.: 9 ème Mère de clan :.

Watajis, l’étoile du soir.

Les deux roues de médecine que relie une spirale. La connexion avec son orenda. Ne prendre que le nécessaire et porter dans son dos, tout contre soi, sans les voir, les générations à venir. Veiller sur elles, et leur préparer le meilleur avenir possible.

Apprendre à découvrir toutes ses facettes, animus et anima, féminin et masculin, jour et nuit, sombre et lumineux.

Et Tirer la carte du corbeau , lui qui m’a toujours fasciné.

Cartes par Jamie Sams et David Carson

.: 8 ème Mère de Clan :.

L’histoire de la 8 ème Mère de clan, la Guérisseuse, m’accompagne.

Je l’ai écouté tardivement mais avec plaisir et j’ai ressenti toutes les connexions qui s’étaient mises en place pour en arriver à Elle. La figure de la Guérisseuse m’attire depuis mon plus jeune âge. Mais je n’ai jamais voulue pour autant devenir infirmière ou autre. Mon vrai attrait c’est la guérison des campagnes, l’utilisation de simples, d’argile, le savoir des grands mères, des rebouteux, les vieilles recettes, les petites magies du quotidien. La première figure marquante pour moi fut Iza la mère d’adoption d’Ayla dans le cycle des enfants de la Terre de Jean Mary Auel. C’est à partir de là que j’ai voulu apprendre.

Depuis, en apprenant seule ou en échangeant avec d’autres passionnées, souvent Femme il faut le dire, j’ai cheminé doucement et je ne cesse de m’émerveiller et de vouloir en savoir plus.

J’espère un jour pouvoir asseoir ce travail et en vivre en partageant, en transmettant, sur mes vieux jours?

Je poursuis ce cheminement des 13 mères originelles de Jamie Sams connectée à ce qui m’entoure tant bien que mal.

.: Tambouille guérisseuse :.

Ma petite se plaignant de pipi qui pique je me suis plongée dans mes récoltes pour voir ce que je pourrai lui concocter. Premier réflexe : queues de cerises.., mais il faut douze heures de macération. Donc c’est parti pour une cure demain, je fais macérer à l’eau froide pour chauffer tout ça demain.

Les queues de cerises séchées ça sent bon!!! On retrouve bien la cerise.

Bon et pour aujourd’hui ? La prêle demande aussi un temps de macération… je pense à la mauve dont on dit qu’elle adoucit tout et qui est ma plante fétiche du moment. Lecture de Jean palaiseul: bingo! Elle est d’une grande aide quand il y a inflammation des voies urinaires. J’allie à elle l’ortie pour son aspect fortifiant et stimulant des voies urinaires.

Une macération à froid est également nécessaire, mais de quelques minutes seulement… donc ça sera impeccable pour cet après-midi…

J’en ai profiter pour récolter les graines de la mauve que j’avais laissées sur les tiges dans la précipitation du déménagement.

Après quelques minutes de macération à froid. Une couleur bleue se développe. C’est beau!

.: ciel :.

Que j’aime cet été, presque écossais! Pas trop chaud, un peu humide, voir un peu plus que ça ( surtout depuis que l’étanchéité du mobile home est un peu plus fiable! J’avoue) . Désolée pour les adeptes du gros soleil qui cogne. Ici en tout cas c’est un été tout doux. J’aime aussi que les ciels soient chargés, pleins de nuages moutonneux. J’ai horreur des ciels bleus uniformes et monotones.

Aujourd’hui, je suis gâtée.

Et les récoltes commencent, chanterelles à tubes et petits bolets tout frais. Je croise aussi de nombreux blobs jaune fluo dans les sous bois.

Je me suis laissée guider par Tellus et Brighid. Et c’était une expérience surprenante.

J’ai encore peu de temps pour moi et la poursuite de mes cheminements , Deaniste et obodiste.

J’espère pouvoir m’y replonger cette semaine avec l’écriture de quelques paragraphes pour la nouvelle leçon de l’EMD. Et ensuite essayer de reprendre mon rythme de « croisière » ?

Et les travaux qui vont débuter sérieusement: detuilage et mur en pierres sèches , débroussailler également….

Article écrit depuis un petit sentier , ici ça capte….

.: tisane sorcière du jour :.

La colère et les nerfs en pelote faisant leur grand retour, je me suis concoctée une tisane douceur…tilleul, mauve, ( ma plante du moment) , passiflore ( parce que j’allaite moins) , et quelques morceaux de gingembre confits pour le plaisir.

La concocter fut en soi un moment douceur où j’ai posé le constat du trop plein d’énervement.

Énervée c’est le mot!

Au conseil municipal, on avance et on recul, en un an aucune des décisions prises n’ont encore vu le jour ou ont été appliquées!

Au travail, les conditions sont horribles! Mais là c’est une juste colère, mérite t’elle d’être apaisée? justement dirigée semble plutôt la tactique pour laquelle opter.

Le déménagement, les travaux, les démarches, ça c’est jamais plaisant!

Donc ! Tisane!

Si ça suffit pas….on avisera!

Je continue aussi mes petits élixirs de cristal de roche! Petit rituel du matin et du soir, chargés de soleil. Ils sont ma manière de demander guidance et assistance à Brighid pour y voir plus clair.

.:Récoltes du soir:.

Fleurs de sauge

Ce soir, un beau bouquet de sauge. trouvé au coucher du soleil, dans les hautes herbes , au pied du pommier.

Un peu avant, le pied de mauve de Mauritanie ( merci Rowan pour le tuyau quand même!) a commencé à ouvrir ses fleurs! Et en marchant délicatement j’ai vu que les mauves officinales que je couvent depuis des mois ont aussi fleuries !! Joie!

J’ai récolté un peu de chaque, laissant leur part aux abeilles et autres butineurs!

Une fleur de mauve de Mauritanie et une fleur de mauve officinale…

Tout se « mange »dans la mauve, des racines aux feuilles en passant par les fleurs ou même les graines ( petit fromage les appelaient t’on pour leur forme) je vais goûter ça bientôt!

La mauve adoucit …les humeurs, les mœurs, les douleurs….une plante de la douceur et de la compassion.

Pile ce dont j’ai besoin en ce moment!

.: Herbes surprises :.

Dans mon jardin cette année c’est une explosion de surprises en tout genre.

Une mauve de Mauritanie s’est invitée. Elle est splendide et ses graines sont allées jusque derrière la maison pour donner naissance à un autre pied!

Les verveines officinales semblent plus vertes et plus belles que jamais grâce à l’absence de tonte et les pluies diluviennes des semaines passées.

Le bouillon blanc s’installe doucement, arrivé par quel miracle?

Mon sureau s’épanouit, et la renouée du Japon aussi.

Ces trois plantes ont elles été amenées ici par les oiseaux? Car moi je n’ai apporté aucune terre , ni planté celles ci!

Mes sauges sclarees sont énormes!

La monnaie du pape commence à former ses graines après une magnifiques floraison fuschia!

J’ai loupé une prairie de coquelicot, fauchée en début de semaine… mon sirop….. j’étais dépitée!

Cette année la nature est magnifique en bourgogne , comme cela faisait des années que je ne l’avais pas vu!

J’ai cueilli des orties pour essayer d’en tirer de la fibre. Cette plante ne cesse de m’inspirer et de m’accompagner…je rêve d’une vie entourer de plantes à concocter et partager des tisanes, à partager dans la nature sur les connaissances , à tisser et créer , tresser…

.: argile de la forêt + feu :.

Comme promis il y a un moment déjà je présente enfin ce que mes expérimentations avec l’argile trouvé dans la forêt, utilisé brut et cuit dans mon poêle à l’arrache, ont donné.

Brighid. Difficile de faire quelque chose en finesse avec cette terre. Mais je suis assez fière du résultat étant donné les matériaux et la technique très brute.

Une Terre Mère, Mut, Doni, telle que je l’ai appelé longtemps. Tellus Mater en somme. Car pour moi elles ne font qu’une! La Terre Mère selon Jean Mary Auel que j’honorais dans mon enfance/jeunesse et Celle dont je suis la prêtresse à présent.

Et pour finir un yoni.

J’ai aimé faire avec ce que j’ai trouvé dans la nature, comme aurait pu le faire nos ancêtres. Juste les mains et les éléments.

.:Offrandes à Brighid:.

Il y a peu d’écrits sur Brighid et je les parcours avec parcimonie. Je me rend compte qu’Elle me guide discrètement dans mes choix, dans mes actes. Elle m’a inspirée dans le travail de l’eau, Elle me pousse à explorer certaines plantes et leurs médecines. Et quand je suis mon inspiration je me rend compte après coup de sa patte bien présente!

J’écris quelques textes pour une prochaine Sadhana et je me rend compte qu’un Nom que j’ai choisi pour sa signification est en fait un autre nom de Brighid! je rêve de pissenlits, je suis obnubilée par cette plante ( et d’autres) et j’apprends que c’est son emblème. Je « décide » d’expérimenter avec la pervenche pour la mémoire et le culte des ancêtres et je découvre le lien entre Brighid et la mort…. je fais des allers retours incessants entre l’instinct et l’inspiration et les synchronicités. J’aime apprendre ainsi.

Je continue mes offrandes quand je ressens le besoin, quand je croise une fleur et que ça fait tilt! Quand le moment s’y prête. Aube et crépuscule. Apparition et disparition de la lumière. Lunaison… je me laisse guider avec joie et humilité.

Aujourd’hui aux côtés de Brighid, un élixir de pierres pour un travail sur mes blessures anciennes et mes ombres actuelles. J’ai retiré les tulipes qui étaient fanées.

Les croix de Brighid au couchant… moment que je chéris particulièrement mais que je vois peu, étant dans une cuvette. À cette période de l’année on en profite. Dans la prochaine maison j’aurai le spectacle de tous les soleils couchants sur les collines.

.: Mala Deaniste :.

Nouveau départ, nouveau mala. J’ai mis du temps à le réaliser. J’ai coupé les branches de noisetiers à l’automne sur le même arbre qui m’avait permis de réaliser les perles de mon collier de prêtresse. J’ai ensuite fouillé dans mes affaires pour trouver les perles en pierres qui correspondraient à chaque archétype. Je ne voulais pas faire d’achat et j’avais bien tout ce qu’il fallait. J’y suis allée à l’instinct et sans trop intellectualiser.

Une fois toutes les perles sélectionnées et les branches coupées, il m’a fallut débiter mes futures perles en bois. Installée sous la lune à la lueur d’un brasero je m’y suis attelée avec mon sécateur. J’aime les choses brutes donc j’ai tout fait à l’œil.

Ensuite il m’a fallut attendre que mon mari puisse me garder les marmots pour que je puisse percer chaque perle au dremmel. J’ai fait ça dehors sur ma terrasse un jour de grand vent. En tant que gémeaux, fille de l’air, ça m’allait bien.

Et puis encore un peu plus tard, un soir , j’ai pu assembler le tout.

Je suis assez contente, sauf du fil que j’ai dû adapter car aucune des pierres n’ayant le même perçage je galérais sec! Du coup c’est un fil métallique gainé au lieu de mon beau fil naturel…. en tout cas ça ne se défera pas de si tôt! Je pense!

Il y a une perle en bois différentes des autres, faites par ma maman, pour l’héritage, la lignée. En breloques final une clef pour les mystères ( et les neufs clefs) un grelot pour éloigner les énergies négatives.

Je pense rajouter des breloques avec le temps. J’ai un petit crâne qui je pense les rejoindra. Les perles en bois seront peut être gravées au fur et à mesure du temps.

Trois perles en graine de lotus à défaut d’avoir une perle en forme de…

Il est grand! Je peux faire deux tour et le mettre en collier pendant.

A la fin du rituel de consécration

Pour le rituel je n’ai pas pu le faire lors d’une phase de la lune adéquate, suivant les recommandations. Mais comme c’est l’intention qui compte et que dans nos sociétés modernes qui sont ce qu’elles sont, on fait comme on peu, j’ai réaliser le rituel un jour où tout était calme autour de moi… et c’était un moment béni!