280/365: Claude Ponti

Et sa magie….et Tellus Mater qui mine de rien se glisse sous des crayons…

Lire Ponti avec mon fils c’est abaisser les barrières entre le monde des adultes et celui des enfants, lâcher la bride à ses rêves, à  son imagination, accepter l’étrange et voir la poésie en toutes choses….c’est croiser Dea sur certaines pages et surtout, c’est l’enchantement du quotidien…les balayettes deviennent des blayettes, on boit du café de page 11 et un poussin masqué du nom de Blaise est un sacré coquin…. j’adore…

4 réflexions au sujet de « 280/365: Claude Ponti »

    • L’arbre sans fin!mon préféré! J’adore les noms que les héroïnes se choisissent Après avoir cheminé et découvert leur « destiné « , apres avoir decouvert que leur monde ne s’arrêtait pas aux seules branches de leur arbre!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s