.: 10 ème Mère de Clan de JAmie Sams :.

J’ai écouté mercredi le 10 ème conte des 13 mères de clan de Jamie Sams.

Un conte qui m’a de suite parlé de la Gardienne de Rêves et de comment on tisse notre propre toile. Une toile qui attire et retiens le meilleur, ou une toile trop lâche qui ne capture rien et ne nous permet de saisir aucune opportunité.

De partir en quête de nos rêves les plus profonds , ceux que parfois on ose même pas mettre en mots.

Mais mettre en mots est peut être la première petite graine qui permettra aux rêves de se matérialiser , peut être autrement que ce qu’on aurait imaginé.

Le lendemain j’ai fait mon tirage avec le tarot de Jamie Sams et David Carson, et sur les 52 cartes je tombe sur celle ci:

Le jaguar de l’histoire! l’étoile de mer présente sur la carte est aussi dans l’histoire. Merci pour le clin d’œil l’univers!

Je suis à un tournant en ce moment. La période n’est pas tendre, mais le jaguar vient me dire de rester droite dans mon chemin, en accord avec moi même.

De plus, je suis bel et bien en train de réaliser un vieux rêve, et je suis remplie de doutes. Ce conte tombe pile. Et les autres rêves qui commencent à pousser en moi, j’essaie de m’autoriser à les regarder un peu, à les envisager comme d’autres fils de ma toile. Une toile en spirale.

Écouter la Terre au carré sur France Inter

J’attends l’heure de récupérer ma petiote à la crèche, le beurre fond tranquillement dans le coffre. Ça parle du rapport pour le climat…ça me fout toujours les tripes à l’envers. Mais j’aime quand ça termine en disant que rien n’est irrémédiable! On peut encore faire , tout changer,…mais devant chez moi chaque jour, les poubelles degueulent, et je vois bien que les gens y zont pas encore pigés après 20 ans…que le polystyrène ça va pas là. Que l’aquarium fouttu avec encore un poisson mort dedans ça va à la déchèterie….et que rouler à 150 c’est mal…

Ça tient de la foi par moment….la mienne est là, vacillante, fluctuante.

J’ai envie d’y croire….pourtant!

J’étais bien hier…à cueillir de la bruyère.

.: ciel :.

Que j’aime cet été, presque écossais! Pas trop chaud, un peu humide, voir un peu plus que ça ( surtout depuis que l’étanchéité du mobile home est un peu plus fiable! J’avoue) . Désolée pour les adeptes du gros soleil qui cogne. Ici en tout cas c’est un été tout doux. J’aime aussi que les ciels soient chargés, pleins de nuages moutonneux. J’ai horreur des ciels bleus uniformes et monotones.

Aujourd’hui, je suis gâtée.

Et les récoltes commencent, chanterelles à tubes et petits bolets tout frais. Je croise aussi de nombreux blobs jaune fluo dans les sous bois.

Je me suis laissée guider par Tellus et Brighid. Et c’était une expérience surprenante.

J’ai encore peu de temps pour moi et la poursuite de mes cheminements , Deaniste et obodiste.

J’espère pouvoir m’y replonger cette semaine avec l’écriture de quelques paragraphes pour la nouvelle leçon de l’EMD. Et ensuite essayer de reprendre mon rythme de « croisière » ?

Et les travaux qui vont débuter sérieusement: detuilage et mur en pierres sèches , débroussailler également….

Article écrit depuis un petit sentier , ici ça capte….

.: en transition :.

En transition je suis.

Perpétuellement. De nouveaux défis. Faire tenir le nécessaire dans un espace réduit.

Faire sans réseau, en trouver un peu sous le cerisier. Rouler en vélo jusqu’en haut de la côte pour capter assez quand il y a de l’orage et appeler les enfants qui étaient gardés le temps de tout caler.

Faire offrande de mes cheveux qui ont bien poussé . Pour remercier d’abord, pour les premiers pas vers la vie nouvelle. Pour faciliter la vie aussi… parce que leur entretien use de l’eau, et prend du temps. Je dois prendre rendez vous chez des coiffeurs qui sont partenaires de fabriquant de perruques en cheveux naturels. Ça fera des heureux j’espère , vu l’épaisseur et la longueur…

Profiter de chaque balades en forêt.

Sous le cerisier…

Ce week-end , j’espère pouvoir terminer d’aménager le Nid.

Et retrouver mes affaires de l’Obod, les tarots …

Et revoir l’étanchéité du toit qui en a pris un coup lors de l’installation…prendre un poteau de téléphone sur le flanc ça m’a un peu endommagé…mais rien qu’on ne puisse arranger!

.: quand la maison se vide :.

Quand les étagères se vident mais semblent encore bien trop pleines de choses dont on sait qu’il faudrait se séparer. Mais quand on sait l’avenir des objets, qui vivent plus longtemps que nous comme le chante Philippe Katerine, je n’ai pas envie de m’en débarrasser n’importe comment. Être zéro déchet, c’est aussi faire durer le plus longtemps possible ce qui est là…parfois indépendamment de notre volonté!

Ça fait un poids. Mais je préfère prendre le temps et le faire de manière réfléchie.

Nous allons passé de 120 mètre carré à 4, avec dépendances, s’il vous plaît!à 30 mètres carré et quelques… l’essentiel, qu’est ce qui est essentiel?

J’avais fait un tri drastique dans les livres, mais je sens qu’un second sera nécessaire. J’ai envie de lire des aventuriers, des explorateurs, des chamanes, et les livres des éditions Le Mail sur les indiens d’Amérique que j’ai mis de côté. Les Jim Harrison, je les prend? Et il y a la médiathèque en plus…donc lâcher! Les CD sont déjà partis pour stockage! Lâchons lâchons….

Aura t’on le temps de lire?

Et l’ordinateur….aurais je l’espace !? De garder mes données, de poursuivre mes écrits sur les plantes pour l’Herbier?

Il faut que je transfert ce dont j’ai besoin sur un disque dur.

La semaine prochaine, le mobil home arrive par convoi exceptionnel…j’espère que nous aurons reçu l’autorisation de l’installer avant!

Et les chauve souris qu’il faut remettre dehors chaque jour. Nous allons devenir des experts.

Et dans quelques années, on aura oublié tout ça !

.: à ciel ouvert

Alors que la maison se vide , nous faisons des petites balades autour de notre chez nous pour encore quelques semaines.

Nous les avons usés ces chemins, et aussi ces vieilles pierres du prieuré qui ont pris la foudre il y a plus d’un siècle.

Un endroit de jeu, de cachettes, où les chauve souris s’abritent entre les pierres des voûtes romanes.

Plus de dehors, plus de dedans, un endroit hors du temps.

:. Vie .:

La vie suis son cours… avec des épreuves petites qui paraissent grandes comme des montagnes, et qui une fois surmontées deviennent de lointain souvenirs. Avec des couchers de soleils chaleureux, entre deux arbres, des rayons qui traversent la maison et appellent à sortir.

Les démarches qui semblent impossibles mais ne le sont pas, les rêves qui se réalisent quand on ne s’y attend pas… les enfants qui grandissent et qui ne sont pas en sucre…qui ne nous appartiennent pas.

La confrontation avec la société qui n’attend pas, les barrières nécessaires, les limites qu’il faut apprendre à maintenir. Les quelques ponts qu’on laisse ouvert , un peu.

Un feu, le dernier de la saison?

Les sirops : de menthe,de coquelicot, de sureau…

Le kombucha qui fermente, des envies de faire de l’hydromel en l’honneur de Brighid. ( est ce que le dépôt du kombucha pourrait faire l’affaire pour faire fermenter l’hydromel ? est une question qui me taraude actuellement.)

Je trouve des abeilles à remettre dehors, et d’autres pour qui j’arrive trop tard….mais qui arrivent comme un clin d’œil.

Plus que deux mois ici….le temps des cartons s’en vient…celui que je repousse et redoute.

Les projets des jours à venir: tailler mon rhombe de prêtresse abeille, finaliser le sirop de sureau, cueillir toujours plus de coquelicots et refaire du sirop et des pots de pétales séchés. ( un pot et demie pour le moment)

Et….me préparer en mode guerrière pour le boulot jeudi…après 2 ans et demie d’arrêt…et parce que je n’ai pas le choix pour le moment…. mais je réfléchis à une voie de sortie de secours!

( enseignement du castor dont j’ai tiré la carte pour la pleine lune dans le cadre de mon cheminement avec les 13 mères originelles)

Identifier et charger l’énergie

Après avoir bien cultiver ses énergies, il faut identifier les flux d’énergies, les concentrer et les charger avec l’aide d’outils et d’images.

Identifier et charger l’énergie

Un super article de La nuit !

J’aime beaucoup. Et cela me parle beaucoup en ce moment, ou des choses se débloquent après tant d’année de pratiques il y a toujours à apprendre sur soi , ses capacités, et comment les développer, comprendre son fonctionnement… avec humilité, toujours!

Ego le retour:.

Il y a quelques semaines je suis allée voir un hypnotiseur et il m’a apporté une autre vision de l’Ego contre lequel nous sommes nombreux a essayer de lutter. ( il m’a aussi emmené à la rencontre de mon enfant intérieur, et j’ai été bien surprise de ce que j’ai trouvé cette fois là ! Bien différent de toutes mes autres rencontres… peut être dans un autre article..)

Il m’a dit qu’a d’autres moments de notre histoire l’Ego ( je suis) n’était pas vu comme quelque chose de négatif. Au contraire. Qui est la personne la plus importante de notre vie? En vrai? C’est nous. Même si on aurait envie de dire : mes enfants, mes amis, mon compagnon , mes parents…que sais-je?

Non, en vrai la personne la plus importante, c’est nous! Comment être bien avec les autres si nous n’allons pas bien? Comment donner le meilleur de nous sans nous nourrir avant avec le meilleur ?

Il m’a donné une image en faisant un parallèle avec le plexus solaire. Lorsque on prend soin de soi, qu’on se recentre sur soit, on illumine le monde autour de nous. Le plexus solaire en serait le siège. cela m’a beaucoup plu. Au lieu de se faire violence , de se culpabiliser parce que nous avons appris que se centrer sur soi est mal, rangeons le fouet et sortons les plumes. Faisons nous du bien. Pensons d’abord à nous. Et on pourra mieux se donner aux autres…notre bien être se reprendra autour de nous…non? Bon alors par quoi on commence maintenant…