.: à ciel ouvert

Alors que la maison se vide , nous faisons des petites balades autour de notre chez nous pour encore quelques semaines.

Nous les avons usés ces chemins, et aussi ces vieilles pierres du prieuré qui ont pris la foudre il y a plus d’un siècle.

Un endroit de jeu, de cachettes, où les chauve souris s’abritent entre les pierres des voûtes romanes.

Plus de dehors, plus de dedans, un endroit hors du temps.

.: Prières et voeux d’anniversaire :.

Sous la glycine, au bord de la rivière

Se cache une alcôve de verdure. Ici furent dispersées les cendres de plusieurs de mes aïeuls. c’est ce lieu que j’ai choisi pour accrocher mes rubans de prières.

Je fût accompagné par quelqu’un qui parlait beaucoup…cela ne m’a pas aidé à me recueillir et à poser mes intentions sereinement. Mais j’ai beaucoup aimé le faire ici, ce jour là.

Un pour les êtres qui me sont chers, certains ont des voeux, des rêves à porter. D’autres Pour prendre soin , pour protéger, pour guider dans l’après, …la rivière glougloutante m’a permis de demander à Brighid de veiller sur ces prières, ces vœux , ces souhaits.

C’était une inauguration… d’autres personnes pourront le faire ici, aujourd’hui nous sommes deux à avoir ressenti l’envie… et je sais que j’y ferai de nombreux passages… je n’hésite plus à formuler et à demander à l’univers, Dea, tout ce qui m’entoure , guidance et abondance…

.:Offrandes à Brighid:.

Il y a peu d’écrits sur Brighid et je les parcours avec parcimonie. Je me rend compte qu’Elle me guide discrètement dans mes choix, dans mes actes. Elle m’a inspirée dans le travail de l’eau, Elle me pousse à explorer certaines plantes et leurs médecines. Et quand je suis mon inspiration je me rend compte après coup de sa patte bien présente!

J’écris quelques textes pour une prochaine Sadhana et je me rend compte qu’un Nom que j’ai choisi pour sa signification est en fait un autre nom de Brighid! je rêve de pissenlits, je suis obnubilée par cette plante ( et d’autres) et j’apprends que c’est son emblème. Je « décide » d’expérimenter avec la pervenche pour la mémoire et le culte des ancêtres et je découvre le lien entre Brighid et la mort…. je fais des allers retours incessants entre l’instinct et l’inspiration et les synchronicités. J’aime apprendre ainsi.

Je continue mes offrandes quand je ressens le besoin, quand je croise une fleur et que ça fait tilt! Quand le moment s’y prête. Aube et crépuscule. Apparition et disparition de la lumière. Lunaison… je me laisse guider avec joie et humilité.

Aujourd’hui aux côtés de Brighid, un élixir de pierres pour un travail sur mes blessures anciennes et mes ombres actuelles. J’ai retiré les tulipes qui étaient fanées.

Les croix de Brighid au couchant… moment que je chéris particulièrement mais que je vois peu, étant dans une cuvette. À cette période de l’année on en profite. Dans la prochaine maison j’aurai le spectacle de tous les soleils couchants sur les collines.

.: habiter :.

Bientôt , un nouveau lieu. J’ai hâte et peur à la fois. J’ai horreur des déménagements pour en avoir trop subit sûrement. Celui là devrait être le dernier. Car le lieu que nous avons choisi est selon notre idéal. Proche de la forêt , beaucoup de terrain pour installer des vergers , des bosquets sacrés , avoir des poules, quelques chèvres?… peu de voisin, pas de vis à vis ou si peu.

Un puit…. déjà 3 châtaigniers sur nos terrains! Dont un superbe et très ancien!

Derrière , malheureusement, un voisin…

Ce changement de lieu de vie devrait avoir lieu cet été, et la maison étant inhabitable en l’état, nous allons devoir passer par une phase en habitat léger….mobile home et caravane. La législation n’étant pas très clair à ce sujet il va nous falloir filouter un brin.

Il y a aussi sur le terrain une maisonnette que je souhaite m’approprier , retaper de mes mains et créer un petit sanctuaire Deaniste, dédié aux cultes de la Déesse.

Ça peut faire peur….. !

Je prie pour que ce projet se réalise au mieux et dans les meilleurs délais…

Mon cheminement spirituel et sa réalisation sont étroitement liés. Cela sera aussi un retour aux sources car c’est le lieu où j’ai passé la plus grande partie de mon enfance. Et où une partie de mes ancêtres a vécu plusieurs générations.

Plus ou moins Secrètement, j’avais émis le désir de pouvoir y vivre à nouveau un jour. J’ai toujours eu cela en moi.

.: pervenches :.

Hier, pour s’aérer l’esprit (et pas que après deux jour à laver des couches à la main) on est parti ma petite et moi sur les routes de campagne.

Au loin dans un près , un renard courait de sa démarche ondulante. Je l’apostrophe et il me regarde. Il reprend ensuite sa route en se demandant sûrement ce que je lui voulais…qu’il était beau! Je me gare un peu plus loin en espérant le voir de plus près .

Nous ne l’avons pas revu dans les bois qui jouxtaient le champ, mais j’ai trouvé de belles pervenches.

J’ai lu à leur sujet et j’ai bien hâte d’expérimenter avec elles. Ont les appelles aussi « violette de sorciers, violette des serpents, violette des morts »

Elles sont des aident précieuses pour la mémoire, l’anémie, les affections pulmonaires , en compresses sur les plaies qui cicatrisent mal ( tiens tiens…), en gargarismes et bain de bouches contre les inflammations et ulcérations buccales…une bien belle plante… ( sources : jean palaiseul)

Je devrais retourner en chercher dans les jours qui viennent.

Je pense également leur offrir une place dans le culte des ancêtres.

Merci Renard de nous avoir guidé jusqu’à elles!

.: danser mes ombres:. Transition entre la deuxième Mère originelle et la troisième

La nuit Avant la nouvelle lune, je ne trouvais pas le sommeil. Je décidais de me saisir de mon tambour afin de tenter un voyage dans le monde d’en bas afin de partir à la rencontre de mes ombres.

Tout est allé très vite. Je me suis installée sans préparation aucune que ma ferme volonté. J’ai saisi mon bodhran, ma mailloche qui est en fait le stick du bodhran avec une chaussette dessus ( c’est dans mes choses à faire du moment, une mailloche digne de ce nom). Je me suis assise au centre d’un tapis circulaire représentant le yin et le yang. J’ai commencé à frapper mon rythme et j’ai fermé les yeux.

Je rampe dans un goulot, comme celui d’un terrier de renard. J’avance péniblement. Je griffe la terre de mes ongles cassants. Je me vois devenir grise, aux yeux jaunes, Mi humaine mi-féline monstrueuse. Je fait peur à voir. Je deviens petit à petit une belle panthère noire. La terre fuit sous les pattes et le goulot finis par s’effondrer vers le bas et je tombe dans une belle clairière. Une fois au sol je n’ai pas le temps de prendre mes marques que je me transforme en phœnix blanc. Je m’envole et me brûle les ailes au soleil. Je retombe et me retrouve sous forme humaine. Nue. Mais on ne voit pas mes attributs féminins ils sont comme floutés, censurés.Je suis asexuée. devant moi apparaisse mes parents tous les deux asexués également même si je les reconnais pour ce qu’ils sont.

Je sens que je dois affirmer qui je suis devant eux: une femme! Vous me vouliez garçon, je suis fille! Et c’est comme ça. Je leur crie cela, ils ne réagissent pas.

Je souhaite mettre fin à l’expérience, je n’avais rien prévu de tout cela, je suis un peu perdue. Je danse dans la clairière pour remercier et promettre mon retour prochain.

Je remonte en panthère le long du goulot dont je trouve vite l’entrée. Je ressors et reviens à moi.

Le lendemain, je lis la carte de la panthère des Cartes Médecine de Jamie Sams et David Carson. Et je suis soufflée par la description que je lis!

Ô Jaguar de minuit, purifie moi de ton courage.

Avec ta grâce, emmène moi

Afin que je puisse connaître

La vraie valeur du vide du temps et de l’espace.

Montre moi tes enseignements,

Comment faire face aux ténèbres.

Puis, laisse moi sauter bravement

Dans l’ombre de l’inconnu, seul.

« La Médecine de la Panthère Noire permet aux êtres humains d’affronter leurs peurs et leurs comportements négatifs, explorant ces aspects ténébreux de leur êtres. »

« La Panthère Noire nous enseigne, à travers nos rêves, à fouiller à l’intérieur de notre être pour trouver les aspects ayant besoin de guérison. »

A minuit je suis remontée afin d’espérer trouver le sommeil. Brièvement il m’est venu pour un rêve qui s’est gravé en moi.

Je suis invitée à une cérémonie d’Umbanda. J’arrive et me retrouve devant deux cellule, à droite elle est vide, à gauche des danseurs d’Umbanda tous de blanc vêtu. A mes côtés le maître de cérémonie. Il m’initie à leurs pratiques mais je ne peux me laisser aller, je n’arrive pas à me joindre aux danseurs, ils sont encagés et cela me dérange. Mes efforts pour me joindre à la danse sont vain, je bouge de gauche à droite tristement. Je me dis que cela ne doit pas ressembler à cela normalement que quelque chose ne va pas.

Après je me retrouve dans une assemblée,assise aux côtés du maître de cérémonie qui m’explique le programme du lendemain et les thèmes des danses à venir ( j’ai fait un mélange dans mon rêve entre deux choses: la BIODANZA et l’Umbanda, qui sont largement évoqués dans les livres que je lis actuellement, les ouvrages de Philippe LENAIF). Un thème me saute aux yeux, il est écrit Méchante. Je pointe du doigt et je lui dis que je serais là demain pour danser ce thème car il me parle ( en disant cela je pense à ma mère, rien que l’écrire ici me fait culpabiliser, mais je lui en veut beaucoup d’avoir été méchante, et parfois j’ai peur de l’être à mon tour). Je demande ensuite si les enfants peuvent être présent à la cérémonie ( mon enfant intérieur afin de me voir danser la méchante? Exorciser la Méchante? ou mes enfants? Je ne suis pas sûre).

Je suis réveillée à ce moment là.

J’ai hâte de commencer la route avec la troisième Mère de Clan : Celle qui pèse la vérité…

Je ne serais jamais suffisamment prête.

.: Dans la grotte :.

Le chemin de la grotte

Depuis mon dernier passage des personnes sont venus peindre dans la grotte…des mains à la manière de nos ancêtres, des choses plus modernes. J’ai trouvé ça un peu dommage …mais j’ai essayé de ne pas être trop dans le jugement.

Rapidement j’ai fait abstraction et me suis laissée bercée par Elle. J’ai eu envie de chanter et de l’entendre me répondre.

Je me suis assise face à une autre formation rocheuse , le dos lové dans une cavité et j’ai eu l’impression d’avoir en face une tête de cobra. ou un clitoris. ou les deux.

Le cobra clitoris

Mon fils m’accompagnait et partager ce moment était apaisant. Vous avons bu de l’eau de la roche dans nos tisanes verveine orties. Puis nous en avons mis sur nos visage. Cette eau de sagesse coule en nous. Puisse t’elle nous guider pour l’amener dans nos vies bien mouvementées.

L’eau de sagesse

C’est parti!

L’aventure commence… je me sens déjà chez moi… les premières lignes parlent de choses que je sais déjà, mais ça remets dans le bain. Je pense que cette première année sera une replongée dans une pratique païenne qui me manque…avec quelques découvertes pour compléter, nourrir, enrichir, ouvrir….

Et les valeurs me conviennent plus que tout! La place qui est faites à l’environnement, que tout soit cohérent, le message, la pratique, les envois en enveloppes papier( ça compte beaucoup pour moi) l’aspect humain…. tout me faut vibrer au plus profond de moi…la seule question: mais pourquoi ai je attendu si longtemps?

j-35: ça pince

Enfin, enfin le froid!

Enfin le ciel bleu et le vent mordant!

Enfin l’hiver qui commence à s’installer.

Ça pince, ça réveille…je refuse  de mettre un blouson, un manteau, toute couche qui me ferait oublier que c’est l’hiver qui arrive. Je veux le sentir.Je le fait pénétrer dans ma chambre juste avant le coucher. J’aime quand le dedans est froid, un temps, que l’intérieur sent le dehors…un mélange entre l’étrange et le familier… Un rappel que je suis avant tout un animal et que ce contact brut avec la nature m’est nécessaire, même dans le foyer.

un son à ce soir retenu mon attention, un son africain, une musique qui évoque le soleil, certes, mais avant tout pour moi la Terre, et la transe.

Un rythme, une voix, une musicalité qui me fait automatiquement fermer les yeux et qui me permet de me laisser aller à des mouvements différents, qui me permet de reprendre conscience de mon corps…comme la morsure du froid de l’hiver peut également le faire à sa manière…