178/365: un genre de survivalisme…

Je dis un genre parce qu’il y a tout un pan de cette mouvance qui ne me parle absolument pas…le délire avec les boites de conserves, les armes à feu….etc, etc…mais je cultive quelque chose qui pourrait s’en approcher.

Gamine déjà je me rêvais vivant dans un bois , de chasse et de cueillette, me lavant dans les ruisseaux, construisant ma maisonnette. Je me disais que là je ne risquerais rien, que je serais à l’abri et que je serais capable de prendre soin de moi.

Je ne suis pas la première ni la dernière à rêver de cette vie sauvage, et d’autres avant moi s’y sont cassés les dents.

Aujourd’hui, je me contente d’en apprendre le plus possible sur ce qui m’entoure, les arbres, les oiseaux, les plantes qui soignent et qui se mangent. Je connais la technique pour allumer un feu, j’ai juste pas encore pris le temps de m’entrainer!alors je suppose qu’il me faudrait un temps énorme pour en allumer un….genre une semaine…par temps sec! c’est une lacune que je voudrais combler.

Je m’entraine également à marcher sur de longues distances et je me mets depuis aujourd’hui à la course à pied.Je ne peux pas supporter l’idée de m’imaginer un jour à devoir courir pour ma vie et celle des miens et d’être essoufflée au bout de 3 mètres. J’ai ce genre de pensées, à tel point que parfois je n’en dors pas! lol…mais je me prépare, j’essaie d’être le plus en forme possible et le plus au courant afin de ne pas me trouver un jour incapable de réagir et d’agir, de faire le nécessaire…

Par cette approche je me sens entière, en équilibre, vivante, en accord avec ma nature et celle qui m’entoure. Je me sens Fille de la Terre, et il me reste encore tant à apprendre et à faire.

nikkiboon

Nikki Boon

9 réflexions au sujet de « 178/365: un genre de survivalisme… »

  1. J’aime beaucoup ton approche 🙂 J’ai cette idée depuis longtemps également, et l’ai vraiment ressenti, ainsi qu’une forme d’appel de la Nature, dans les Cévennes. Un peu prétentieusement, je me dis que je m’en « sortirais » en pleine nature, parce que cela me correspond bien…Dit le citadin que j’ai toujours été.

    • ah ah ah ! à voir alors!
      moi aussi je me dis ça…mais je pense qu’on est peut être jamais assez préparé, car la nature est pleine de surprises et imprévisible!

  2. Du temps où je faisais du sport, c’était mon optique : être capable de courir, de soulever mon corps… bref du « fonctionnel » qui allait avec le reste, rejoignant ce à quoi tu aspires : être capable de me nourrir de plantes sauvages, faire un feu etc.
    Je reste une bille en identification de plantes etc. parce qu’avec les livres, ça ne rentre absolument pas : j’ai vraiment besoin qu’on me montre… Je crois que derrière cette incapacité à m’en sortir avec les livres, il y a la crainte de me planter toute seule. Mais pour le moment, pas encore trouvé de « sortie botanique » pour apprendre dans mon coin…
    Comme toi, le trip fusils / boîtes de conserves et l’optique para-militaire de beaucoup des survivalistes américains ne me « parle » pas du tout du tout…

    • Coucou!!!
      tu as regardé dans les offices de tourismes?
      Ici ça pullule! mais pour le moment je me débrouilles avec bouquins, et savoir des anciens et de ma mère qui me transmets ce qu’on lui a transmis! pour ma part je ne retiens que ce que je cueille et expérimente!
      une fois cueillie et séchée, et cuisinée, bue, c’est bon c’est dans la boite! et je me régale de choux gras, de pimprenelle et de gnognotte ( oseille sauvage…)…rien d’extraordinaire, mais de la tambouille de campagne qui me va bien…car le plus important pour commencer c’est de connaitre ce qui est juste à côté et qu’on croise régulièrement. Le reste ça viendra ( ou pas) avec le temps et la nécessité ( ou pas) de connaitre d’autres plantes!
      mais la mémorisation, c’est propre à chacun….peut être en faisant un herbier?

      • Oui, moi aussi j’aspire avant tout à connaître ce qui est à côté et que je croise régulièrement !
        J’ai p’têt aussi pas encore trouvé le bon bouquin, celui qui me convient, mais je crois franchement que j’ai besoin de transmission sur ce coup-là, pas de me dépatouiller dans mon coin… y’a p’têt des attentes plus ou moins inconscientes autour de ça d’ailleurs, cette transmission d’un savoir des plantes… à creuser !
        J’aurais pas pensé à aller voir du côté de l’office du tourisme, je vais explorer ça aussi, merci !
        L’herbier oui, c’est une bonne idée, pour quand je serais sûre de mes identifications ou que j’aurais trouvé un mentor 😀

      • oui le bon bouquin est aussi TRES important!!!!c’est clair!
        celui qui fait tilt !
        courage pour tes recherches! tu me diras si tu trouves de quoi te mettre sous la dent à l’office de tourisme!!
        autre recours auquel je pense, les associations d’histoire naturelle –> http://rene.delahaye.perso.sfr.fr/accueil_018.htm
        Il y en a sûrement vers chez toi!

    • Un vieux vieux à ma grand mère, Jean Palaiseul, les secrets de nos grands mères, et toutes une tripotées de différentes éditions, un Larousse, un atlas, un hachette!je croise les infos de tous, plus je cueille et compare jusqu’à être sûre!
      je compilerai ça avec des photos pour que tu vois!

      • Volontiers ! J’en ai un à la maison, un larousse et j’en emprunte, enfin, empruntais ça fait longtemps que je ne l’ai pas fait, d’autres à la bibliothèque… Pas trouvé celui qui me fait flasher, sinon, je l’aurais acheté :); Super, merci d’avance pour la compilation photos !!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s