expèriences de dingues…

Moi ça me parle vachement! Dans notre époque troublée où les conséquences de la surconsommation n’ont pas finit de se faire sentir..alors que certains appellent à corps et à cris la décroissance…Et que d’autres parlent même de ne plus rien acheter pour cesser d’être pisté, étudié à la loupe…

Y’a des gens qui ont décidés de mutualiser leurs connaissances, à nouveau, pour faire profiter au plus grand nombre gratuitement de leurs savoirs et de leurs idées pour consommer autrement, créer, devenir des « faiseurs »( makers) au lieu d’être de simple consommateurs obéissants…

ça se passe ici –> http://beta.wikifab.org/index.php/Accueil

un concept pour moi tout Tellus Materien!

 

275/365: soirée sorcière. ..

Alors que cette journée je l’ai passée entourée de personnes qui n’avaient pas vraiment envie de ma présence à leurs côtés. ..alors que tout le monde éructait, mouchait,frissonnait…. et qu’en rentrant mon fiston avait encore la goutte au nez…j’ai enfourché mon balai,sorti mon chaudron et concocté quelques remèdes.

  • Un massage sur le torse et le dos à l’huile d’amande douce,ravintsara et tea tree (une goutte de chaque dans la paume) pour tout le monde.
  • Trois gouttes d’eucalyptus sur le poêle, avant de me souvenir de cette branche d’eucalyptus que ma soeurciere vendeuse d’épices m’avait donné!
  • Dans la lancée j’ai refait ma fiole spéciale yoni en détresse  ( huile d’amande douce ou de jojoba dans laquelle j’ajoute 40gouttes de tea tree et 40 gouttes de palma rosa ) sur la photo c’est un pot de confiture,les tous petits petits, qui ont à peine de quoi faire une tartine dedans…. oui je sais c’est précis…si ça intéresse quelqu’un je peux trouver les dosages exactes.

Et pour finir,avant de faire toute autre chose (gamelle du loupiot,débarrassage…) et avant une douche exfolliante et purifiante,une tisane de plantes du « sanglier philosophe »…

Puissent tous les sorcièrons et les sorcières de la terre trouver en cette soirée du lundi un peu de magie et de réconfort, par le feu, l’air, l’eau et la terre.

Et demain je note la proposition de mister Volcos, de regarder le soleil couchant….. 

270/365: womb

je suis particulièrement sensible ce soir à deux partages…un qui m’a été fait directement, l’autre de manière moins directe mais que j’ai reçu comme un don…Cette vidéo en fait partie…elle m’a touchée, là tout de suite, maintenant, c’est ce dont j’avais besoin ce soir pour m’ouvrir et me connecter à Tellus Mater.

Je trouve ces femmes magnifiques, ce rite d’une simplicité naturelle, instinctive. Il me parle, elles me parlent, avec leurs différences et leurs ressemblances, et ce qui fait que nous sommes toutes liées.

Puisse Dea, Tellus Mater et toutes les forces de l’univers permettre que ces rites, les cercles de femmes, se développent un peu plus par ici, et pourquoi pas par là!Cela manque cruellement.

Merci Iria! ♥

 

263/365: sacrée cup! 

Elle arrive en pharmacie!!!!la cup! !!je ne pouvais passer à côté sans une certaine joie et une envie de la partagée! Ah…lalalala!ça se démocratise!Ça s’en vient! 

Bon ils me font rire avec leur silicone anti-microbien…. mais bon…elle est là! L’alternative est possible, et si les pharmacies s’y mettent peut être que les plus frileuses vont oser?

Maintenant reste encore à faire changer les mentalités! Le sang n’est pas sale…mettre ses doigts dans son vagin celebien, être une femme et avoir ses lunes rouges ce n’est pas une malédiction! Haut les cup!

247/365: la nature reprends ses droits

Là où il y a si peu de temps des roches et des parois abruptes rappelaient que cet endroit avait été une carrière de granit exploitée des années durant par la main de l’homme, (et quelques engins). ..là ,aujourd’hui il n’en reste plus trace. …tout est recouvert et qui ne sait pas ce qui s’y trouvait alors peut a peu près ignorer l’existence de cette carrière… si on lui en laisse le temps la nature reprend ses droits.Je trouve ça magique et grisant.

189/365:Merci

Ce soir, envie de dire merci…

Merci à cette belle éclaircie, merci à cette amie qui m’ a comblé et qui, sans que l’on se soit jamais rencontré en chair et en os, à su me cerner et me connaitre si pleinement. Merci à elle pour sa confiance, pour sa présence… et pour ses attentions qui me touchent plus qu’elle ne peut le croire.

Cette surprise qu’elle m’a faites aujourd’hui me fait penser à mon sentiment de solitude parfois ( souvent)… J’aimerai tellement être ailleurs , comme si la vie pouvait y être plus remplie, les personnes plus proches, les choses plus simples.

J’attends énormément des gens, j’ai besoin de relations vraies et fortes, je suis souvent déçue de la superficialité des choses. J’ai envie de pouvoir faire des déclarations d’amour/amitié, sans que la froideur nous éloigne sans arrêt, nous garde à distance de toutes émotions qui pourraient nous chambouler ou nous engager un peu trop.

J’ai envie de pouvoir prendre soin des personnes qui me sont chères, de pouvoir donner et recevoir. Mais cela semble si compliqué.

Qu’une personne que j’admire et apprécie comme celle ci me fasse don de son amitié et de présents qui me ressemblent tant, alors qu’on ne s’est jamais vu…je trouve ça magique…magique et frustrant à la fois…. quand les gens que j’ai à porté de main me semblent si loin, alors qu’elle qui est loin me semble aujourd’hui si proche…la magie du net….les relations tissées ici ne me semblent pas moins fortes, au contraire…c’est étrange…

Sous nos doigts, les mots naissent et nous rapprochent, nous prenons le temps de nous lire, de nous dire, des choses qu’à voix haute nous ne prenons parfois pas le temps d’énoncer.

Alors ce soir, merci! à toi Iria!

mERCI aussi à tous les autres et toutes les autres avec qui je fais un bout de chemin, plus ou moins long, mais important à mes yeux…à vous que je ne verrais peut être jamais, êtres réels et un brin fantasmés, à vous qui vous livrez plus ou moins pleinement, parfois mystérieusement…merci !

Et merci à ceux que je rencontre, de manière épisodique mais intense, et que j’aurai plaisir à revoir, ici ou ailleurs!

 

173/365: démocratisation! !!

image

Enfin….elles arrivent en grande surface! Bon le prix n’était pas affiché. .. mais ça bouge ça bouge! Je me souviens encore la sage femme qui éclatait de rire après mon accouchement
-« je peux remettre ma coupe menstruelle? »
-« c’est quoi? (Gné?) »
-« ça sert à reccueillir le sang mais c’est en sillicone et ça tiens par une sorte de système de ventouse et….. »
-« (grand éclat de rire…en partance pour ailleurs) recueillir le sang?mais pourquoi faire? »
-« laisse tomber! »(patate)

Voir ça entre les tampons et serviettes me donne un peu d’espoir…si ça vous intéresse c’est une enseigne avec un grand G!