.: en quête d’équilibre :.

Lundi commence un an de cheminement sur le thème de la maternité sacrée à l’initiative de Rhi.

Débute aussi un nouvel accompagnement en binôme du DI Grande Terre Mère.

Je dois lancer mon exploration de l’élément feu avec l’obod. Pour cela il me faut en créer un, et je n’arrive pas à avoir le temps pour être tranquille pour le faire…a part les nuits mais j’ai tellement besoin de dormir malheureusement ! ^^ pour être au moins une maman potable!

Je plante chaque jour des arbustes que je glane de ci et de là…plusieurs églantiers , pas mal d’osiers, des houx…mon aubépine n’a pas l’air d’avoir repris. Quel dommage ! Et je n’en ai pas revu!

Avec les enfants c’est très dur. J’aurais tellement besoin d’un peu de temps juste pour moi….j’ai le mardi soir , mon cours de deux heures de Lsf plus le trajet de presque autant de temps aller retour…( au prix de l’essence actuellement on fait plus raisonnable…mais c’est ma bouffée d’oxygène)

Je pense que si c’était un peu plus zen Avec ma petite dernière je pourrais mieux encaisser le quotidien….les balades sont des épreuves, les sorties à la médiathèque ou au magasin bio sont des défis, à la maison pas mieux mais elle se sauve pas et n’agresse que nous…. bientôt trois ans et un bon terrible Two coriace. À côté de ça c’est une merveille d’imagination qui nous fait énormément rire!

Et mon grand qui va rentrer au collège! Tout ça en vivant en mobile home et caravane à côté de notre maison qui se retape à un rythme soutenu.

On s’en est lancé des défis!

.:tissage :.

Bois de noisetier , lin , laine .

Un tissage inspiré des ojos de dios, des étoiles à huit branches sioux, de la roue de médecine,… la roue, le cycle, les huit directions.

Un tissage circulaire déclinable a l’infini. Son tissage est hypnotique, très instinctif, permet une entrée en méditation. L’intention au bout des doigts. A suspendre, à planter en terre, dehors, dedans, partout.

.: premières récoltes :.

Alors que le printemps arrive, c’est à nouveau le temps des récoltes.

Pour moi en tout cas, ça commence là avec les violettes, les pâquerettes, bientôt les primevères….et les champignons qui vont faire leur retour.

C’est mon premier printemps ici depuis mon enfance. Je suis un peu perdue. Plus de coin à fleurs que je connaisse . Mon terrain est dépourvu de fleurs . Je suis donc partie en quête tirant ma fille sur son petit tracteur…ahah !

On a trouvé une poignée de violettes qui embaument à présent la maison.

Il va falloir y aller un peu chaque jour pour en avoir pas mal. Dans mon ancien village elles tapissaient les abords et avaient fait de leur maison un prieuré en ruine. Et mon jardin en voyait pousser quelques unes à côté de multitudes de pâquerettes et primevères.

Ici tout est à faire. Je compte sur les oiseaux pour m’apporter pleins de graines et la jachère fleurie attend encore un peu que le temps de réchauffe.

J’ai trouvé aussi pas mal de ciboulette sauvage et de mâche !

Et les pissenlits arrivent!

Les récoltes seront maigres pour commencer, patience!

Et la berce? Où se cache t’elle?

J’ai récolté des hampes de bouillon blanc remplie de graines aussi!

.: honorer le serpent:.

Une couleuvre d’un bon mètre 50 a malheureusement été blessée lors d’un terrassement à la maison. Nous avons fait retirer une ruine qui s’était effondrée le siècle dernier. Et qui sommeillait là ? Dame Couleuvre. Le gel des nuits suivantes ne lui a pas permis de se soigner. Nous avons donc creusé un trou au pied d’un noyer.

J’ai voulu allumer un smudge, mais j’étais encore « punie » et pas moyen de l’allumer. Il est donc allé dans le trou. Avec deux pierres tirées de la dernière cérémonie Inipi à laquelle j’ai participé le 20 février. Une issue du feu et une du lieu.

Sa tête est tournée en direction de la maison, j’espère qu’elle deviendra une Gardienne du lieu.

Suite à cet épisode, nous avons beaucoup nettoyé les extérieurs, érigé des pierres, arrangé des souches, arraché du lierre et déraciné des ronces. Un feu a brulé 4 jours et le Deva du Feu a accepté nos offrandes et un trésor a été découvert :

Comme si le printemps apportait avec lui le temps du prendre soin et de la réconciliation.

Cela peut paraître dingue mais j’avais vraiment l’impression que le lieu m’en voulait…. de creuser, de détruire, de faire tout ce boucan.

Mais l’épisode du serpent semble avoir mis les choses un peu plus à plat…. genre « ces humains ne sont peut être pas de si mauvais bougres! »

J’ai trouvé d’occasion un oracle de Loan Miege : l’oracle des esprits de la nature, il m’a appelé….et je me suis dis que c’était un outil tout trouvé pour travailler avec les esprits du lieu. Première carte tirée: le Deva du Feu. Alors qu’après un mois de bataille les premières flammes léchaient le ciel!

Pas de hasard!