pleins de choses à dire…et si peu en même temps

Le temps file!

il se passe pleins de choses en ce moment dans ma petite vie païenne et profane, qui ne font plus qu’une depuis longtemps.

Je me suis aperçue que cela allait faire un an que j’écrivais quotidiennement dans mon Bullet Journal sans que j’ai pris le temps d’en faire la présentation ici….en même quoi dire de plus que ce que les autres n’auront pas fait?

Mon écriture dans ce journal est très instinctive et regarder et voir ce que je prends la peine d’y noter me parle de moi, de mes rêves, de ma pratqiue aussi!

Alors qu’au départ je faisais apparaître plusieurs onglets ( méditation, yoga, sport, musique, méditation…) je me rends compte que le plus souvent tout est lié ici aussi…

Pour méditer point besoin de m’asseoir au calme…je peux saisir ma guitare et m’y adonner pour la journée et pour moi c’est du pareil au même….l’esprit se relâche, puis se fixe, et tout le reste disparaît…Je connais quelques moments de grâce fugace qui fuient dès que je commence à analyser ce que je vit. C’est impressionnant…tu touches du doigt ce que tu recherches, et quand tu te dis « ça y est j’y suis », déjà c’est finis….

Enfin, tout ça pour dire qu’il reste pour moi très difficile de m’en tenir à des catégories!ça ne marche pas comme cela pour moi.

aviary-image-1504182461003

Collecte de déchets, lors d’une baignade…une fois par semaine n’est pas suffisant pour garder les lieux propres!!!!!

Ma vie actuellement est faites de prises d’engagements envers moi même et d’ancrage constant de pratiques plus anciennes… J’essaie de me concocter au maximum un quotidien en accord avec mes valeurs.

aviary-image-1504182414503

Je passe mon temps aussi à récolter, champignons, fruits….mais je n’ai pas encore réussi à faire des réserves pour l’hiver…aussitôt cueillie aussitôt manger pour le moment!J’aimerai apprendre ( et avoir l’espace et le temps nécessaire) à stocker, faire sécher, conserver, pour savourer l’hiver des bouts de printemps et d’été… faire un peu plus la fourmi que la cigale. Mais je n’en suis pas encore là! A part pour les confitures et quelques herbes magiques….

Une étape à franchir prochainement!

Bon je file!

=> je me suis promis à moi même de m’inscrire à un cours de yoga à côté de chez moi! J’arrête de me trouver des excuses pour repousser ce moment ( prix, pas si cher, emploi du temps pas encore calé, mais avec pleins de possibilités…) et je me lance!!!

Belle journée à tous et toutes…ici les feuilles jaunissent, il fait plus frais, la maison est en courant d’air, ça sent bon le dehors dans le dedans….j’♥

Publicités

Récoltes 

Le lien à TELLUS MATER qui doucement se tisse plus solidement. Entre cueillette sauvage et culture du sol, je suis chanceuse de ses trésors glanés au fil des jours. Et au milieu de tout cela, la beauté d’une spirale dessinée au coeur d’une savoureuse pastèque…. la beauté cachée, mais pas à qui sait regarder? 

Semaine 13….des arbres

La semaine dernière les premiers soleils, les premières chaleures , ont été un appel.  Je pensais avoir du temps pour un land art, une création de pleine air mais non. Mon corps, encrassé après ces mois passés à taper mon mémoire, demandait un effort. J’avais un besoin fou de bouger, de suer, de me fatiguer.Je suis donc partie pour une rando de 30 km. Et comme toujours, j’en suis revenue épuisée et la tête pleine d’images splendides. J’ai découvert des lieux à deux pas de chez moi, des lieux que je ne soupçonnais pas. 

Et la présence d’un ami futur bûcheron m’a permis de parfaire mes connaissances des arbres. Et moi de lui transmettre ce que je savais de certaines plantes. Nous avons pris notre temps. Nous avons humer les aiguilles de pin, celle des Douglas, respiré l’odeur de la fleur de l’épinette, croqué les feuilles craquantes du charme, touché le gras visqueux des jeunes pousses de châtaignier….

et c’était bien!

Semaine 11

En ce moment, entre les mains et sous mes doigts, seuls les mots aparaissent. Les mots qui se suivent, les pages qui s’accumulent et qui annonent la fin de la formation. Alors cette après midi de printemps,  alors que le passage à l’heure d’été est tout frais, j’ai pu faire quelque chose que je n’avais fait depuis longtemps….mettre les mains dans la terre. J’ai gratté,  semé,  fouillé la terre et l’humus.  Et dans une maison propre et aérée j’ai essayé de faire rentrer un peu de Tellus Mater,  un peu de printemps. 

J’ai pleins d’envies et d’idées à venir mais je laisse s’exprimer les possibilités qui se présentent. …je ne m’impose aucun support, aucune matière. …aujourd’hui j’ai sculpté la végétation, et fais le lien entre le dehors et le dedans….un bon nettoyage de printemps. Et c’est très bien.

Ma manière de célébrer cette saison de renaissance.

J-44: instantané 

Où comment s’arrêter pour observer…pour « immortaliser »deux moments qui pourront paraître banals. Mais, prendre le temps de voir, de savourer , de lever les yeux au ciel pour voir le bleu immaculé que les grands vents ont lessivé . 

Une journée de novembre à 16 degrés ,  dans les feuilles d’automne et à travers les rivières….j’avais une odeure sur moi, une odeure de rose et de patchouli qui, alliée à celle de la forêt, m’a ramené des années en arrière.ET cette fois ci,une petite récolte assez conséquente pour manger à trois de bons pieds de mouton,laqué amethyste, cèpes ,  chanterelles à tubes, coulemelles grise….

J’ai l’impression d’avoir vécu plusieurs vies en une journée ce soir. et demain c’est lundi…jour de la lune et de la reprise de la semaine.

J-45: hésitation, crâne et pieds de moutons….

Je suis partie seule cet après midi. J’errais sans but à la maison, avec cette sensation de vide des personnes plus habituées à avoir du temps pour elles.J’ai tout aéré, aspiré et lavé et c’est presque machinalement que j’ai attrapé mon panier, pris une pomme en passant puis suis montée dans ma voiture… pour arriver ici:
Le soleil déjà si bas et me voilà en quête de champignons….tout en sachant que cette Année est spéciale de ce point de vue là ,  je ne baisse pas les bras. Eh bien, la récolte ne fut pas celle que j’attendais mais je suis comblée.Non loin du lieu où poussent toujours deux trois pieds de moutons: 

Un crâne ! offrande de la forêt que j’appelle de tous mes  voeus depuis si longtemps!….il ne me reste plus qu’à trouver des bois de cerfs et je serais comblée .  Ce crâne est magnifique. je penche pour le crâne d’un petit chevreuil d’après mes recherches mais je suis débutante en reconnaissance cranesque….

Je remercie Tellus Mater pour ce cadeau…j’en prendrais soin.Pour finir: J’ai offert mes deux pieds de moutons à Dame nature.

J-51:moins on sort 

moins on a envie de sortir , cqfd. Mais dès qu’on se pousse un peu,entre deux bruines automnales, on revit. 

 L’air froid sur le visage est la chose la plus douce au monde. 

Les arbres aux branches nues qui se tendent et craquent vers nous n’ont jamais été plus poétiques.

La bruine nous abreuve de ces mille petites gouttelettes.

C’est à se demander à quoi sert de s’enfermer…qu’il pleuve neige ou vente…nous avons besoin d’extérieur…de bouger notre couenne…je trouve que c’est horriblement facile et triste d’oublier cela. 
Merci pour ces instants fugaces, du bonheur à l’état pur, plus de course après un horizon qui bien sûr continu de se déplacer, toujours plus loin. Non,juste le bonheur simple d’un instant présent qui passe de morose à magique en un rien de temps…. pour un peu qu’on veuille bouger, se décentrer, relever la tête…mettre du mouvement. 

j-53: champignons, et Léonard Cohen

Tu parles d’un titre…mais le vlà parti le poète à la voix de velours que mon père m’a fait découvrir en jouant ses morceaux à la guitare quand j’étais gamine…nous chantions ensemble « Suzanne »…et ce morceau évoque pour moi la chaleur du foyer et les après midis de week-end passés simplement, entre membre du clan.

Son dernier album me faisait bien envie d’ailleurs…derrière en fond sonore, la soirée France Inter qui lui est consacrée, jusqu’à une heure du matin.

Et les champignons qui mijotent tout doucement en attendant d’être savourés demain. Un 11 novembre suspendu hors du temps, dans la forêt de mon enfance, qui est toujours comme un retour au foyer. Le seul et unique?

wp-1478896251140.jpg

Et pour finir un chouette court métrage très inspirant sur lequel je suis tombé par hasard…avec des ailes, des os, une hirondelle

301/365: préparer le passage

la nuit de la Samhain approche, le voile entre les mondes s’affine, l’arrivée de la partie la plus sombre de l’année se fait en douceur…un moment pour se poser, pour se reposer, pour réfléchir, pour penser à ceux qui ne sont plus, à ceux que nous sommes et avons été…demain nous creuserons notre citrouille, tradition oblige, et l’allumerons avec la jubilation enfantine de voir enfin apparaître le sourire édenté de Jack’o’lantern.

J’aime cette période de l’année!!!