245/365: to be or not to be

That’s the question….

La gniak j’l’ai pu ce soir. Un mignon petit exéma s’installe entre mes doigts! Somatise pas qu’y disait! Facile à dire, quand on est et qu’on reste une espèce de feu follet virevoltant, toujours avec une préoccupation en tête, un peu trop speed et à fleur de peau… Tout est important ce soir! du vomit du chat qui m’a empêché de plancher alors que j’avais des heures seule devant moi, à la toux du fiston qui ne se calme pas ( la rentrée quoi!), au linge qui s’accumule derrière moi, au ménage qui attend en roulant sa poussière et poils de chats, à la journée de demain riche en anniversaires, et donc en dépenses quand l’argent vous file entre les doigts, à tout ce que je voudrais faire et qui ne tient jamais dans une seule journée, à mon envie de relativiser mes petites misères quand je vois celles de ceux que j’accompagne, sans un bout de pain à se mettre sous la dent, qui dépendent entièrement de nous et de notre badge ouvrant le frigo divin…tout se mélange et devient une espèce de bouillit informe!

Et voilà, qu’après des années de partage et de cheminement j’en viens à me demander où est ma place…Arrêter, poursuivre? Tenir, céder?Dois je tourner le dos à des années de cheminement, à toute une communauté? où dois je me fondre dans le moule pour ne plus sentir l’isolement? pourquoi est ce si dur pour moi de me rallier à la majorité? je veux garder ma liberté, ma particularité! Solitude!

que me dirait Laguz de tout cela? ma douce, ma bleue, ma rune du moment?Lol…elle me dit que le chercheur rencontre l’incertitude et des moments de doutes qui donnent le sentiment de ne plus gouverner sa vie. Elle me dit qu’il faut lutter et tenter de garder la tête hors de l’eau, de nager, vers un rivage qui ne sera peut être pas celui attendu.Mais rien n’est définitif, et ces épreuves sont la voie du wyrd…ce qui doit être, EST, ce qui est à vivre doit être vécu.J’en ressortirai polis, ronde et douce? ou plus à vif? La voie est sous mes pieds dirait Bouddha, advienne que pourra!

une chanson pour Laguz

4 réflexions au sujet de « 245/365: to be or not to be »

  1. Je compatis, je somatise aussi et j’ai également de l’eczéma entre les doigts et sur les mains 😦 quelle plaie ! Que Laguz t’apporte de belles choses 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s