149/365:Lunes rouges de mai

Le soulagement

comme l’orage après la journée de chaleur écrasante

La libération

comme la pluie sur la terre qui craquèle

La surprise

que l’on attendais plus et qui surgit sans prévenir

Le sang

sombre au départ, qui s’éclaircit avec le temps

La douleur

acceptée et domptée, chevauchée et apprivoisée

La coupe

qui se remplit lentement

Le corps

qui se détend et qui relâche la pression

Lunes Rouge de Mai, sous la pluie battante

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s