303/365: Les grenouilles de bénitier

Ont encore frappé!

Merci à France Inter pour la découverte de cette perle!!!!!!

Publicités

301/365: préparer le passage

la nuit de la Samhain approche, le voile entre les mondes s’affine, l’arrivée de la partie la plus sombre de l’année se fait en douceur…un moment pour se poser, pour se reposer, pour réfléchir, pour penser à ceux qui ne sont plus, à ceux que nous sommes et avons été…demain nous creuserons notre citrouille, tradition oblige, et l’allumerons avec la jubilation enfantine de voir enfin apparaître le sourire édenté de Jack’o’lantern.

J’aime cette période de l’année!!!

300/365: d’or et de cuivre

Un paysage doré,  le moment de l’année où je le préfère,  avant que les piquets ne se transforment en cimetière. La vigne est belle ce soir…mais quand je la regarde,  celle là que je connais bien, je ne peux m’empêcher de penser: herbicide,pesticide, cancer,….et alcolisme…

un sentiment paradoxal devant tant de beauté.  Amour et haine, dépit devant ce qu’on fait de ce que nous donne Tellus Mater. Le moment tout pis rien sans queue ni tête du jour…..Après l’émission de Pierre rabbi comment ne pas y penser?  

299/365: Pierre Rabhi

Super émission ce matin, sur France Inter…Invité : Pierre Rabhi!

Ce matin je vous propose de dialoguer avec un paysan-philosophe né en 1938 dans le sud algérien et qui met en pratique sa philosophie de vie dans les Cévennes en Ardèche…

Qui défend des valeurs comme la sobriété heureuse.

Et qui nous dira comment mettre en pratique au quotidien cet art de vivre qui prône la modération…

Pierre Rahbi…

Notre invité ce matin…

Vous pouvez lui posez vos questions au 01 45 24 7000 et par mail grandbienvousfasse@radiofrance.com

avec

Pierre Rabhi essayiste, agriculteur bio, philosophe, fondateur du mouvement Colibris, auteur de La convergence des consciences aux Editions du Passeur*

–> https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-27-octobre-2016

à écouter! toujours aussi inspirant, une bouffée d’air! Frais!

298/365 : en vrac

  • envie de revoir mes géants de pierres et de les serrer dans mes bras…sentir leur tiédeur grasse dû à toues les vaches du près qui viennent s’y frotter voluptueusement.
  • Penser à se décentrer, à changer de point de vue, à considérer tous les possibles, si parfois le ciel est noir droit devant, derrière se cache peut être un coucher de soleil flamboyant.
  • Ne pas prendre les choses personnellement, encore et encore!
  • Tenter la déconnexion, lâcher, éteindre, et oublier un peu tout ça, ne pas être disponible pour tout, tout de suite, maintenant.
  • Regarder autour de moi les gens, celui là qui va au tri avec son panier d’osier à 9 heures du matin, cet autre devenu si agressif, pourquoi? Et celle ci qui ne nous comprend pas et qui semble isolée dans sa tête…mais au milieu de tout ça différencier quand c’est eux, quand c’est moi…img_0887

297/365

Merci à Iria, qui m’a appris que ce superbe chant s’appelait le Kulning…Je l’avais découvert avec Gjallarhorn il y à des années de cela, 11 ans déjà, et suis contente d’en apprendre un peu plus sur lui…j’aimerai surtout pouvoir sortir de tels sons de mes petits poumons!Inspirant!

Cela m’aide, ce soir, à me remettre des mes émotions ( retour de walking dead, écœurant dans tous les sens du terme) et de ma journée plus que mouvementée…Puisse ma nuit être portée par ces sons ensorcelants, puissent mes rêves être pleins de neiges, de lacs et de forêts…puissent les vôtres vous apporter la paix et la sérénité.

.:¤Ela Dea Orea¤:.

296/365: des épis pour Tellus.

Je ne veux pas être cette femme, le dos courbé, les épaules tombantes, qui se rend quelque part comme à l’abattoir. Je ne veux pas continuer à regarder l’horizon en rêvant à ce qu’il peut y avoir là-bas plus loin, je veux y aller! aller voir et rencontrer d’autres gens! Je ne veux pas continuer à idéaliser la vie que j’aurais pu avoir si…si j’étais restée là, si j’avais persévérer un peu. Je veux continuer de rêver devant les lumières dans la plaine et continuer à me poser mille questions existentielles et essentielles.

J’ai soif et faim! Faim de liens, soif de vrai…envie d’enfoncer mes mains dans la mousse, allumer un feu et regarder l’autre en face à travers l’incandescence brulante. Je veux hurler, crier, chanter trop fort, rire et courir. Et tout ça, je vais le faire, encore et encore, je vais me battre pour ça! Je m’en fais la promesse!

Pour continuer d’apprendre à apprivoiser mes peurs, apprendre à m’ouvrir, à reconnaître l’autre, à tisser entre nous des mailles chaleureuses et non emprisonnantes. En attendant, je tresse des épis de blés dans mes cheveux et je marche déterminée, m’adaptant à ce monde étrange…J’essaie de garder mon âme de Fille de la Terre, mon envie et ma volonté, toujours écorchée vive, sensible…

wp-1477331771696.jpg

Soirée de solitude, envahie de coccinelles qui viennent s’abriter dans la maison pour passer l’hiver, Dominique A en fond sonore, la pluie qui bat dehors…c’est triste et beau à la fois…

wp-1477331696391.jpg

294/365: Passage de flambeau

« Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil, ce moment où on se souvient d’avoir rêvé ? C’est là que je t’aimerai toujours, c’est là que je t’attendrai. »
Hook ou la revanche du Capitaine Crochet, la fée Clochette.
o-hook-facebook
Cette après-midi, j’ai enfin pu montrer le film « Hook ou la revanche du Capitaine Crochet » à Mishka…j’ai pleuré à tout bout de champ, parce que ça me faisait un bien fou de le revoir, d’entendre à nouveau ces phrases cultes que je n’ai pas oublié! que je connais encore par cœur! les intonations, les expressions! Je ne sais même plus combien de fois je l’ai vu, mais j’ai eu un plaisir encore renouvelé à le visionner avec mon fils! Rien que tous les deux, alors même qu’il faisait beau dehors…on a fait de la glandouille de canap’ et on a pas perdu notre temps! Que de beaux messages dans ce film! Que de niveaux de lectures! Un film sur le cycle de la vie, sur l’enfance, sur les rêves, sur l’imagination, sur le monde des adultes parfois complètement amnésique de ce qu’a pu être la vie un jour! Un monde d’imaginaire, où tout est possible!!!
Comme un passage de flambeau, comme une passerelle de mon enfant intérieur à celui de mon fils, je transmet ce petit quelque chose qui fabriquera, je l’espère, dans le cœur de mon enfant de nombreux souvenirs heureux, émus et pleins de magie.
« Vivre. Vivre serait une aventure incroyable ».
Peter Pan dans « Hook ou la revanche du Capitaine Crochet »
hook-1991-19-g