365/365: est-ce le début de la fin? Ou la fin du début? 

365 jours/posts plus tard et n’avoir rien à dire ! Des heures derrière le clavier à me creuser la tête, des moments de doutes, de solitude, de partage et de découverte pour en arriver là, ce soir,avec une page blanche et une sensation de ne pas savoir de quoi sera fait demain. Fin du début, début de la fin, je ne sais pas très bien! Mais j’ai pleins d’envies, pleins de projets et d’idées.J’ai envie de relever le « défi « d’aegiale et de me remettre à créer. J’ai un colis à boucler depuis SAmhain qui attens patiemment…des perles à assembler….des carnets à remplir…des collages à réaliser, des papiers à plier , des mobiles à tisser, du bois à graver. ..parfois je n’en trouve pas le sommeil. Mais comme disait Sia il y a peu…moins on en fait.

Dimanche je vais peut être reprendre les chemins de randonnée. …un premier mouvement vers une autre dynamique?J’espère. …

Pour 2017: créer donc, bouger ma couenne, continuer la guitare et le chant, méditer,  faire du yoga avec mishka…tout ça en écrivant mon mémoire et en tentant de ne pas perdre le contact avec Tellus Mater….j’y crois….un peu….

A très vite et merci à tous ceux qui passent ici!

Et je vous lis toujours et encore et toujours avec plus de plaisir…..belle nuit étoilée 

Publicités

363/365: ambiance sonore

C’est donc aujourd’hui que je partage ici une ambiance sonore..celle de Bernie Krause, ancien musicien professionnel ayant collaboré avec les Doors ou les Beach Boys, et qui aujourd’hui écoute le maïs pousser, se frotte au puma, et se retrouve au milieu de deux meutes de loups qui hurlent presque par hasard. Tout ça il l’enregistre…et c’est beau!!!!

3 émissions pour le découvrir et s’immerger dans un monde animal d’une sonorité envoûtante :

https://www.franceinter.fr/embed/player/aod/80cf2b26-f7a3-4aba-b0fe-819eac0540ea

https://www.franceinter.fr/embed/player/aod/a3133423-17a6-4124-afd8-1c5ffc1beb76

https://www.franceinter.fr/embed/player/aod/6f2837c2-468a-424d-8730-536dcf508ad2

Il va aussi écouter la mer:

son site avec pleins d’enregistrement de plusieurs minutes…tous splendides!

=> http://www.wildsanctuary.com/

362/365: adaptation 

Box Internet morte….encore…..j’avais prévu quelque chose, écrire sur bernie krause, mettre une ambiance sonore dans cette soirée glacée. ..finalement je dois m’adapter et je sors mon joker cadeau de la Terre: 

au retour de l’école du loustic , après la grisaille de fin d’après midi, un soleil radieux….et les arbres tout habillé de givre.  rien de banal en somme. 

361/365: histoires de cycles

CYCLE: Période dont le terme correspond au retour de certains phénomènes astronomiques et, p. ext., intervalle de temps calculé sur la base de phénomènes astronomiques et dont le terme marque le retour d’étapes semblables sur le plan du calendrier :

1. … savez-vous combien ont régné de temps les dix rois antédiluviens de Bérose? Ils ont régné 120 sares, ou 120 fois un cycle de 3 600 ans, c’est-à-dire 432 000 ans. P. Leroux, De l’Humanité,t. 2, 1840, p. 615.
Cycle lunaire. Cycle institué de manière à établir une correspondance entre les lunaisons et le calendrier. En partic. Cycle de Méton. Période comprenant 19 années juliennes et 235 lunaisons au bout desquelles les phases de la lune se reproduisent aux mêmes dates dans le calendrier julien (cf. Guyot 1953).
Cycle pascal (ou victorien). Période de 532 ans établie en multipliant le cycle lunaire par le cycle solaire (cf. infra) et au terme de laquelle la fête de Pâques revient à la même date dans le calendrier julien.
Cycle solaire. Période de 28 années juliennes au terme de laquelle les jours de la semaine se retrouvent aux mêmes dates et, p. méton., rang de chaque année à l’intérieur de cette période (cf. Guyot 1953; Chauve-Bertrand, Question calendrier, 1920, p. 84).

II.− P. anal. Succession de phénomènes présentant un caractère de périodicité dans le temps ou, plus rarement, dans l’espace, et constituant les étapes d’une évolution de l’état initial à l’état final.

A.− [Le mouvement est continu; l’état initial et l’état final sont identiques]

1. [La périodicité se situe dans le temps] Toute sa vie, par cycles, il passa de la violence à la dépression (Maurois, Édouard VII,1933, p. 178).Dans les formes primitives, le cycle vital − de germe à germe − était relativement court (J. Rostand, Vie et ses probl.,1939, p. 166):

2. La période d’activité génitale de la femme est caractérisée par la succession régulière de cycles menstruels qui apparaissent à la puberté, cessent à la ménopause et peuvent être interrompus par la grossesse ou la lactation. Quillet Méd.1965, p. 482.
SYNT. a) Cycle de la nature, des fêtes religieuses, des saisons; cycle de reproduction, de transformation; cycle de l’azote, du carbone; cycle d’érosion. b) Cycle annuel, évolutif, végétatif; cycle alimentaire, biologique, géochimique, géologique; cycle liturgique; cycle infernal. c) Durée, phase d’un cycle. d) Accomplir, parcourir un cycle.
Rare. Révolution d’un astre. La terre tournait, ignorant dans son cycle éperdu ce qui se passe d’un pôle à l’autre (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 205).

Spécialement

a) ÉCON. Ensemble constitué par l’alternance d’une période de prospérité (ou de croissance) avec une période de crise (ou de récession) et destiné à se répéter dans le temps. Cycle court, cycle long :

3. Dans la mesure où le cycle n’est plus considéré comme un mouvement inévitable et incontrôlable, mais bien comme un mouvement soumis à l’action des stabilisateurs automatiques et des politiques anticycliques, une révision du rôle des taux des profits et du taux du profit global, dans l’expansion et dans la contraction, s’impose; … Perroux, L’Écon. du XXes.,1964, p. 637. => source : http://www.cnrtl.fr/definition/cycle
Je ne suis pas une puriste et je pars toujours de l’idée que ce que je ressens moi peut être différent de ce que ressens une autre personne. J’ai relativement de mal avec les calendriers, mais parfois le ressentis colle avec celui-ci. et lorsque l’on parle de cycle, de quel cycle parle t’on? Il en existe tellement…d’une date à une autre, d’une lunaison à une autre, d’une saison à une autre, du lever du jour au coucher du jour…
Je n’apprécie pas qu’on me dise ce que je dois penser, faire, ou dire, sans savoir de quoi je peux viens vouloir parler…d’ailleurs le sais je vraiment moi même? Parfois non, les mots coulent et s’installent comme investis d’une vie propre, et est ce que cela vaut moins qu’une autre perception?
Je me fie à mon instinct, à ce que j’observe, à ce que je ressens.
Il ne me viendrait jamais à l’idée de dire à quelqu’un: TU TE TROMPES. Là est la vérité! « quoi? toi tu sens que c’est le début de quelque chose? Mais quelle idiote tu fais voyons! le cycle c’était il y a dix jours! quelle quiche! »
Je m’en tape le front tellement je suis con!
Bonne journée à tous!
Aucune envie de retourner dans le monde, d’enfiler mon masque social! mais je suis obligée…je crois?

360/365: premier jour

au jour 1, Tellus Mater se para de mille éclats de verre et de minuscules paillettes de givre. Lorsqu’elle en eu assez , elle se laissa effleurer par les rayons du soleil et elle souffla sur le voile de brume qui l’avait enveloppé jusqu’à présent.Elle fit revenir la vie en petites gouttelettes, elle remua son dos et s’ébroua…et ce bruit là, ce bruit là était magique.

Que ce nouveau cycle soit fructueux pour tous ceux qui liront ces quelques lignes.

Ela Dea Orea

Terrae Matri Sacrum

359/365: bleu-gris

Un bon brouillard épais…pourquoi pas! Pour finir 2016 cela me paraissait de bon ton. Une bonne chape silencieuse, le temps suspendu, les sons qui se répercutent à l’infini, la vision obstruée, et la texture de l’air comme du coton. Oui moi ça m’allait bien. Je suis sortie un peu savourer l’instant le temps de « l’immortaliser » et de respirer l’air épais et frais. Puis je suis rentrée, comme dans un cocon, j’ai dormi, roulée en boule, sur moi même.Une manière douce et réconfortante de laisser couler le temps. Et demain, qu’une nouvelle aube se lève!!!!

aho!

 

 

358/365: boucler la boucle

il y a un an j’étais déjà là à cette période et je commençais à dépoussiérer cet espace, je lançais mon projet d’un article par jour. J’ai presque relevé le pari, il y a quatre jours où je n’ai pas écris dans les temps…je suis assez contente, de ne pas avoir baissé les bras….une petite victoire une!

Il y a un an déjà je savais qu’il me faudrait revenir ici, chez mon frère en Haute Savoie, pour boucler la boucle et clore cette année. Alors maintenant que j’y suis je sais que cela sera quelque chose de simple comme je les aime, à 4 ou 5, pleins de petites choses savoureuses à partager, la montagne, les étoiles, et une balade le lendemain si le temps le permet. Un début d’année en douceur, pour dire au revoir à 2016, qui ne nous a pas épargné.

et 2017 qui se profile promet d’être riche en épreuves! puisse t’elle l’être en réussites!

Alors que je m’apprête à boucler cette boucle ….je me laisse saisir par l’instant.

img_8266

357/365: rouler de nuit

Rouler de nuit, avec la musique à fond, seule, avec les décorations de noël clignotants dans un dernier soubresaut…Que le monde est beau.Il fait froid, il gèle, il n’y a personne.Je suis bien, là, à zigzaguer un peu, à regarder la forêt, à klaxonner pour effrayer le gibier.

En rentrant j’ai terminé de visionner BOYHOOD, de Richard Linklater. Un projet sur 12 années à filmer l’enfance, l’adolescence, du jeune Mason. Une belle histoire, banale ( plus ou moins), réaliste et poignante aussi. Le message du film, le final:   » on nous dit de saisir l’instant, mais c’est l’instant qui nous saisit… », j’aime assez.

Et dans les bonus Patricia Arquette ( femme sublime) parle de ces moments de la vie qui pour nous sont essentiels et qui viennent graduer, ponctuer le chemin ( diplômes, mariages…), mais qui, au final, ne sont pas les plus poignants, ni les plus importants.Elle évoque l’importance du quotidien, des bonheurs simples, qui nous saisissent et qu’il faut chérir, qu’il faut savoir ressentir, quand c’est le moment, quand ça se passe. L’atmosphère particulière de ces instants là…voyez vous?

Bref, ce film est pour moi une belle expérience, de laquelle je ne sors pas indemne…mais tout en douceur.

Je n’écris pas très bien ce soir, je balance tout cela comme ça me vient…boyhood

356/365: Profiter du soleil

Comment une petite balade, sous un soleil radieux, se transforme en gros coup de gueule…wp-1482956526696.jpg

Là, une petite récolte bien garnie, alors qu’on a nettoyé un tout petit coin du village, non loin des voies ferrées. Il y a peu il y a eu des travaux sur les voies…et on voit bien où était le coin picnic de ces messieurs. Dernièrement j’ai pu jeter tout ça sur leurs engins…mais là, plus d’engins sur lesquels transmettre le message  » bande de porcs » de manière plus ou moins subtile. Alors on a fait un tas, on s’est baladé, et après avoir récupéré un sac poubelle je suis remontée ramasser tout ça. Il y a encore deux sacs de plâtre éventré, avec leur plastique autour, a aller chercher… Pour ça, peut être une petite lettre à écrire à la mairie…

Et on a pas pu pénétrer la forêt, les chasseurs étaient bien nombreux et les tirs retentissaient…

Drôle de journée sous le soleil….

wp-1482956513081.jpg