.: Inipi du 16 janvier :.

Dans un objectif de prise en main, dans l’envie d’être dans l’action pure, sans attente ou presque si ce n’est d’aller vers la guérison, je me suis inscrite à une cérémonie Inipi.

J’étais déjà allée célébrer dans la hutte de sudation avec ce chaman. J’aime son approche non dogmatique, pragmatique, ancrée dans notre monde, notre époque.

Il y avait beaucoup de neige ce jour là, le 16 janvier dernier.

Il y a le moment de l’accueil, celui de la préparation de la hutte, apporter le bois pour le feu, sélectionner les pierres, couvrir la structure de couvertures. La construction de la hutte se fait ensemble. Déjà le sacré s’installe doucement. Certain-e-s chantent , d’autres se recueillent, certain-e-s semblent perdus et d’autres dans leur élément.

Une fois les Tobacco ties réalisés : petits sachets de tabac montés en guirlande avec 21 sachets ou plus,7 prières et intentions pour la Terre et ceux qui la peuplent, 7 pour ceux qui nous entourent, familles proches ami-e-s, 7 pour soit, son foyer… on se rapproche petit à petit de soit.

On se dénude, on se couvre un peu, on se met à l’aise, retirant le superflu et ne gardant que le stricte minimum car nous retournons dans le ventre de la Terre pour renaître comme au premier jour,ou presque.

A ce moment là , nous nous ressemblons de plus en plus dans notre fragilité devant le froid, sans nos oripeaux , masques et ornements du quotidien.

Nous nous dirigeons vers le lieu de la cérémonie et un à un nous rentrons en nous pour pénétrons dans la hutte a même la Terre gelée. nous nous saluons « nous sommes tous et toutes reliés »

Nous voici dans le ventre de la Terre. Les fesses gelées, à attendre. Les premières pierres font leur entrée. Nous les saluons.

La porte se ferme, le noir est complet. Le rouge des pierres chaudes qui grésillent est très discret. L’eau qu’on jette dessus, la vapeur chaude qui atteint notre visage. Et les chants, les tambours. Le voyage commence.

O mitakuye oyasin

Pachamama !

La hutte est un chaudron où tous les éléments se mêlent.

.:She changes everything she touches:.

Sous l’impulsion de Mistera, petits rituels liés au changement pour cette Année qui démarre.

J’avais besoin de cet élan après 6mois à être malade, et un peu engluée dans le quotidien, devant la masse de travail qui nous attends chaque jour avant de pouvoir habiter notre nouveau foyer. L’esprit du lieu ne nous facilite pas la tâche. Nous avons encore du chemin avant d’être pleinement acceptés et accueillis ici. De nombreuses graines à planter, prendre soin, offrir, et être patients.

La Terre nous accueille et ne nous appartiens pas.

.: une année qui se termine, une nouvelle qui commence :.

Pas déçue du tout de voir 2021 se carapater, même avec une foirade de lanterne chinoise. Une foirade pour clôturer une année foireuse, on est dans le ton.

Je parle même pas du covid. A part la vaccination et l’école à la maison, les masques qui étouffent, les contrôles, ça va… nan je parle de tout le reste…les maladies bien plus emmerdantes et contagieuses ( pour moi) le déménagement, le campement , les infiltrations d’eau, la moisissure, le terrain qui ressemble à un terrain vague avec les travaux, les surprises, la note d’électricité, ma fille en mode petit monstre, plus de boulot, …. j’ai adoré passer en 2022…mais j’en attend rien…je demande juste du répit, des joies simples.

C’est possible?

Un miroir vers l’autre monde

.:11 ème et 12 ème Mère de Clan:.

J’ai continué avec joie l’exploration de ce chemin des 13 mères de Clan .

Bientôt la fin de cette aventure.

L’absence de réseau dans mon lieu de vie m’a empêché de pouvoir en parler autant que je l’aurai voulu.

La 12 ème mère de Clan est celle qui glorifie. Son histoire je l’ai écouté deux fois d’affilé tellement elle était belle et me parlait de ce que je vivais.

Bientôt la 13 ème mère de Clan.

J’aimerai tant recommencer cette exploration avec mes consœurs l’an prochain car cette année a été écourté et à plusieurs c’est quand même bien plus passionnant!

Je me suis inscrite pour une hutte de sudation le 16 janvier. Je pense que cela sera une belle manière de clôturer ce cheminement et de commencer l’année. Cela sera la deuxième hutte à laquelle je participerai, et j’y emmène mon compagnon! J’en ri d’avance, pour me souvenir de ce que j’avais vécue à la première, cela promet de beaux moments inoubliables ! Entre chants de joie et pleurs de libération, grands moments de douleur aussi….un bon nettoyage en perspective!

Faire argile

L’an passé j’avais expérimenté avec l’argile autrement. Je l’avais glané dans la nature, sculpté difficilement car très caillouteux et cuit dans mon poêle à l’arrache. J’aime cette matière.

J’ai envie de partager ici aussi cette émission entendue à l’instant sur France Inter https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-du-vendredi-31-decembre-2021

Et leur site https://www.faireargile.fr

Un de leur pot m’attends… quand j’aurais à nouveau une maison, parce que le kombucha trône déjà dans le mobil home et que la place est maigre. Mais dès que je suis installée je reprends la Terre, je me lance dans la lacto. En attendant , je créer dans ma tête…et dans les cahiers de coloriages de ma fille….^^’

.: période :.

Souvent , le début de la saison sombre est pour moi une longue traversée du désert.

Cette année ne fait pas exception. Même , ça dure! Je suis à un tournant de ma vie à tous niveaux: j’ai quitté mon travail, j’habite un mobil home le temps que nous fassions de gros travaux dans une vieille bâtisse, et la santé qui part en live pour couronner le tout.

J’ai envie de faire un pas de côté , d’être à contre courant, mais ce n’est pas si facile à assumer en réalité.

Yule et ses lumières , je les attends…. j’espère que la flamme et le retour du soleil iront de pair avec un nouveau souffle.

.: 10 ème Mère de Clan de JAmie Sams :.

J’ai écouté mercredi le 10 ème conte des 13 mères de clan de Jamie Sams.

Un conte qui m’a de suite parlé de la Gardienne de Rêves et de comment on tisse notre propre toile. Une toile qui attire et retiens le meilleur, ou une toile trop lâche qui ne capture rien et ne nous permet de saisir aucune opportunité.

De partir en quête de nos rêves les plus profonds , ceux que parfois on ose même pas mettre en mots.

Mais mettre en mots est peut être la première petite graine qui permettra aux rêves de se matérialiser , peut être autrement que ce qu’on aurait imaginé.

Le lendemain j’ai fait mon tirage avec le tarot de Jamie Sams et David Carson, et sur les 52 cartes je tombe sur celle ci:

Le jaguar de l’histoire! l’étoile de mer présente sur la carte est aussi dans l’histoire. Merci pour le clin d’œil l’univers!

Je suis à un tournant en ce moment. La période n’est pas tendre, mais le jaguar vient me dire de rester droite dans mon chemin, en accord avec moi même.

De plus, je suis bel et bien en train de réaliser un vieux rêve, et je suis remplie de doutes. Ce conte tombe pile. Et les autres rêves qui commencent à pousser en moi, j’essaie de m’autoriser à les regarder un peu, à les envisager comme d’autres fils de ma toile. Une toile en spirale.

.: 9 ème Mère de clan :.

Watajis, l’étoile du soir.

Les deux roues de médecine que relie une spirale. La connexion avec son orenda. Ne prendre que le nécessaire et porter dans son dos, tout contre soi, sans les voir, les générations à venir. Veiller sur elles, et leur préparer le meilleur avenir possible.

Apprendre à découvrir toutes ses facettes, animus et anima, féminin et masculin, jour et nuit, sombre et lumineux.

Et Tirer la carte du corbeau , lui qui m’a toujours fasciné.

Cartes par Jamie Sams et David Carson

Écouter la Terre au carré sur France Inter

J’attends l’heure de récupérer ma petiote à la crèche, le beurre fond tranquillement dans le coffre. Ça parle du rapport pour le climat…ça me fout toujours les tripes à l’envers. Mais j’aime quand ça termine en disant que rien n’est irrémédiable! On peut encore faire , tout changer,…mais devant chez moi chaque jour, les poubelles degueulent, et je vois bien que les gens y zont pas encore pigés après 20 ans…que le polystyrène ça va pas là. Que l’aquarium fouttu avec encore un poisson mort dedans ça va à la déchèterie….et que rouler à 150 c’est mal…

Ça tient de la foi par moment….la mienne est là, vacillante, fluctuante.

J’ai envie d’y croire….pourtant!

J’étais bien hier…à cueillir de la bruyère.