Les 13 mères originelles :.: la Gardienne de la Sagesse

La rencontre avec la deuxième Mère m’est moins évidente.

Je crois que la seule Mère avec qui je me sentirai en accord ces jours serait une Mère Sombre, Dévorante, une guerrière de la colère?

C’est dur de l’accepter , de le dire.

J’ai besoin d’évasion, d’un temps avec moi même , seule,… c’est peut être ça mon message…avoir la sagesse de m’octroyer ça? Et pas seulement pendant les siestes occasionnelles de ma petite?

Ce matin il y avait une émission sur le burn out parental sur France Inter…alors que ce mot commençait à germer doucement en moi depuis notre retour de vacances…je commençais à me demander si je n’en étais pas arriver là… synchronicité de l’existence qui vient confirmer mes pensées?

Je n’ai pas pu écouter cette émission ce matin…je vais essayer de l’écouter dans la journée.

En vrai , j’en peux plus!

Ma spiritualité me porte , elle a fait son retour dans ma vie au moment où j’en avais le plus besoin. Je rêve de me retirer dans un lieu de méditation et de tout lâcher pendant des semaines, des mois? Faire le vide, me centrer, cheminer dans mes profondeurs, m’immerger la tête sous l’eau et écouter les bruits étouffés du monde et de mon être.

9 réflexions au sujet de « Les 13 mères originelles :.: la Gardienne de la Sagesse »

  1. Je n’en suis pas au burn out parental. Mais je comprends ton besoin de te retirer quelques temps. Ne plus avoir que soi à s’occuper. Plus de charge mentale. C’est épuisant, ce 24/7. Les enfants, c’est une véritable voie initiatique à soi seule. Je me préserve en laissant tomber l’idée de travailler de façon normale, en dormant quand je peux, en faisant des choix parce que ce sont ceux qui me sont le moins pesants (en accord avec le papa), et en pratiquant la bienveillance envers moi-même. Et aussi, en demandant du relais. Je te souhaite beaucoup de douceur et de bien être. Je suis sure que Brighid peut t’apporter sa sagesse.

    • Merci pour ton message!
      J’ai demandé un temps , de l’aide , exactement!
      Jeudi j’ai quelques heures pour aller en forêt le matin… et j’avoue qu’après ce constat de ras le bol, j’ai décidé de faire la grève des tâches ménagères supplémentaires. La maison est un tas de linge propre en attente d’être plié ! Il faut dire que ma fille doit vivre les fesses à l’air depuis 8 mois, elle est encore bien jeune pour être propre. Les gros soucis de peau qui ont conduit à cette mesure m’ont bien stressée. Je suis à l’affût du moindre retour de soucis, et je passe ma vie à ramasser les petits cadeaux qu’elle adore poser sur les tapis… je sais déjà que tout ça passe bien vite, trop vite, bientôt je vais en rire! Mais là, oui, j’ai juste besoin de partir en courant, de ne penser qu’à moi. Une belle initiation du lâcher prise et de l’essentiel…
      le dire est déjà un petit pas!
      Ce soir j’ai écouté une lecture de la deuxième Mère… et en fait Elle est bien là de multiple façon…et Brighid aussi! Ça travail!

      • Ca passe vite, mais parfois, heureusement ! Les bonheurs sont immenses, la fatigue aussi. La parentalité, ce n’est pas facile. Ce n’est pas rose tous les jours. Et dans notre société, on est là à le vivre seul.es. Avec le compagnon, souvent (mais pas toujours) mais sans communauté autour de nous.
        Faut arrêter avec « c’est que du bonheur ». C’est une voie initiatique à soi seule et ca demande énormément de remises en question.
        Chez nous, tous les choix ont été faits au taux d’emmerdement le moindre. Accouchement physio car le plus naturel et le moins flippant pour moi. Allaitement car normal, naturel (pour moi donner le biberon aurait été une violence faite à mon fils – mais c’est moi ! il vaut mieux donner le biberon si c’est ca qui est apaisant pour le parent !) et pas cher et toujours sur soi (moins de vaisselle, moins de bordel à trimballer partout…). Cododo car pas besoin de se lever la nuit. Diversification menée par l’enfant parce que pas de multiples repas à préparer (on a adapté notre régime alimentaire, mon mari et moi, pour pouvoir toujours donner à notre fils de ce que nous mangeons). Et couches jetables, parce que les lavables ca faisait trop pour nous. Tant pis.
        Quant au ménage… comment te dire… 😀 😀 😀 (sisi, des fois je le fais 😀 )
        En tant que mères nous sommes submergées par de multiples conseils de ce qu’on devrait faire ou ne pas faire. Bien entendu, des conseils divergents.
        Une de mes sages femmes a verbalisé un truc que j’avais bien compris : les enfants n’ont besoin que de quelques trucs fondamentaux : de l’amour, avoir chaud, être propres et avoir à manger en suffisance. Tout le reste, c’est du détail. Ca peut aider le parent, mais si ca ne l’aide pas, mieux vaut s’en passer.
        Et je garde aussi en tête « les enfants c’est fait pour vivre ». Du moment que tu assures l’intégrité émotionnelle, physique et intellectuelle de ton enfant… franchement, tu peux envoyer valser le reste.
        Et pour ca, ils doivent avoir des parents au moins un peu apaisés, qui peuvent aller se ressourcer en foret s’ils en ont besoin. Nous ne serons pas parfaites. Si déjà nous pouvons être nous-mêmes et apaisées avec nos choix + respecter nos enfants en tant qu’individus, on aura tout gagné. Pour le reste, c’est entre les mains de Dea.

      • Oui tu as raison… il y a des choses qui ne me manqueront pas!
        Mdr!
        J’aime te lire à ce sujet.
        Et ça fait du bien de voir un peu comment les autres gère ! Car oui, on est isolées dans notre culture et notre monde individualiste.
        Quand on lis un peu sur d’autres cultures, même le rapport au retour au travail, les écarts sont énormes. C’est pas évident mais Ce n’est pas pour autant que j’ai hâte de retourner au travail. J’aime être avec eux! J’aime assumer ce rôle. Mais déjà pour Mishka j’avais eu ce genre de gros coups de mou!
        Je m’engage et je me mets de ces objectifs! … ça vient de là je pense.
        Le ménage je suis pas une maniaque mais au bout d’une semaine j’ai envie de tout aspirer laver… j’essaie un peu d’espacer… je me fait violence!
        J’allaite aussi avec un immense plaisir, Je fait mon pain, les couches lavables… ça me fait plaisir aussi! Alors j’ai levé le pied sur d’autres choses qui me prenaient la tête! Et sans culpabiliser….Que de décisions….
        Je pense beaucoup à ce que ton fils a dit au sujet de ton sourire… du coup j’y suis plus attentive … car mes ruminations avaient effacé mon sourire…je me suis demandé à quoi mes enfants pourraient m’associer dans Fantasia…les balais ! Alors là, ça craint! Je me suis dit! Lol

  2. Ping : La roue médecine des 13 mères de Jamie Sams | L'actualité de Lunesoleil

  3. le burn out parental…. ma belle je t’aime.
    J’en suis. Si j’avais trouvé quelque chose pour aller mieux je te refilerais le tuyau.
    Pour le moment je n’en suis pas là.
    Comme dit Camille déléguer au mieux, c’est déjà ça.
    Pour moi et pour plusieurs raisons ces bouts de chandelles ne sont plus secourables.
    C’est à la fois plus simple et plus compliqué.

    Je m’incline devant l’authenticité de tes mots.
    j’ai mis des mois à me l’avouer, ça a été terrible de mettre ce mot (très récemment, on est souvent synchro c’est fou) sur ce que je vis. J’ai réussi à en parler rapidement après ça mais le pas de la clarté a été vraiment douloureux.
    La culpabilité, le regard que je porte sur moi, la colère lorsqu’on me donne des conseils, l’envie de fuir, l’épuisement, la colère aussi que personne ne l’ai vu, ne se soit soucié, n’ai pris soin

    ça a eu un impact sur tout le reste, y compris, puisque c’est le sujet, sur ma spiritualité.
    Isis, une Mère, une Enseignante… imagine le black out, je bosse avec des mères que je materne, tout tourne autour de ça et j’en suis à sat. Je me suis effondrée. personne n’a mis le doigt dessus pourtant aujourd’hui avec le recul ça paraissait évident. J’en ai parlé à l’époque mais je ne parvenais pas à faire retour seule et mettre le bon mot dessus. C’était évident. Au moins pour un psy, au moins pour un médecin.

    je te serre fort sur mon coeur. De femme à femme.

    • Merci Sia!
      Je vais voir un hypnotiseur aujourd’hui pour travailler sur ma colère et mon rapport à la Mère .
      En effet , souvent alignées!
      Les métiers, les voies choisies ne sont pas anodines non plus !
      Toi qui accompagne les mères et les enfants et moi en tant qu’éduc… on sait sur quoi on doit travailler actuellement…^^
      De femme à femme, je t’embrasse de tout mon cœur !
      Ça fait du bien de te lire!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s