182/365: dans un endroit nommé jardin….

 

Publicités

181/365: Eihwaz

ah Eihwaz, je t’attendais! et me voilà entre deux eaux, suspendue à un fil, accrochée à deux branches suffisamment proches pour tenir, mais suffisamment éloignées pour souffrir du tiraillement. Je pourrais tout lâcher, mais la chute risque d’être difficile à encaisser, encore plus que le tiraillement… Le point d’équilibre est la clef, mais j’ai souvent envie d’abandonner.

Abandonner, ne pas me lever, abandonner, arrêter ma formation, abandonner, arrêter ce blog, abandonner, couper internet, abandonner, jeter mon téléphone…..Envie d’une grotte, d’une grotte Yoni où me reposer et m’abandonner à moi même.

je dois également songer à trancher certains liens du passé, et je pense que cette semaine avec Eihwaz pourrait être un bon moment pour ce faire.

Tiens connaissez vous les petits bonhommes d’allumettes?

J’adore l’accent, le décor, le personnage…

mais sinon, je profite de chaque rayons de soleil…et de chaque moments de joie…pour rire à gorge déployée!!!!!

 

179/365: Vulve, yoni

43234242

source inconnue

une vulve de pierre…Vulve, Yoni….

J’adore ce symbole qui représente pour moi la Grande terre Mère par excellence…une amie en ballade avec moi à Bibracte en avait d’ailleurs un peu marre je crois… »arrête de voir des yoni/vulves partout » qu’elle disait….^^’

c’est d’ailleurs pour ça que j’adore pénétrer dans des grottes…petites, géantes, ou biscornues, j’ai toujours l’impression de rentrer dans l’intime de Tellus Mater, de rentrer à l’intérieur de ses mystères les plus profonds….

3c5d_55b774_6fe73477d1eb677_-post

source inconnue

Certaines sont quand même plus explicites que d’autres!

J’en ai découvert une il y a peu tout près de chez moi, à Culles-Les-Roches…une petite grotte très fréquentée par les gens du coin mais qui garde une part de mystères importante….photos à venir!

 

 

178/365: un genre de survivalisme…

Je dis un genre parce qu’il y a tout un pan de cette mouvance qui ne me parle absolument pas…le délire avec les boites de conserves, les armes à feu….etc, etc…mais je cultive quelque chose qui pourrait s’en approcher.

Gamine déjà je me rêvais vivant dans un bois , de chasse et de cueillette, me lavant dans les ruisseaux, construisant ma maisonnette. Je me disais que là je ne risquerais rien, que je serais à l’abri et que je serais capable de prendre soin de moi.

Je ne suis pas la première ni la dernière à rêver de cette vie sauvage, et d’autres avant moi s’y sont cassés les dents.

Aujourd’hui, je me contente d’en apprendre le plus possible sur ce qui m’entoure, les arbres, les oiseaux, les plantes qui soignent et qui se mangent. Je connais la technique pour allumer un feu, j’ai juste pas encore pris le temps de m’entrainer!alors je suppose qu’il me faudrait un temps énorme pour en allumer un….genre une semaine…par temps sec! c’est une lacune que je voudrais combler.

Je m’entraine également à marcher sur de longues distances et je me mets depuis aujourd’hui à la course à pied.Je ne peux pas supporter l’idée de m’imaginer un jour à devoir courir pour ma vie et celle des miens et d’être essoufflée au bout de 3 mètres. J’ai ce genre de pensées, à tel point que parfois je n’en dors pas! lol…mais je me prépare, j’essaie d’être le plus en forme possible et le plus au courant afin de ne pas me trouver un jour incapable de réagir et d’agir, de faire le nécessaire…

Par cette approche je me sens entière, en équilibre, vivante, en accord avec ma nature et celle qui m’entoure. Je me sens Fille de la Terre, et il me reste encore tant à apprendre et à faire.

nikkiboon

Nikki Boon

177/365: déterrer et réinterpréter

la toile du wyrd

J’ai retrouvé ce gribouillage réalisé pour la Toile du Wyrd à l’époque….et à la lumière du cheminement que j’effectue à ce jour aux côtés des runes, je trouve intéressant de le regarder et d’essayer de comprendre mes choix passés.

Actuellement Jera me tourneboule et me chamboule, je suis sens dessus dessous, ceci venant parfaitement s’accorder aux évènements récents. Je suis une pierre qui roule et qui n’amasse pas mousse, je suis l’avalanche qui se déclenche sans prévenir et qui risque d’emporter tout sur son passage…je suis mouvement, je suis enroulement…j’essaie de penser à bien enrouler ma tête, de rentrer mon menton vers ma poitrine et de faire le dos rond…j’accompagne le mouvement malgré le trouble et l’énervement.

Toute chose est en mouvement, tout se transforme….

Eihwaz….je t’attends avec impatience!!!

 

176/365 : une bonne paire de claques…

j’adore ce morceau…jouissif….un goût d’enfance, je me revois à chanter cette chanson, dans la voiture familiale…. ça me faisait un bien fou!

en tout cas, en parlant de bonne paire de claques dans la gueule, c’est un peu mon lot depuis le week end dernier et j’ai du mal à apaiser mon quotidien. Le besoin de ritualiser se fait sentir. Chez moi c’est très rare, mais ça correspond toujours à des passages, à des moments clefs où j’ai besoin de me tendre toute entière vers un seul but. Ritualiser est une manière de me recentrer, de m’arrêter le temps d’un rituel (et avant de sa préparation), à me concentrer sur l’atteinte d’un objectif. c’est tout à fait salvateur pour quelqu’un comme moi qui papillonne sans arrêt.

J’ai débuté un nouveau stage, un stage dans l’exclusion et en cours on m’avait évoqué ces structures dégueulasses où on accueille des personnes de la rue, en grande souffrance psychique, complètements démunies, dans des conditions où on accepterait pas de vivre…eh bien, m’y vlà!

Première semaine à nettoyer les logements des résidents à leur place ( pour la plupart) et à marcher sur des blattes! Une désinsectisation a eu lieu jeudi, c’est la troisième, et cela ne sera pas suffisant!

Et ce matin, pendant que je nettoyais encore, que je pliais les draps propres avec la maitresse de maison, le directeur général était dans les locaux pour son pot de départ. Les stagiaires conviées? le personnel d’entretien? Les maitresses de maison? NON! alors imaginez un peu…les résidents? les premiers concernés? que dalle! même pas au courant! et Môssieur n’a pas daigné venir les saluer!!!

par contre on leur en donne du vouvoiement, du monsieur machin, du madame truc…mais chacun à sa place s’il vous plaît! on mélange pas les torchons et les serviettes!

Et on ne déplacera pas cette dame qui vit dans un logement avec une colonie de cafards, cette dame très fragile qui va se faire opérer du cœur bientôt, qui n’en peut plus, et qui vit dans ce taudis avec son ado…. non!!!on a bien un logement ou deux de vide! mais ce n’est PAS la procédure!!!

je vais t’en coller des procédures! moi!

je me suis pris baffes sur baffes…je comprends pas ce monde dans lequel je suis tombée…

Alors je pense à ces paroles qu’on ma dites un jour :  » quand le monde te paraît absurde, moche, compliqué, concentre toi sur le mouvement des arbres, sur le chant d’un oiseau, sur les formes des nuages dans le ciel, sur un beau couché de soleil, sur la mélodie de la pluie qui tape contre le toit, sur l’odeur de terre mouillé en été….c’est ça la vie! le reste n’est que pure création de l’homme »

ce soir, ici, le tonnerre gronde…la Terre est à mon image, prête à craquer et ressentant le besoin de déverser des flots libérateurs sur la Terre…. je me sens en osmose avec ce qui m’entoure, et pour un soir je vais essayer d’oublier un peu ce monde dégueulasse parfois.

175/365 : KRN

Grâce à Aegiale–>http://aegiale.net/2016/06/22/message-du-jour/#comment-46856

et de fil en aiguille, je découvre un oracle qui me touche particulièrement…

Mon premier tirage, question vaste…qui suis je….eh bien….

Nostredame / Mémoire akashique de la terre

Souviens toi !

À travers les couloirs du temps, j’apparais. Dans la blancheur du marbre j’ai été façonné par un maître de la Renaissance. J’ai été convoité, caché, dissimulé, pour le pouvoir des uns, pour accéder à une vision pour les autres. Je suis cela et je ne suis pas cela. Je suis une antenne, un relai de transmission, une balise de repérage. Je suis celui qui permet de faire le point, comme un focal, de discerner ce qui fait que la conscience se dresse en l’homme. Conscience, connaissance, renaissance. Voilà mes maîtres mots. Je suis le voyageur habité de blancheur de craie et je dessine sur le tableau du temps ce qui est important pour la vie: l’amour, l’art, l’amour de l’art, qui se rapproche de l’amour du vivant. J’ai parcouru les cours des grands de ce monde, j’ai été peint comme pour immortaliser la vaine vanité ou la simple humilité. Je suis une boîte blanche qui fait office de boîte noire. Je visionne votre vol à bord du vaisseau Terre, il en a toujours été ainsi pour tenter de ne pas répéter les mêmes erreurs. L’urgence se fait jour aujourd’hui et résonne à tes oreilles. Lâche, lâche, lâche et aime pour transcender ta nature, pour sauter le pas, pour t’élever d’un octave et continuer à jouer la mélodie de la vie.

Tu viens d’arriver, tu es encore emballée, on t’a trouvé dans une riche demeure florentine. Je ne t’ai pas encore vu que mon cœur bat déjà. Je sais ton importance dans ma vie d’ici, je sais que tu me mèneras en voyage sur des terres pour libérer des mémoires d’autres temps. Voyage à Assise, Cluny, avec toi dans les ruines parce que quelque chose demeure qui n’a pas été mis à sac, des mémoires d’empêchements, d’entraves, d’interdits, effectués par les pouvoirs religieux en place. Les énergies de séparation étaient à l’œuvre et elles le sont encore. Lever l’interdit d’aimer entre l’homme et la femme, le lever enfin et permettre à l’amour divin de se reconnaître dans l’entre-deux d’une femme et d’un homme. Naître ensemble, connaître ; connaissance, découvrir le secret déposé dans le secret de l’amour partagé. C’est ce que tu viens accomplir, réunir ce qui a été séparé, que je n’oublie pas que la chair est le lien entre l’os et l’âme. Quand la chair s’émeut d’aimer de sublime amour, l’os et l’âme inventent une vie sur la terre. Alors nous os-âmes nous aimer divinement. Ils sont venus séparer l’âme du corps avant que sonne l’heure de la mort, tu reviens mettre les choses en temps et heure, l’âme et le corps unis au moment de naître doivent jouir de s’aimer et seule la mort les séparera à nouveau. Rien d’autre. Ni religion, ni institution, seule la mort séparera ce que la naissance a uni, tant que tu es le souffle fait chair, unis os et âme, fais chanter l’amour.

Vous avez tiré: Feu

Tu me vois tel que je te vois, dans le dénuement lorsque les artifices tombent. Tu apparais nu et si fragile, presque friable, que tu peux accueillir sans te brûler le feu de la conscience. Tu te rends compte de qui tu es et de qui tu n’es pas, et surtout de qui tu pourrais devenir. Installe-toi à ma table et prends la plume de Maât pour t’écrire, te raconter, t’inventer, pour rendre compte de la merveilleuse histoire d’amour que tu te portes. Laisse se consumer à ma bougie les tristesses, les regrets, les remords. Je te veux beau, intrépide, courageux, pour partir à ta recherche. À la lueur de cette conscience neuve de toi-même, tu vas te rencontrer et me rencontrer pour que nous habitions le même espace retrouvé. Et là, tu abordes le champ des possibles où les âmes de bonne volonté se regroupent pour débattre et rire de l’histoire de la vie sur Terre. Je te demande une pause, un ralentissement de tes activités pour sentir le mouvement de vie créatif qui s’installe lorsque tu te portes intimement attention. sentir que tu as toutes les facultés et les possibilités pour trouver ta place en ce monde et réaliser tes rêves d’enfance.

Le créateur est celui qui se laisse inspirer. Finalement il y a toujours une coupe qui se déverse dans la tienne, que tu déverses à ton tour. Aies l’humilité d’y consentir, tu ne crées jamais rien qui ne soit déjà là quelque part en attente d’une plume pour le dire. Et alors, cela rend-il la découverte moins sublime ? Bien au contraire. LA source captée se donne à toute soif, qu’il en soit ainsi. Crée, parle, chante, joue, laisse être ce qui veut venir, ose donner forme sans en référer à une quelconque échelle de valeur, comme s’il y avait des choses dignes d’être créées et d’autres non. Tu inventes ta vie, ton quotidien, tu dessines, tu cuisines, tu écris, tu peins, tu tricotes, tu papotes, tu gribouilles, tu fais tes petits trucs dans ton coin juste pour le plaisir, et pourquoi d’autre voudrais-tu ? Pour sauver la planète, guérir les hommes, changer de dimension ? Que d’ambition ! Pour tout cela, rien à créer, juste à aimer.nostredame-feu

Moi qui ai une vrai fascination pour les crânes et ossements…les images me plaisent fortement….

Pour un premier tirage, j’adore…

Pour ceux que ça tente –> http://www.krn.fr/index.html

Et merci Dame Aegiale!

j’avais pile besoin de cela!hier j’ai repris mon pendule en main, mais je suis quelque peu rouillée et il a besoin d’une bonne purif, recharge de batteries et « programmation ». Donc c’est une belle découverte, qui me parle, et qui pourrait être une belle manière de « communiquer » avec Tellus Mater qui danse sur nos os et qui tisse nos habits de peau.

174/365: change.org–>liberté pour les grenouilles

Soutien à Annie et Michel Pecheras, habitants de Grignols à quelques kilomètres de Périgueux, en Dordogne. Ils viennent d’être condamnés par la cour d’appel de Bordeaux a combler leur mare. Le coassement des grenouilles gêne leurs voisins installés à une dizaine de mètres du point d’eau.

Nous demandons tout simplement le retrait pur et simple de cette condamnation de justice, qui oblige le couple à combler sa mare. Cette décision est d’une aberration sans nom, qui approuve voire même oblige la destruction d’un écosystème et d’une biodiversité, au nom de la tranquillité de riverains qui ne sauraient qu’être emprunteur d’un espace naturel, lieu de vie de cette espèce protégée. Au-delà de la menace animale que nous ne pouvons nous résigner à accepter, cette pétition est avant tout un cri qui pousse à dénoncer l’absurdité de l’application de textes juridiques, et l’éloignement de ses applicateurs qui ne connaissent certainement pas le quotidien et l’utilité de nos campagnes.

Nous avons besoin du soutien de tous pour pouvoir interpeller les décideurs concernés et solliciter l’aide et l’appui d’acteurs associatifs et institutionnels dans la défense des intérêts de la famille Pecheras.

*** DITES ‘NON’ A UNE ASEPTISATION ENCADRÉE DE LA NATURE ***

L’objectif est loin d’être atteint puisque nous espérons recueillir au moins 50 000 signataires ! Partagez sans relâche, mobilisez-vous, soutenez à votre façon cette cause qui dépasse le seul cas de cette famille, aidez-nous à votre manière !

A bientôt ! Valentin.

Voir la situation de ce couple : https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/dordogne-condamnes-car-les-grenouilles-de-leur-mare-font-trop-de-bruit-1465403493

https://www.change.org/p/froggate-soutien-aux-%C3%A9poux-pecheras-pour-que-nos-campagnes-ne-deviennent-pas-des-villes

173/365: démocratisation! !!

image

Enfin….elles arrivent en grande surface! Bon le prix n’était pas affiché. .. mais ça bouge ça bouge! Je me souviens encore la sage femme qui éclatait de rire après mon accouchement
-« je peux remettre ma coupe menstruelle? »
-« c’est quoi? (Gné?) »
-« ça sert à reccueillir le sang mais c’est en sillicone et ça tiens par une sorte de système de ventouse et….. »
-« (grand éclat de rire…en partance pour ailleurs) recueillir le sang?mais pourquoi faire? »
-« laisse tomber! »(patate)

Voir ça entre les tampons et serviettes me donne un peu d’espoir…si ça vous intéresse c’est une enseigne avec un grand G!