j-36: lui dites pas…

  • Lui dites pas trop que vous êtes fiers de lui,
  • lui expliquez pas tout comme ça, ça sert à rien!
  • Il vous appelle par vos prénoms parfois? je n’accepterais pas ça si j’étais vous!
  • Arrête de pleurer ou ta maman elle s’en va!
  • Touche pas, regarde pas
  • Mais il écoute rien!
  • Faut lui serrer la vis un peu
  • nan laissez le tranquille, si il veut pas dire au revoir c’est pas grave

J’adore les deux dernières, émanant de la même personne et qui  sont si délicieusement paradoxales! entre laisser faire et serrer la vis…où est le juste milieu? Quelle place est laissée aux parents?

Après avoir passé une matinée dans un box d’hôpital à bouillir en entendant les parents du box d’à côté galérer avec leur fils paniqué..devant l’absence de dialogue et la seule préoccupation étant la gène que ses hurlements pourraient provoquer autour de lui ( bon c’est vrai, c’était insupportable j’avoue)…et surtout, mesdames les infirmières, messieurs du personnel soignant, ne venez pas les aider! non surtout! ça serait trop simple! Ce que votre intervention externe pourrait venir apaiser..inutile! Ce que vos mots d’experts pourraient venir rassurer…

Nan franchement, Sainte Marthe a bien veillé sur Mimi, mais notre éthique en a pris un petit coup ( un de plus) devant la folie marchande qui régnait dans cette clinique privée, où tout à un coût exorbitant…finalement, ces deux parents, ils n’avaient peut être pas les moyens, pas pris l’option infirmière puéricultrice attentionnée?

Et au passage du chirurgien, vite vite, payé, sans ordre ça fait rien j’ai un tampon…et le chèque hop, dans la poche!

Heureusement qu’on a pas respecté le règlement et fait entré de la nourriture sous le manteau! le plateau de collation à 7 euros…il aurait laissé comme un vide dans l’estomac du marmot ( et de ses parents parce que les snikers à 1.20, en plus d’être tout autre chose qu’une denrée comestible…non merci!) heureusement que des compotes, bananes, petits cœurs au chocolat sans gluten sont venus agrémenter ce frugale repas…

Mais je divague…j’en étais tout d’abord à toutes ces injonctions parasites qui me bouffent l’air à longueur de temps…j’ai cessé( un peu) d’argumenter, mais je me demande comment on peut être autant à côté de la plaque!

Eh oh!!!!

ce sont des personnes, pas des enfants/objets dans l’attente de vos ordres, de vos mensonges, de maigres miettes d’attention! oui ils ont besoin qu’on leur parle! L’histoire l’a pourtant démontré à maintes reprises! et je suis heureuse de voir mon enfant aller confiant, ne pas être terrorisé, savoir où il va, pouvoir parler et regarder son zizi fraichement opéré! Pouvoir dire qu’il le trouve moche mais qu’il sache que ça va passer!

et à quoi ça sert ce fameux gland qu’il va pouvoir enfin apercevoir?!

Ben oui, je lui dit! oui il a 5 ans! mais l’adaptation n’est elle pas le maitre mot? Point besoin de mentir, il suffit de traduire, de rendre accessible. De dire l’essentiel et de temporiser, d’admettre, surtout, ne pas tout savoir…

2014_10_01-lepuley-mishka-etlaballe-100mm_24

4 réflexions au sujet de « j-36: lui dites pas… »

  1. Je te rejoins énormément là dessus ! J’espère que ton merveilleux petit va bien se remettre et que la vie va continuer pour le mieux ^-^

  2. Tant mieux si les choses se sont bien déroulées pour le lutin à bouclettes ^^ .Après il existe une nuance entre tout laisser faire sans réagir, et un équilibre à trouver .Ca doit être ça le plus compliqué, j’imagine.Je dis cela de manière générale hein, et sans beaucoup d’expérience 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s