202/365: fables

La laitière et le pot à lait

Perrette sur sa tête ayant un Pot au lait
Bien posé sur un coussinet,
Prétendait arriver sans encombre à la ville.
Légère et court vêtue elle allait à grands pas ;
Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,
Cotillon simple, et souliers plats.
Notre laitière ainsi troussée
Comptait déjà dans sa pensée
Tout le prix de son lait, en employait l’argent,
Achetait un cent d’oeufs, faisait triple couvée ;
La chose allait à bien par son soin diligent.
Il m’est, disait-elle, facile,
D’élever des poulets autour de ma maison :
Le Renard sera bien habile,
S’il ne m’en laisse assez pour avoir un cochon.
Le porc à s’engraisser coûtera peu de son ;
Il était quand je l’eus de grosseur raisonnable :
J’aurai le revendant de l’argent bel et bon.
Et qui m’empêchera de mettre en notre étable,
Vu le prix dont il est, une vache et son veau,
Que je verrai sauter au milieu du troupeau ?
Perrette là-dessus saute aussi, transportée.
Le lait tombe ; adieu veau, vache, cochon, couvée ;
La dame de ces biens, quittant d’un oeil marri
Sa fortune ainsi répandue,
Va s’excuser à son mari
En grand danger d’être battue.
Le récit en farce en fut fait ;
On l’appela le Pot au lait.

Quel esprit ne bat la campagne ?
Qui ne fait châteaux en Espagne ?
Picrochole, Pyrrhus, la Laitière, enfin tous,
Autant les sages que les fous ?
Chacun songe en veillant, il n’est rien de plus doux :
Une flatteuse erreur emporte alors nos âmes :
Tout le bien du monde est à nous,
Tous les honneurs, toutes les femmes.
Quand je suis seul, je fais au plus brave un défi ;
Je m’écarte, je vais détrôner le Sophi ;
On m’élit roi, mon peuple m’aime ;
Les diadèmes vont sur ma tête pleuvant :
Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même ;
Je suis gros Jean comme devant.

Aujourd’hui je me sens comme Perrette. Toute penaude devant certains choix malencontreux qui font que je vais me trouver fort dépourvue lorsque l’hiver sera venu…J’ai voulu suivre la route qui m’arrangeait le plus, sans vouloir croire aux autres possibilités contre lesquelles j’avais été mise en garde…ça m’arrangeait quoi…mon esprit battait la campagne! Et si je pouvais passer entre les mailles du filet?

Et si le fait de prendre mes congés d’été 15 jours fin juillet, 15 jours début août ne perturbait PAS mon inscription en allocation de RFF…comme l’a dis le conseiller, ça ne devrait pas poser de problème! vu que c’est deux mois différent et pas sur le même mois que l’interruption aura lieu! Mais bien sur! Trop belle pour être vrai cette explication à laquelle je voulais croire, tout en sentant quel risque je prenais!

Tu as voulu jouer Lucette! eh bien maintenant tu n’as plus qu’à danser! un mois de rémunération Pôle Emploi qui passe à la trappe!

Vous arrive t’il de croire que le sort s’acharne?Je sais bien que de chaque chose une leçon est à tirer…J’ai foi en la suite, je sais que cet argent, eh bien, il est parti, il n’est pas là, ne l’a jamais été….faudra faire avec!mais tout de même, ça fout un coup! surtout après ce mois et demi de galères : piratage du compte de mon conjoint, vol de sa carte bleue, voiture qui tombe en rade ( un turbo à mille euro la pièce), toujours au garage en attente d’un devis ( faut compter la main d’œuvre aussi^^), et à deux jours de partir en vacances la deuxième voiture nous lâche! Il faut que la pièce arrive demain dernier carat pour qu’on puisse partir….

toujours est il, qu’avec tout ça, les sous que j’avais eu pour mon anniv,qui devait servir à me faire plaisir ( je visais un tatouage chez un pro, et pas chez mon pote Yan dans sa cuisine, et un hamac, un vrai) va servir à renflouer mon compte, à payer ce que je dois, à la vie quotidienne… Adieu piment! Adieu frisson! Adieu consommation!

A mon avis…la leçon? Tu as tout ce dont tu as besoin! cesse de désirer, de faire des plans! et de faire comme ça t’arrange! vlan! ça t’apprendra! Merci Grande Terre Mère! j’ai compris! Samedi soir, la mer! c’est déjà pas si mal hein!!!! On partira quoi qu’il arrive, dussions nous y aller à vélo! NAMEHO!!!!!!!

PAUV PERRETTE!

201/365: un jeu de runes pour Mishka

Depuis que j’ai entrepris ce nouveau cheminement avec les runes dans le cadre de mon projet 365 jours pour Dea ( ma spiritualité, tout ça…) mon fiston ne cessait de me demander un jeu de runes pour lui…Agacé qu’il était devant mon refus de lui prêter telle ou telle rune de mon propre jeu pour la journée ou la nuit!(mère indigne)…

Au départ c’était  » tu me fais un jeu de runes? », mais au final, il a choisi chacun des galets et une logique de couleurs pour chaque rune, quelque chose de très régulier comme on fait un peu à l’école à la façon des séries : rouge, orange, bleu, vert, rouge, orange, bleu, vert…J’ai respecté chacun de ses choix, et nous nous sommes extasiés devant la beauté parfaite des galets, ceux qui brillent, ceux qui ont plusieurs couleurs, des motifs… et ensuite j’ai expliqué et nommé chacune des runes très simplement. Les avoir tracé avec lui, main dans la main, leur a apporté une autre dimension.

Ensuite, j’ai retrouvé une boite en « bois », type boite à camembert, que nous avons peinte ensemble. Lui le fond, moi le couvercle. Il avait hâte de ranger ses runes à l’intérieur, mais il faut attendre que cela soit bien sec, au risque de tâcher les runes.

Nouvelle demande, pour que tout soit parfait pour lui, un crâne-bag multicolore! » je pourrais les emmener à l’école comme ça! car dans ma nouvelle école je suis sûr qu’on va méditer! et comme ça je pourrais méditer avec mes runes! »…et de dire à la ronde  » ça y est , j’ai mon propre jeu de runes! »♥

Ce soir, quelques volutes d’encens en offrande, remerciements pour ces instants précieux.

aviary-image-1469041309217[1]

 

200/365: se soigner par les plantes…Magie par les plantes

Comme promis à Aegiale, je fais un rapide tour d’horizon des livres qui m’aident à connaitre et reconnaitre les plantes et à les utiliser.

Plantes Médicinales des éditions Atlas : on vient de m’offrir ce joli livre pour mes trente ans…pratique, joli, foisonnant et ludique, il offre de très bonne recettes !De plus, un rapide tour d’horizon est fait sur toutes les utilisations de la plante, et l’accent est mis sur certains remèdes…ce qui peut être embêtant, car pour le reste, à vous de vous débrouiller. Un petit exposé sur l’histoire de la plante et son utilisation est proposé.

Le livre des herbes de Lesley Bremness aux éditions hachette: intéressant car toutes les parties de la plantes sont photographiées, des graines aux feuilles, en passant par la tige et les racines. Pour identifier une plante cela peut être très précieux. Un petit tour sur l’historique également, et comment cultiver, utiliser la plante en décoration, cuisine, hygiène et beauté…différentes catégories sont proposées. un vieux bouquin des années 90 avec le design qui va avec, mais efficace dans son genre je trouve.

Vieux remèdes de bourgogne aux éditions ouest-france: des illustrations assez précises et faciles à reconnaitre, des anecdotes savoureuses sur les utilisations faites de chaque plante, foin, grande camomille, très intéressant! Quelques recettes, et des récits régionaux…existe pour d’autres régions –> http://www.editionsouestfrance.eu/collections/nature-1/vieux-remedes.html

Et « pas cher »!5.50 euro…

Jean Palaiseul, « Nos grand-Mères savaient… », éditions le livre de poche : Mon chouchou…mon premier amour!Chipé chez mes grands-parents, que j’ai gardé par devers moi du vivant de ma grand-mère avec sa bénédiction, et que je garde amoureusement depuis. Ses marque-pages s’y trouvent encore…Un livre regorgeant d’informations, historique, utilisation, cueillette, …. recettes de grand-mère et symbolique, tout y est… mais les gravures!!!!aïe!aïe! Bonne chance! heureusement l’auteur décrit très bien, mais il faut se familiariser avec le langage botanique!

aviary-image-1468957804890[1]

et pour finir, pour le côté un peu plus magique, j’utilise l’encyclopédie des plantes magiques de Scott Cunningham, car j’aime bien le côté libre de monsieur Cunningham, qui incite à laisser parler son instinct, avec lui je me sens pas enfermé, et c’est juste du bonus, car avec tous les autres et leurs utilisations, on a pas vraiment besoin de celui là….ça coule de source! Mais j’aime bien comparer ce qu’il en dit et ce que j’en ai ressentie.

Pour être sûre de moi, de mes choix, de mes identifications, je compile les renseignements des différents livres, je fais intervenir tous mes sens, et je demande à ceux qui sont susceptibles de savoir si j’ai un doute…J’ai commencé à 13 ans, doucement, pendant la lecture du cycle des enfants de la terre de Jean Mary Auel, et lorsque j’ai pris la décision de devenir végétarienne…pour moi, ce fut une grande année, pleine d’engagement, que celle de mes 13 ans…, Mes premières cueillettes étaient des feuilles de fraisiers, et de framboisiers, de la menthe sauvage…mes premiers mélanges, mes premières expèriences. Je faisaient sécher mes herbes dans une vieille cage à fromage ( qui n’avait jamais servie à ça, avant j’y mettais mes cailloux^^’, je trouvais ça joli.)

Ma mère à un très beau Larousse illustré aussi que je consulte quand j’y vais pour comparer…

une vie n’y suffira pas!

 

 

à tester…de la peinture qui devient mousse

http://incroyable.co/il-melange-du-yaourt-du-sucre-et-de-leau-mais-le-prochain-ingredient-nous-a-laisse-bouche-bee/

un article qui vaut ce qu’il vaut…mais qui m’a donné envie d’essayer un de ses quatre! En mélangeant du sucre, du yaourt, de l’eau et de la mousse, en mixant finement le tout, on obtient une peinture naturelle avec laquelle peindre en extérieur…pour que quelques jours plus tard cela devienne mousse….

un procédé que j’ai trouvé très Tellus Materriens!

et pourquoi pas aller tracer quelques symboles par ci par là…mine de rien…en offrande.

199/365: pétition à faire tourner!

Reconnaissez les Droits des Peuples Amérindiens de Guyane Française

La Guyane est un Département français d’Outre-mer, situé en Amérique du Sud, et dont les premiers habitants, environ 10.000, se répartissent sur le littoral urbain et l’intérieur du Parc amazonien en sept nations Amérindiennes : Tɨleuyu (Kali’na), Paykweneh, Wayãpi, Wayana, Teko, Lokono (Arawaka) et Apalaï. 

Je m’appelle Alexandre, je suis métis Tɨleuyu, engagé dans la reconnaissance de ma culture et le respect des droits de mes ancêtres.

Si j’ai décidé de lancer cette pétition, c’est dans le but de poursuivre l’oeuvre de feu mon grand-père, chef coutumier du village Paddock, qui n’avait pas peur de s’adresser aux représentants de l’Etat pour porter la voix de ses congénères.

Nous sommes en 2016. Pendant que les yeux de l’Europe sont braqués sur le succès des fusées Arianespace, les Amérindiens tentent de faire entendre leur voix dans une société guyanaise qui les ignore.

Malgré les condamnations de l’ONU, et les divers rapports parlementaires, la France continue de renier l’existence de droits spécifiques aux peuples Amérindiens au motif de « l’indivisibilité de la République ». Pire, leurs droits fondamentaux de citoyens français et européens ne sont tout simplement pas assurés.

Victimes de l’orpaillage clandestin et de la pollution des fleuves au mercure, victimes de l’évangélisation et du pillage de leurs savoirs, victimes de la précarité et du manque d’accès aux soins, victimes de l’alcoolisme et d’un taux de suicide important, les Amérindiens de Guyane sont aujourd’hui « les abandonnés de la République. »

Cela ne peut plus durer.

Grâce à leur mobilisation les Autochtones ont déjà obtenu, au Canada et dans plusieurs pays, une avancée significative par l’application de leurs droits reconnus dans les conventions internationales.

C’est pourquoi je demande à l’Etat, avec le soutien des élus, y compris de Guyane, la ratification de la Convention n°169 de l’Organisation Internationale du Travail qui est le seul instrument juridique permettant l’application des Droits autochtones en France.

Je demande à l’Etat et aux élus d’entendre notre appel à l’aide concernant :

  • l’accès à des infrastructures scolaires, médicales et administratives décentes pour rompre l’isolement des villages les plus reculés ;
  • l’application d’une véritable politique de santé publique sur la prévention du suicide, de l’alcoolisme, et de la contamination au mercure ;
  • la protection de l’environnement en mettant fin à l’orpaillage clandestin, et en limitant l’implantation des sociétés aurifères ;
  • la fin du pillage des connaissances médicinales amérindiennes par les chercheurs et les laboratoires pharmaceutiques ;
  • l’enseignement dans nos langues et dans le respect de notre culture ;
  • la lutte contre la vague d’évangélisation qui frappe les Amérindiens, due à la multiplication de pasteurs évangélistes ;
  • la restitution des terres de nos ancêtres dans les zones de village en surpopulation ;
  • le respect de nos représentants coutumiers, et leur implication systématique dans les décisions concernant leur territoire en Guyane.

Au vu de l’urgence, l’Etat ne peut plus fuir ses responsabilités et ignorer la diversité de ses communautés. La France doit apporter des solutions adaptées, rapides et concrètes afin d’établir une « Egalité réelle » entre tous ses citoyens.

Soyons responsables, soyons humains, et agissons pour le respect des Droits des Peuples Amérindiens de Guyane.

Merci de signer ma pétition!

https://www.change.org/p/reconnaissez-les-droits-des-am%C3%A9rindiens-de-guyane-fr-fhollande-manuelvalls-ebareigts?recruiter=43480842&utm_source=share_petition&utm_medium=email&utm_campaign=share_email_responsive

avZbKgbIKwzcorK-800x450-noPad

198/365: droit d’vant toi

Droit d’vant toi, y’a le chemin, les fleurs qui poussent, et les abeilles qui butinent…

Droit d’vant toi y’a des surprises, comme ce mec en parapente qui tournoie au dessus de nos têtes et celui là qui part sous notre nez et qui s’envole, libre!

Droit d’vant toi, y’a la chaleur, et toutes les plantes médicinales que tu connais et les autres que tu voudrais apprendre…

Droit d’vant toi, y’a cette croix, c’est pas la première fois que tu la vois! et toujours des offrandes nouvelles à ses pieds…

Droit d’vant toi, y’a encore pleins de moments comme celui là qui attendent, et tu te dis que la Terre est vachement belle!

.:TERRAE MATRI SACRUM:.

197/365: aller retour….

hier soir, deux heures du mat’…tentatives avortées pour mettre en ligne un article.Première fois que je déroge à mon engagement, par la force des choses, parce que la technologie, le réseau, l’univers? en a décidé autrement…dans un demi sommeil, j’ai laissé les choses en attente, mais vers 5 heures du mat, tout était toujours bloqué, alors dans les limbes de rêves étranges j’ai éteins mon portable et remis les choses à demain. Vis l’instant! Me disait l’univers!vis l’instant et profite!

à l’aller, des champs, des collines, le soleil, la fatigue de la journée qui ne m’empêche pas de vouloir continuer, avancer, aller à la rencontre de gens qui ont été des piliers dans ma vie d’enfant, les retrouver et laisser advenir ce qui doit…les voir et les apprécier comme si jamais rien ne nous avait éloigné…Mon ami d’enfance qui a encore poussé depuis ses 18 ans, et qui ressemble de plus en plus à Jim Carrey! et qui en à l’humour, et qui m’a donné des crampes aux joues…

Ensuite le feu, les enfants, la nature tout autour, dans ce morvan qui m’est si cher! Un écrin de verdure, les lapins qui courent, la mare et ses nénuphars bientôt en fleurs, la forêt sauvage, la maisonnette de pierre et sa déco si atypique…eux!La course dans le noir jusqu’en haut de la colline, les étoiles, le noir qui engloutit quand on passe vers la forêt, mais la nuit qui est si claire quand la lune est visible.La lune presque pleine, témoin de ce moment hors du temps….où tous les temps se rencontrent.

Et le retour, parce qu’il faut bien coucher Mishka, que demain d’autres projets et aventures nous attendent…mais que celle là fut douce et belle!

ça m’a fait oublier de regretter d’avoir loupé Schlaasss à deux pas de chez moi ^^

195/365: Diesel en Hiver

Aujourd’hui j’ai envie de fumer comme un vieux diesel en hiver et ne plus jamais me soucier de ces problèmes dû aux artères.Aujourd’hui j’ai enfin décider de briser les chaînes qui me tenaient à terre, pour lesquelles je me suis tant saigner en m’faisant croire que c’était elles mes repères.

15h30 je sors de l’hôtel avec pour seul bagage une photo d’elle, pour me rappeler cette prison dorée de laquelle je vais m’évader. A présent je marche dans la rue, en totale sérénité, à croire que j’n’avais jamais rien vécu grisé par tant de liberté.

Tous ces regards qui s’écrasent sur moi sont les kamikazes d’un système, qui n’auront plus jamais raison de moi, car aujourd’hui c’est moi qui les mène. Hors des zéros des barreaux métalliques, de leurs cités numériques, de leurs vies automatiques aux pensées robotiques.

Des caissières automatiques, des stations automatiques, des sourires automatiques pour ces gens fantomatiques.

Aujourd’hui j’ai envie de fumer comme un vieux diesel en hiver et ne plus jamais me soucier de ces problèmes dû aux artères.Aujourd’hui j’ai enfin décider de briser les chaînes qui me tenaient à terre, pour lesquelles je me suis tant saigner en m’faisant croire que c’était elles mes repères.

par Faby pour un Groupe de rock’n’roll bourguignon plein d’avenir…en devenir!

Paroles inspirantes, parlant de liberté, d’appel d’un ailleurs, et de l’absurdité qui nous entoure parfois…12573748_10208696998290385_5208148147118844686_n

194/365: j’ai les boules, j’ai les glandes!!!

j’ai les crottes de nez qui pendent!!

j’avais prévu un truc pour ce soir…quelque chose qui parlait de signes, de branches et d’embranchements, de traces….

Mais non! car là je suis une espèce de boule de haine…en récupérant mon bout de choux chez mes beaux parents je me rends compte qu’encore une fois, ils me prennent pour la reine des quiches!!!  » on à emmené Mishka à Mac do ( déjà je m’étouffe! le temple de la malbouffe? l’endroit dont il ne faut pas prononcer le nom?) et puis là, le gros fouttage de gueule –> ils font même des sandwichs sans gluten! tu te rends compte!!

Oui parce que Mishka ne mange pas de gluten, tout comme moi! dans gluten y’a glu, et puis au vu de certains signes précoces de problèmes de peaux, troubles du sommeil, on avait enlevé ceci de son alimentation et constaté de réelles améliorations!

Bon alors, on me dit que Macdo fait des sandwichs sans gluten…je veux bien le croire…même si avec ou sans gluten c’est de la merde hein! mais même si je veux bien le croire, je vérifie quand même, pour être sûre! Eh bien, aucune trace! et je pense quand même que si Macdo faisait du sans gluten, il serait plutôt du genre à bien s’en vanter!  » viendez vous les intolérants! viendez attraper vous aussi un petit cancer! pas de jaloux!! »

Ils l’auraient emmené dans un restau bio où il aurait mangé un bout de pain au petit épeautre , passe encore! mais là, on se fout carrément de ma gueule!

Et quand je me dis que c’est eux notre solution de garde pour l’année prochaine quand je serais en cours….j’en saute de joie d’avance! c’est pas gagné! mais putain!!!comment c’est possible d’être aussi tête de mule!!!

et je parle pas ici du menue hyperprotéiné qu’ils lui concoctent quand il mange chez eux! des fois que sa conne de mère végétarienne le prive de viande et autres substances cadavériques! ( chose que je ne fais pas, pour moi ce fut un choix, je veux que cela le soit pour lui aussi, même si je sais qu’il n’en a pas besoin! mais avec nous c’est bio, local et exceptionnel!!!)

« Ahhhh il a bien mangé aujourd’hui: tête roulée en entrée, aiguillons de poulet en plat chaud, et vache kiri en dessert! »  » et le soir on est allé au macdo! …attends je vais vomir mes tripes et je reviens!

et inutile de vous dire que le bio, pour eux c’est de la merde!ils n’y croient pas! parce que l’autre jour sur TF1 y’avait un reportage…….GNAGNA GNAAAAAAAAAAAAAAAA vive les OGM ça c’est réel!

Nan mais il faut pas prendre les choses personnellement qu’y disait!!!!!!!!!!!!