Australie : Solastalgie avec Glenn Albrecht, le philosophe de la nostalgie de l’environnement détruit

Le philosophe australien s’était fait une réputation mondiale il y a quelques années en inventant le mot solastalgie pour décrire la souffrance que provoque la disparition de son environnement, comme une douleur fantôme.
— À lire sur www.franceinter.fr/emissions/je-reviens-du-monde-d-avant/je-reviens-du-monde-d-avant-08-aout-2020

L’eau parle

Je suis à vif, après une longue absence…je vous le dis rien n’a changé…et tout a changé.

Je reprends en main cet outil avec difficulté.

C’est la lecture d’un article du dernier yggdrasil qui m’a donné envie de revenir ce matin.

Ce message de l’eau m’a parlé, faites frissonner.

Je ressens de plus en plus en moi la douleur de notre monde, l’écœurement sous la montagne de déchets que nous produisons et l’impuissance devant les comportements violent et mortifères de certains de mes frères et sœurs humains.

C’est dur. C’est flippant pour moi de vivre sur cette terre à cet instant de notre histoire. Cela aurait il été plus facile avant? Peut être …peut être pas. Je me dis que chaque période de l’histoire a connu sont lot de bouleversements inquiétants. Mais là, quand même! J’espère que mes enfants ne m’en voudront pas trop de leur imposer cette vie…. enfin….tout ça pour dire que cet article ( sur les rituels autour du deuil🥴❤️) m’a plu au point que cela me pousse à venir ici et tenter un nouveau départ..

Parce que le lien répare, le lien nourrit , et le lien avec mes soeurcieres me manquait.

J’ai aussi découvert de nouveaux mots pour ce que j’expérimente : la topophilie , l’amour de l’endroit où on vit, et la terrafurie l’immense colère que je ressens devant les tendances autodestructrice de notre société actuelle… voir Glenn Albrecht « earth emotion « 

Yggdrasil c’est ça :

Et c’est par là 👉 https://boutique.yggdrasil-mag.com/

Il fait trente degrés, pas d’eau à l’horizon…mais je lui fait confiance, qu’elle vienne quand elle sera prête…je l’attends oh oui! Et les arbres, et la terre.

Pour patienter je vais au lac …pour m’y plonger.

Belle journée!

72- Processus zéro déchet

Un post de Sia m’a beaucoup intéressé…je reblog ici….avec mon petit commentaire qui ne veut pas s’inscrire chez elle….^^’

oh oui, les enfants sont inspirants! et intransigeant! dès qu’on commence à les éduquer dans la conscience de la Terre c’est eux qui viennent ensuite nous bousculer, nous ouvrir les yeux sur de nouvelles incohérence!!!!
tu m’inspire beaucoup!
je me retrouve dans tout ce que tu décris ici!
Je ramasse tout ce qui traine, et mon fils le fait quand je ne vois pas un plastique ou une canette…
Je composte…on picnic tout pareil!
je pense qu’on peut toujours s’améliorer et ton témoignage du zéro déchet m’apporte de nouvelles pistes à explorer!
notamment à penser à prendre des bocaux pour les courses! un coup à prendre mais pas compliqué!
Merci Sia pour ce post!
Je relaye chez moi!
en espérant que cela ne te gène pas!

Sia Poison-Lune

Cela fait un moment que je trie mes déchets, que nous mangeons bio et/ou local au maximum de notre porte monnaie, composte, peu de viande, je ne sais pas si je l’ai déjà dit ici mais nous avons des toilettes sèches qui fonctionnent depuis que nous avons emménager dans notre maison il y a environ 2 ans et demi maintenant. Quand on part en pic nique on prend notre nourriture et nos tupp.

Une dizaine d’année au moins que les produits d’entretient sont naturels et faits maisons. Il y a quelques mois j’ai débuté la conversion pour les produits d’hygiène qui étaient déjà en majorité bio mais pas fait maison et sur ce point on voit bien que j’ai encore des choses à apprendre parce que l’effet est régulièrement désopilant ^^ pour ne pas dire foireux lol bref je fais mes expériences dirons-nous.

Je fais partie de ces fous qui…

Voir l’article original 978 mots de plus

ma petite wonder woman…

une semaine et demie que sa voiture est allée percuter un pont à 90 km à l’heure…et déjà elle rit depuis son lit d’hôpital à Besançon. Une wonder woman ma cousine…blonde plantureuse de 22 ans qui a à présent un regard canaille un peu balafré, une colonne rafistolée, une jambe moulinée, des doigts recousu par-ci et par là, des douleurs en veux tu en voilà! Mais elle est là, elle va remarcher, elle va se retaper! déjà les cicatrices rosissent doucement. Bientôt, pourras t’elle remanger normalement? J’espère, j’espère, même si je sais qu’il va en falloir du temps!

Une pensée pour elle! Si forte!2012_06_24 MazenayANN CaroFrancoise_071CN

 

347/365: quelques émissions

Je suis en vacances…j’ai juste envie de rester au bord du feu, de lire, de tricoter et…d’écouter la radio…

J’ai déterré deux émissions sur les Lentillères que je vais m’écouter demain:

510_netb-jpg-pagespeed-ce-u0bvtou2pq

source france culture

=> https://www.franceculture.fr/emissions/terre-terre/le-jardin-des-lentilleres-1#

=> https://www.franceculture.fr/emissions/terre-terre/le-jardin-des-lentilleres-dijon-2

et une autre, très belle, sur Isadora Duncan: Une femme libérée, danseuse aux pieds nus…

x510_isadora-duncan31-jpg-pagespeed-ic-q_cuehxddy

Isadora Duncan Crédits : Arnold Genthe @New York Public Librairy / Bridgeman Giraudon

https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=0b0593cd-968f-40e4-b331-9a686d2ba3a6

Parce que la Femme, la mer, la liberté, la vie….

296/365: des épis pour Tellus.

Je ne veux pas être cette femme, le dos courbé, les épaules tombantes, qui se rend quelque part comme à l’abattoir. Je ne veux pas continuer à regarder l’horizon en rêvant à ce qu’il peut y avoir là-bas plus loin, je veux y aller! aller voir et rencontrer d’autres gens! Je ne veux pas continuer à idéaliser la vie que j’aurais pu avoir si…si j’étais restée là, si j’avais persévérer un peu. Je veux continuer de rêver devant les lumières dans la plaine et continuer à me poser mille questions existentielles et essentielles.

J’ai soif et faim! Faim de liens, soif de vrai…envie d’enfoncer mes mains dans la mousse, allumer un feu et regarder l’autre en face à travers l’incandescence brulante. Je veux hurler, crier, chanter trop fort, rire et courir. Et tout ça, je vais le faire, encore et encore, je vais me battre pour ça! Je m’en fais la promesse!

Pour continuer d’apprendre à apprivoiser mes peurs, apprendre à m’ouvrir, à reconnaître l’autre, à tisser entre nous des mailles chaleureuses et non emprisonnantes. En attendant, je tresse des épis de blés dans mes cheveux et je marche déterminée, m’adaptant à ce monde étrange…J’essaie de garder mon âme de Fille de la Terre, mon envie et ma volonté, toujours écorchée vive, sensible…

wp-1477331771696.jpg

Soirée de solitude, envahie de coccinelles qui viennent s’abriter dans la maison pour passer l’hiver, Dominique A en fond sonore, la pluie qui bat dehors…c’est triste et beau à la fois…

wp-1477331696391.jpg

260/365: vous reprendrez bien un peu de synchronicité?

Alors que mes réflexions actuelles tournent autour du pouvoir d’agir, de la manière d’accueillir les personnes pour ce qu’elles sont, c’est à dire Autres, de la meilleure manière de les rendre actrices de leur propre vie, pour la première fois ou à nouveau, …Voilà que j’ouvre exactement mon recueil de poème de Jim Harrison :  » Théorie et pratique des rivières », à cette page …à citer dans mon mémoire, pourquoi pas?Tout est nourriture, tout est ressource, tout peut devenir graine!

wp-1474228227277.jpgwp-1474228207573.jpgDemain, retour en stage, pleine de belles résolutions, j’espère pouvoir les mettre en actions! aller à la rencontre des personnes que j’accompagne, chercher la bonne proximité plutôt que la bonne distance, favoriser l’expression de la parole de l’autre et accepter qu’elle soit à mille lieux de ce que je conçois de la vie, mettre en place des rapports horizontaux, partir des compétences plutôt que du manque….un vaste programme qu’il va me falloir défendre et pour lequel je vais devoir mettre au point des outils… j’ai hâte !

240/365: Mannaz

Il y a trois ans de cela…

pour moi Mannaz ce fut la passion, le coeur, le feu du foyer, les liens indissolubles à entretenir, la protection de ceux que l’on aime, et de ce que l’on aime!
et aussi une certaine réflexion au delà de tout cela…pour ne pas que les liens étouffent, qu’ils soient solides mais souples, avoir une certaine indépendance pour mieux pouvoir soutenir ma partie, maintenir un équilibre….

Cette année, Mannaz fut aussi les liens qui naissent, qui s’enchevêtrent, qui se testent pour voir jusqu’où nos ressemblances nous rapprochent.Ce dernier jour en sa compagnie, ce weekend même, fut aussi chargé que deux semaines entières. Il y à des moments comme ça où l’on vit deux vies en une, où le temps qui passe perd de sa substance, où les repères sont troublés, et quand on y repense, quelques temps plus tard, on ne se souviens plus que tout cela ne s’est passé que sur deux jours. J’aime assez cette sensation.

Entre cigale et fourmi.

235/365: 22h

Il est 22 h et je ne suis pas chez moi. l’organisation Enfant/Stage/Boulot reprends ses droits sur nos vies. Nous sommes à nouveau tributaire de l’horloge, le rythme s’accélère. Et hier, la révélation qui fait mal: la rentrée de Mishka est la semaine prochaine…que c’est tôt cette année. Et la panique qui monte, qui monte! Bientôt nous saurons aussi si nos choix présents ont été les bons, si l’école que nous avons choisie en vaut la peine, si le choc des cultures ne va pas être trop violent et si Mishka va arriver à s’adapter…entre sa mère qui se revendique fille de la Terre et qui lui apprends des mantras, le nom des plantes, lui parle de réincarnation et son école privée où certes rien ne lui sera imposé mais où la culture catholique fait partie des valeurs inculquées, valorisées…NORMALEMENT toutes les religions doivent être abordées, en tout cas j’y serais vigilante et je veillerais aussi à continuer de parler à Mishka d’une autre vision du monde, de la Terre Mère, qu’il puisse un jour, s’il en a envie, faire son choix et se nourrir de tout ce qu’il aura reçu : de l’école, de sa famille, de nous, de moi…DU MONDE AUTOUR DE LUi! J’espère qu’il se sentira assez libre pour faire sa popote avec tout ça et trouver sa vérité, ce qui fait le plus écho en lui.

En tout cas, je cogite, et déjà les semaines s’organisent plus difficilement.Alors ce soir, on ne dort pas chez nous, pour être ensemble malgré le fait que je bosse demain, que c’est encore les vacances pour lui, nous prenons le temps de profiter de nos derniers moments de cette parenthèse plus ou moins enchantée des grandes vacances d’été. Toutes les tuiles accumulées ne parviennent pas à me faire envier la rentrée.

le nouveau Iggy Pop en fond sonore me donne la gniak malgré tout, j’adore cette chanson, sombre et sensuelle. Je ne me lasse pas de la voix suave de l’iguane punk extraterrestre et sublime.

un peu de tout pis pis de rien, ça faisait pas si longtemps que ça…