Le nom:.

Bientôt un nouveau cheminement…est ce que cela impliquera un nouveau nom?

La question commence déjà à se poser pour moi car le choix du nom a toujours été quelque chose qui me plaît.

J’en ai porté quelques uns déjà sur la toile, et parfois je regrette ces trop nombreux noms quand il faut se resituer par rapport à quelqu’un. Je pense avoir été somme toute assez raisonnable, attendant de « grands changements ». J’avoue avoir parfois perdu le fil de qui était qui lorsque les personnes changeaient souvent de nom….je ne me vois plus comme une farfurie (comprend qui peut, ou comprend qui veut) mais Sariputra n’est pas loin encore, et Pema Keltoi ne m’a pas quitté vraiment….Il y a donc une certaine ambivalence par rapport à ces noms qu’on se choisi…ou qu’on nous souffle. Du simple pseudo au nom plus spirituel qui accompagne sur une voie , du nom qui nous représente au sein d’une communauté à celui qu’on doit assumer lorsque l’on se rencontre en vrai. Ça mérite réflexion.

Alors aujourd’hui, j’ai la tentation forte de me forger un nouveau nom…. un qui parle de celle que je suis aujourd’hui.

J’hésite.

Je tergiverse.

Et le nom que je porte au quotidien ? Pourquoi pas après tout.

C’est bon aussi de se forger un nouveau nom…..

Et si j’associais les deux? Mon nom. De naissance et un qui me représente , là, maintenant?

Premiers pas:.

Depuis que j’ai pris la décision de cheminer à l’Obod un certain nombres de choses sont venues me saluer sur le chemin. Des signes, des clins d’œil, des offrandes de la terre mère : crâne d’oiseau, plumes de rapaces, pierres brillantes, et visite de mante religieuse… tout cela en deux jours !

Sans parler du mot druide qui surgit sans cesse, et des retrouvailles avec un tarot ( de Philipp et Stéphanie Carr Gomm … je ne savais pas qui il était quand une gentille myesis m’en a fait cadeau il y a 9ans! )

Et un article avec interview de Philipp Carr Gomm au sujet du druidisme dans le magasine hapinnez que je lis enfin ce matin ( a l’époque les illustrations que je trouvais niaises m’avait fait le survoler…)

Beaucoup de synchronicités! Cela m’avait manqué ! Je me sens alignée même si j’ai le sentiment de manquer de temps , pour moi, être avec mes pensées…. je prends ce qui vient ! Le reste suivra… j’espère! En attendant je rêve littéralement que je choisis mes arbres pour mon futur bosquet sacré…

C’est parti!

L’aventure commence… je me sens déjà chez moi… les premières lignes parlent de choses que je sais déjà, mais ça remets dans le bain. Je pense que cette première année sera une replongée dans une pratique païenne qui me manque…avec quelques découvertes pour compléter, nourrir, enrichir, ouvrir….

Et les valeurs me conviennent plus que tout! La place qui est faites à l’environnement, que tout soit cohérent, le message, la pratique, les envois en enveloppes papier( ça compte beaucoup pour moi) l’aspect humain…. tout me faut vibrer au plus profond de moi…la seule question: mais pourquoi ai je attendu si longtemps?

Australie : Solastalgie avec Glenn Albrecht, le philosophe de la nostalgie de l’environnement détruit

Le philosophe australien s’était fait une réputation mondiale il y a quelques années en inventant le mot solastalgie pour décrire la souffrance que provoque la disparition de son environnement, comme une douleur fantôme.
— À lire sur www.franceinter.fr/emissions/je-reviens-du-monde-d-avant/je-reviens-du-monde-d-avant-08-aout-2020

~zéro déchet~

J’ai deux enfants. Une fille et un garçon.

Le grand a bientôt neuf ans. À sa naissance nous étions passés à une nourriture biologique et la moins transformée possible. Notre quotidien était également réfléchi de manière à avoir un impact le plus écologique possible. De nombreux ajustements étaient à faire. Je suis passée à la coupe menstruelle. J’avais testé les couches lavables…sans succès.

À la naissance de notre fille, même alors qu’elle était encore au chaud dans mon ventre, la prise de conscience s’est accentuée. Je rêvais d’une vie presque zéro déchet mais je ne voyais pas comment m’y prendre. Mais nous avons décidés de nous lancer. Plus d’un an après, ( nous avons commencé fin 2018 début 2019) le constat est édifiant!

A quatre une poubelle ( noire , tous déchets) dure ici 3a 4 mois , parfois plus. Nous avons pris le plus petit modèle de conteneur pour les recyclables et nous le sortons tous les deux à trois mois seulement. Nous allons aussi de moins en moins souvent au verre.

Le défi des couches lavables est relevé! Aucune couche jetable pour ma fille à présent! J’ai dû utiliser deux paquets le premier mois le temps de prendre confiance et de convertir le papa. ( d’ailleurs j’ai un sac de couches à plier là ! )

Nous achetons le nécessaire, abandonnons le superflus, allons à l’essentiel, pas de neuf ( sauf cas de force majeure…si on trouve pas le truc indispensable autrement…sinon, on s’en passe) et sans emballage! Si yen a, on cherche sans, ou on prend pas!

Ça donne des ailes, ça allège ! Ça vide la maison de tout ce qui ne sert pas.

Par contre , un peu obligés d’expliquer à l’entourage proche…parce que des Fois c’est eux qui la remplissent ta poubelle! « arrêtez d’acheter ça aux enfants, plus de plastique pour nous, cadeaux d’occasion s’il vous plaît »( voir pas du tout…au bout d’un moment on ressens comme un grand besoin ….de rien! )

Cette philosophie de vie est un grand pas en avant sans retour en arrière possible!

Pour moi en tout cas!

En accord également avec ma voie spirituelle…. comment se dire fille de la terre et continuer à consommer à tout va? Pour moi: pas possible! C’était déjà pas mon cas. Mais ça l’est encore moins…

Je viens d’ailleurs de supprimer moN autre espace: filledelaterre. Car la pollution numérique est un sujet énorme! Et trop mal connu… qui me fait pas mal cogiter actuellement.

Encore beaucoup de choses à changer! Quand on commence on ne peut plus s’arrêter.

Voies celtes

J’ai sauté le pas ces jours ci, je me suis inscrite pour cheminer sur les sentiers de l’Obod.

Afin de célébrer cette perspective de renouveau nous sommes allés nous promener sur les voies celtes qui s’éparpillent un peu partout autour de chez nous. Un petit clin d’œil symbolique au pas que je m’apprête à franchir.

Petite escale à la pierre de Couhard, qui n’a pas révélé ses secrets encore.

Je suis vraiment heureuse. J’ai l’impression que cela va vraiment nourrir ma pratique et me permettre de rencontrer de nouvelles personnes. De plus l’enseignement est papier ce qui me plaît. Et j’ai connaissance d’un membre à deux pas de chez moi. Il a participé à un documentaire , j’étais allée à l’avant première qui avait eu lieu tout près car le réalisateur est de notre coin de bourgogne. Cela m’avait plu…les personnes rencontrées étaient intéressantes et humbles, leur pratique inspirante.

Du coup, c’est parti! J’attends l’introduction. Je potasse et je me lance! J’espère que cela coïncidera avec un nouveau lieu de vie, que nous appelons de tous nos vœux. Puisse l’univers nous entendre, nous sommes prêts!

L’eau parle

Je suis à vif, après une longue absence…je vous le dis rien n’a changé…et tout a changé.

Je reprends en main cet outil avec difficulté.

C’est la lecture d’un article du dernier yggdrasil qui m’a donné envie de revenir ce matin.

Ce message de l’eau m’a parlé, faites frissonner.

Je ressens de plus en plus en moi la douleur de notre monde, l’écœurement sous la montagne de déchets que nous produisons et l’impuissance devant les comportements violent et mortifères de certains de mes frères et sœurs humains.

C’est dur. C’est flippant pour moi de vivre sur cette terre à cet instant de notre histoire. Cela aurait il été plus facile avant? Peut être …peut être pas. Je me dis que chaque période de l’histoire a connu sont lot de bouleversements inquiétants. Mais là, quand même! J’espère que mes enfants ne m’en voudront pas trop de leur imposer cette vie…. enfin….tout ça pour dire que cet article ( sur les rituels autour du deuil🥴❤️) m’a plu au point que cela me pousse à venir ici et tenter un nouveau départ..

Parce que le lien répare, le lien nourrit , et le lien avec mes soeurcieres me manquait.

J’ai aussi découvert de nouveaux mots pour ce que j’expérimente : la topophilie , l’amour de l’endroit où on vit, et la terrafurie l’immense colère que je ressens devant les tendances autodestructrice de notre société actuelle… voir Glenn Albrecht « earth emotion « 

Yggdrasil c’est ça :

Et c’est par là 👉 https://boutique.yggdrasil-mag.com/

Il fait trente degrés, pas d’eau à l’horizon…mais je lui fait confiance, qu’elle vienne quand elle sera prête…je l’attends oh oui! Et les arbres, et la terre.

Pour patienter je vais au lac …pour m’y plonger.

Belle journée!

Collapsologie:.

homme assisUn effondrement, la fin d’un monde, le début d’autre chose.

Un nouveau cycle.

Il commence par le vide, le vide fait autour de soit, et l’arrêt de vieilles habitudes.

Faire table rase et instaurer de nouveaux rituels de vie…aller vers toujours plus d’alignement avec soi, avec ce que je veux être.

Certains me disent forte… je ne sais pas si c’est cela, ou si c’est juste une prise de conscience viscérale qui fait que rien ne peut continuer comme avant.

Je suis heureuse aujourd’hui, alors que le feu brûle et que les petits gâteaux cuisent, de passer ici écrire ces quelques lignes…mais plus encore d’avoir pu lire certains autres lignes de la mains de sœurs sur les chemins…et de voir que je me sens toujours faire partie de ce monde même si je m’en suis écartée volontairement, pour un temps.

Aujourd’hui je vois l’étincelle, et je souffle afin de faire repartir ce feu qui m’a tant nourri.