j-22: captain

Version des Guns façon bûcher funéraire en famille….

vous me direz, je m’en remets pas…mais oui c’est un peu ça!

Mon nouveau film culte….Captain Fantastic…j’aime tout dans ce film.

Ce qu’il aborde me parle, à tous les niveaux!

Ce qu’on transmet à nos enfants.

Que la nature est belle, sauvage et dure.

Que le monde moderne est fou, malade, et que nous vivons trop souvent coupé de ce qui fait l’essence de la vie.

MAIS Qu’il est possible de tout concilier. Vivre une vie plus naturelle, plus sauvage, plus vraie, sans pour autant devoir vivre dans une grotte.

De vivre comme on l’entend…de choisir sa mort, et la manière dont on veut partir.

Qu’il ne faut pas mentir aux enfants…

Un film plein d’espoir, de force, d’envies…Un film que je veux revoir très vite!!!!

 

5 réflexions au sujet de « j-22: captain »

  1. J’ai adoré ce film bien évidemment, mais je ne vois pas que du positif dans ce personnage de père tout puissant, même si je suis séduite par certaines valeurs et que j’en partage d’autres, je m’interroge sur la réelle liberté et le libre arbitre qu’il laisse à ses enfants, je pense que le film le montre mais que pour le voir il faut justement dépasser ce côté séduisant. Toute est affaire de nuances entre éducation alternative et « embrigadement », la place qu’on laisse à ses enfants. Veut il que ses enfants soient des bons enfants selon sa définition (refus de la société de consommation, élite sportive et intellectuelle/culturelle, choix précis des centres d’intérêts) ou bien leurs laisse t’il la place d’être eux, de faire leur propre choix? Il sélectionne les contenus selon ses propres aspirations, ces gosses ne savent pas si ils préfèrent le classique ou le black métal puisque qu’ils n’ont pas le choix d’écouter les deux. Et aussi il m’interroge sur le positionnement des enfants face à des valeurs aussi affirmées par le père : s’autoriseront ils à voir les choses différemment sans craindre de perdre l’estime de ce père tout puissant?
    C’est parce que je trouve que le film pose avant tout cette question que je l’ai apprécié.

    Le manque de réalisme, pour qui s’est un peu essayé à avoir ses élevages et son bout de jardin, est un peu dommage (les poules propres dans des nids de paille dorée, aucune boue, tout est beau et propre, dans un style voisin « la vie sauvage » est plus réaliste, le livre surtout) mais il participe à l’esthétique du film. La crémation est vraiment trop irréaliste à mon goût (pas de fumée de chairs grillées ni de bouts de graisse qui crépitent ou de tissus enflammés qui s’envolent, bref là j’y ai plus cru)

    • Mdr! J’adore ton analyse réaliste et plus terre à terre!je trouve que le personnage chemine à ce sujet justement et c’est ce que je trouve fascinant et beau… a la fin, je vois ça comme la découverte d’un équilibre ou le père commence accepter les choix propres à ces enfants…il laisse une ouverture possible, et ne les coupe plus du monde qui les entoure. Les enfants s’affirment pour moi, plusieurs fois dans le film….et défient ce père….je suis d’accord avec toi, mais l’évolution du scénario vient pour moi nuancer le discours du départ avec ce père omniprésent qui régit tout et les enfants qui suivent un peu craintifs. A la fin les enfants jouent, sont joyeux et plus epanouis, et la relation est plus équilibrée…ils sont devenus des êtres différenciés. Ils ont bravés le père!et ont survécu. …il est redevenu un homme comme les autres…et lui même le reconnaît en quelque sorte…lorsqu’il se coupe la barbe et perd un peu de sa superbe? Retrouve un peu de juvenilité?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s